Le fonds de l'Affaire: le Terrorisme en France (I)

Venons-en maintenant au fonds de l'Affaire: le Terrorisme, en France. Et comment la police a "travaillé" cette question ? Commençons par interroger Mr Edouard Philippe, Ministre de l'Intérieur intérimaire lors de la démission de G. Collomb. Et qui a laissé sa place, le jour de la si retentissante descente générale de police chez FI dans toute la France !

Tout d'abord, quelques questions à notre Premier Ministre, Monsieur Edouard Philippe, que Médiapart peut recueillir pour ses futures recherches... si elle le souhaite...

Paenthèse.

Je me souviens bien en 2008 de la réunion à la Maison d'Amérique Latine pour le départ officiel de Médiapart: et comme certains d'entre eux qui savent que les choses ont beaucoup bougé toutes ces années, l'intégrité des dirigeants de ce lieu, comme aussi d'autres institutions, peuvent être aujourd'hui, sinon remises en cause, questionnées depuis déjà fort longtemps.... J'étais une assidue des lieux...

J'en veux pour preuve que ce lieu a servi successivement la soupe à Sarkozy, puis Hollande et maintenant Macron: c'est de là qu'il a alpagué la France avec le si sympathique " qu'ils viennent me chercher ! ", quand débuta l'Affaire Benalla, si je ne me trompe !

Et c'est là aussi que tout récemment, écoutant un ex-président de la République brésilien, je n'ai pu me conformer d'entendre dire que pour se faire une idée et une opinion de Bolsonaro: il fallait attendre de voir se déplier sa politique. Niant tout de go le fait patent qu'il s'agit bien avec Bolsonaro d'un nouveau régime militaire, ou d'u régime d'extrême-droite, même s'il ne prend pas les mêmes formes que celui du Coup d'État de 64 !

C'était assez stupéfiant pour être souligné ici: car en somme, les auditeurs peuplent régulièrement l' EHESS et la FMSH (???)

Je me souviens aussi qu'en 2008, Médiapart apparaissait comme un lieu potentiel de résistance politique. Mais je ne savais pas alors, hormis les jésuites du Centre de Sèvres, et leur cohorte particulière de psys émanant de Franck Chaumont et la Pratique de la Folie, que quantités de socialos viendraient se compter parmi les blogueurs: dont une grande partie aujourd'hui a quitté le navire, mais au tournant de l'époque de l'élection de Hollande!

Ma critique va essentiellement à ceux, chez Médiapart, alors qu'ils étaient encore très proches de "l'élite socialiste" ( excusez du peu, mais chaque fois que je prononce ce mot, m'en vient maintenant un autre pour le qualifier substantiellement: le mot "escroc"! Bon, mais ça c'est personnel !) qui m'ont mis des bâtons dans les roues, lors d'années de tentatives de faire savoir,mettre à jour et faire émerger le vrai du  terrorisme parisien que je vivais en simultanée, au moment le plus chaud de l'affaire: les années 2012/2013/2014/ surtout 2015/2016/ et après le procès de Paris Habitat et son gardien, en mars 2017, le lynchage quotidien dans mon immeuble, pour avoir fait appel de ce procès crapuleux, et d'une décision "ignominieuse", produite par l'extrême-droite, au moment même où celle-ci attaquait en justice tous ses opposants, à la XVII chambre Correctionnelle ! Et qui consistait en premier lieu à tenter de me faire taire sur l'articulation stups X terrorisme. C'était des blogueurs, mais ils ont longtemps été protégé par des quidams. Qui ?J'espère être claire. Puisque ça passait aussi par des empêchements Internet, réguliers, quotidiens, ... J'étais donc aux mains de la Mafia.

A l'époque, mon Blog était encore ouvert. Puis, pour pouvoir continuer à écrire, j'ai dû le fermer... Donc les représailles les plus conséquentes ont accompagné le haut du terrorisme parisien et après ! Et je me souviens du premier avocat contacté, fin 2014, après mes premières dépositions en commissariat du 4e arrondissement, alors, près de Bastille sur les recommandations d'un ami Luc Martin, après les premières violences innommables subies de mon plus proche voisinage: les deux locataires du 1er étage. L'avocat était toulousain, aussi: et j'ai reçu pour toute réponse à mon double courrier Paris rue des Grands Augustins et Toulouse: une réponse en forme d'injures, de dénis, d'insultes qui ne sont pas sans m'avoir laissé stupéfaites! J'y dénonçais la collusion trafic de stups et terrorisme: que ne disais-je pas qui reste encore aujourd'hui un thème interdit, une question taboue, mise sous scellée par la Police Nationale !

J'y reviendrai ! Fin de la parenthèse.

Evidemment mes questions sont à la hauteur des informations glanées ça et là. Je ne suis pas journaliste ! Et je réfléchis à voix haute... Faute d'avoir jais trouvé un avocat susceptible de vouloir s'impliquer: ce qui a amplement contribué à ne pouvoir lutter à armes égales avec les djihadistes terroristes parisiens, qui avaient entre autre arrière-boutique ici. 

Questions:

Venons-en maintenant au fonds de l'Affaire: le Terrorisme, en France. Et comment la police a "travaillé" cette question ? Commençons par interroger Mr Edouard Philippe, Ministre de l'Intérieur intérimaire lors de la démission de G. Collomb. Et qui a laissé sa place, le jour de la si retentissante "descente générale de police" chez FI dans toute la France !

Et alors que l'ensemble de la classe politique et des journalistes bon teint dans tous nos "médias préférés" ont alors jugé bon, à la grande stupéfaction de certains, de se pouvoir en justice contre les mouvements d'humeur de quelqu'un dont ils auraient dû avant tout reconnaître que le procédé policier était pour le moins questionnable... Premier point en moins pour l'équipe d'Edouard Philippe !

Que sait-on vraiment du pourquoi du départ de G. Collomb à la tête du Ministère de l'Intérieur ?

Qui ramène à la question de l'organisation de la Police Nationale depuis le début des années Sarkozy, vous me direz si je me trompe: Sarko, qui avait largement procédé au "démantèlement" de celle-ci, avec des raisons et des objectifs que seul le futur  nous a permis de voire émerger, et encore à titre de questions:

Pourquoi le démantèlement de la police ? Si l'effet conséquent en fût dix ans plus tard: une série de tueries sur le sol national qui signa la pire période récente de Terrorisme en France, avec d'abord visée antisémite à Toulouse  ? Et que cacher cette réorganisation à l'heure où Khadafi et Bachar El Assad défilaient à Paris, eux et les régimes autoritaires arabes !

Je laisse aux spécialistes d'approfondir la question, mais elle ne me semble pas secondaire...

 Si plus personne ne semble s'en souvenir maintenant comme facteurs déclenchants du terrorisme ultérieur, à l'époque Sarkozy, on a vu surgir aussi, au delà d'une police style poutinienne-américaine: les gros phares à tout bon de champ, les cow-boys traversant Paris et leurs  sirènes retentissantes à plus d'heure pendant la nuit, etc... , quasiment une police parallèle ! Déjà émergeait un style de police plus très française ...

Mais il y avait pire: sous la conduite du criminologue si réputé alors, Alain Bauer, des services de sécurité privés ont vu le jour à grande échelle, pour la première fois en France, plus des polices municipales, regroupant pour les premières d'ex-policiers ou militaires, avec en plus: nombre de sales gueules de la France Afrique et des dictatures arabes, si vous le permettez !

Je me souviens très bien,  de l'arrivée des services de sécurité à l'entrée de toutes les facs, tous les musées, toutes les institutions publiques, comme le début de la privatisation de l'espace public par une police privée, et d'une surveillance généralisée à grand e échelle, dans les rues, etc... et ce, bien avant l'éclatement du terrorisme ! Une politique de prévention ? Ou une politique déterminée de militarisation policière: la question reste ouverte ?

Mais il semble bien au regard de la réaction générale de la population française lors des tueries: que celle-ci aime et a un goût surannée pour la police, au-delà de toute compréhension: si ce n'est du même ordre que "l'ordre" que veut imposer Bolsonaro au Brésil !  

Le Louvre de Loyrette fermait ses portes à 5h de l'après-midi, avec ce genre de bouldogues à l'entrée, pour les soirées privées de Sarko et toute sa Bande du Fouquet's... Ce lieu a été amplement ravalé des années: celles de la construction du Louvre d'Abu Dhabi, jusqu'à faire de la Librairie, un souc pour touristes incultes en goguette, et transformer un centre de recherches bibliographiques sur l'Art en vulgaire droguerie et paillettes !

Plus grave, néanmoins, était ce qui se passait en coulisses sur d'autres scènes: celles qui, comme dans le Brésil pré-Bolsonaro, ont vu la remontée des forces répressives de ce pays, et leur mise en place aux manettes des puissances municipales et territoriales: là encore avec la prise de fonctions d'ex-militaires, gendarmes ou pompiers dans les Mairies Françaises... 

J'en donnerai un seul exemple personnel: à Courseulles où je ne remettais plus les pieds depuis l'époque Sarko et ses co-réligionnaires ( qui m'avaient devancés dans le petit hôtel où j'aimais m'héberger, et squeezés soudainement et définitivement "ma chambre", quand je venais à Caen et ne pouvait plus loger chez ma mère ( par interdiction autoritaire d'une fratrie avec laquelle j'étais profondément en désaccord sur des éthiques de premier plan : la traitement des personnes âgées !), j'ai pu constater que la mairie est maintenant aux mains "un ex-pompier parisien" dont je parie que j'ai dû déjà le croiser dans mon quartier du 12e (???) : je ne manquais d'en interroger le directeur de l'Hôtel où je descendis cet été: la question resta sans réponse et fût évitée; évidemment parce qu'elle était sensible !

Question histoire de la police, c'est à peu près tout ce que je connais: hormis, les descentes de police de nuit dans le quartier, ceux des cowboys des années durant, et qui ont pris fin récemment (il y a quelques mois seulement: comme il y a quelques mois seulement que le trafic stups a apparemment pris fin)

Du trafic stups: reprendre tout ce que les journaux ont publié ces dernières années, et c'était pas grand chose: Libé, Marianne, et tout récemment un premier article dans Médiapart, sur l'arrivée massive d'une tonne et plus de coke ! 

Avec la mise en examen, en procès et en taule, successivement ces doutes dernières années: de très hauts responsables du Ministère de l'Intérieur jusqu'à des Hauts gradés... Moi; là-dedans, je n'y suis pour rien !

Par contre, je tiens à dire que récemment, en plus des excellents entretiens d'Aude Lancelin, Gérard Miller et d'autres, dans Le Média, sur diverses questions politiques de premier plan, y compris leur couverture honnête des violences policières récentes dans les manifestations des Gilets Jaunes, pour la première fois, grâce au "Média", j'ai écouté un policier témoigner du fonctionnement de la police nationale et de ses dérives actuelles. Un homme très honnête, qui témoignait à visage découvert: on y apprenait beaucoup de choses, et c'est encore visible sur You Tube:

On y apprenait, ou on nous rappelait, entre autres qu'un policier comme tout citoyen n'est jamais obligé d'obéir à sa hiérarchie quand celle-ci lui somme d'agi de façon contraire à son éthique personne comme citoyen ! Grande question !

Et si l'on ne peut pas refaire l'histoire, on ne peut non plus accepter qu'un certain nombre de collaborateurs invisibles parmi les forces de l'ordre dans le trafic de stups passent par pertes et profits leur implication directe pendant des années, avec sûrement des gratifications, alors que ici dans mon immeuble: il était avéré que les violences avaient partie liée à ce trafic qui desservait des " apprentis" terroristes, ou bien plus (?):

Un seul exemple: une porte repeinte à la chaux au plus fort du terrorisme, en 2016, alors que Lafarge, et sa direction d'extrême-droite, négociait et marchandait avec la Syrie !

On pourrait reprendre aussi l'époque du foot et des Coupe d'Europe Machin: amplement alimentés par les stups ! En rappelant encore une fois l'articulation stups, foot, corruption, proxénétisme et finalement terrorisme: avec la brutalité qui l'accompagnait, celle d'hommes shootés que rien n'arrêtait; et on l'a vu, toujours prêts à TUER !

Maintenant une autre question à Edouard Philippe, qui est ex-maire normand au Havre, mais qui, malgré sa figure sympathique, ne semble pas toujours entériner une politique macronienne qui soit  vraiment "sociale" ! Et qui devrait commencer peut-être à mettre vraiment son nez dans la question police, puisque les dérèglement vont:

de laisser faire le trafic....

à ne pas intercepter les terroristes, qui tous ont connu de prêt la police comme fiche S: anciens dealers, devenus criminels, etc ....

et de vendre à la population française, pour servir des services secrets en somme peu scrupuleux, des versions françaises du terrorisme peu convaincants !

Comme Mr Edouard Philippe a un ami proche à Toulouse, le maire MR Moulenc,  je lui demanderais bien d'aller y regarder de plus près, dans les dysfonctionnements policiers promus dès l'époque Sarkozy, et qui se sont accumulés pour le pire, toutes ces années, s'il ne serait pas en mesure de nous en dire un peu plus sur: police municipale  toulousaine et divers services défectueux d'articulation police nationale parisiennes et toulousaine: dont on sait tous qu'ils existaient !

Existaient-ils ces dysfonctionnements: pour promouvoir ou cacher ou faciliter ou accentuer des liens mafieux entre une partie de la police ( celle d'extrême-droite cherchât à déstabiliser la démocratie française ) et les tenants à l'étranger des forces répressives de régimes autoritaires ???

Et comme cela passa, comme pour les magouilles à la Trump aux USA, via l'immobilier, qui a toujours été la plaque tournante d'un certain nombre de pratiques mafieuses et de corruption à grande échelle, pas toujours mises en évidence, et qui à Paris ont commencé à déstabiliser totalement le marché immobilier dans la deuxième moitié des années 90, et ont progressivement donner lie à l'installation d'un certain nombre de trusts américains, aussi bien Airbnb que Uber, etc... Dont on soupçonne facilement qu'ils servent de relais aux réseaux mafieux: c'est assez évident dans Paris.Il suffit parfois de bien regarder les protagonistes... C'est ce qui me fait appeler un certain nombre voitures circulant dans la capitale de : "corbillards" !

Le terme est suffisamment parlant pour mettre en évidence et en relief: le rapport à LA MORT...

 

Je m'en tiendrai là pour ce premier billet de questions sur le Terrorisme en France, à notre Premier Ministre Edouard Philippe.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.