Les Irlandais et la Guerre d’Espagne: 3 - Les Irlandais à la bataille de Cordoue

L'épopée des Irlandais engagés dans les Brigades Internationales pendant la Guerre d'Espagne.

La journaliste Pauline Murphy a raconté dans 10 articles publiés par le média de gauche américain "Counterpunch", l'épopée des Irlandais engagés dans les Brigades Internationales pendant la Guerre d'Espagne. Voici la traduction en français du troisième de ces articles:

Au cours de l'hiver 1936, de nombreux Irlandais se rendirent en Espagne pour lutter contre le fascisme en s'engageant dans la 15ème brigade internationale et nombre d'entre eux ne rentrèrent jamais chez eux. Dans l'une des premières grandes batailles de la guerre civile espagnole, huit combattants irlandais sont morts et ont été enterrés dans le sol brûlé par le soleil du sud de l'Espagne.

Les Irlandais qui se sont enrôlés pour lutter contre les fascistes de Franco venaient de tous les milieux. Certains étaient des fermiers et des ouvriers, d’autres étaient des étudiants et des enseignants, mais ils avaient tous des valeurs de gauche et des idéaux républicains qui étaient gravement menacés par le coup d’État de Franco en Espagne.

Le 28 décembre 1936, les Irlandais de la 15ème brigade internationale se joignirent à un bataillon français pour vivre leur première bataille et ce fut un baptême de feu pour les volontaires de l'île d'émeraude.

Ils lancèrent une tentative de reconquête de la ville de Lopera contre les forces fascistes. L’engagement dura un peu moins de deux jours, entraînant une défaite écrasante pour ceux qui combattaient la puissance des forces franquistes.

La brigade internationale avait peu de chance contre les mitrailleuses et les bombardements aériens, les volontaires étant mal équipés et mal préparés à l'attaque à laquelle ils firent face sur le front de Cordoue. Parmi les brigadistes tombés le 28 décembre figuraient deux hommes qui étaient les meilleurs amis l'un de l'autre, Michael May et Anthony Fox.

May et Fox avaient grandi ensemble à Inchicore, au sud de Dublin, et ont tous deux rallié la brigade de Dublin de l’IRA. Les deux amis se sont engagés dans les brigades internationales au début de décembre 1936, mais avant la fin du mois, ils étaient tous les deux morts.

May a été tué en couvrant le retrait de ses camarades à partir d'une crête basse. Armé d’un seul fusil contre une ligne de mitrailleuses, May n’avait aucune chance et il fut abattu. Pendant ce temps, à l'autre bout de la crête, Fox pansait les plaies de ses camarades blessés quand une balle fasciste lui frappa le cou. Le jeune homme de 22 ans a été tué sur le coup.

Le Dubliner Henry Bonar travaillait comme jardinier à Glasgow avant de répondre à l’appel des brigades internationales et arriva en Espagne le 14 décembre 1936. Il rejoignit les combats sur le front de Cordoue où il fut blessé par un intense bombardement aérien. Cet homme de 39 ans mourut peu après de ses blessures dans un hôpital de Colmenar de Oreja.

James Foley était un autre Dubliner qui vivait et travaillait en Ecosse avant de se rendre en Espagne. L’homme de 33 ans est décédé aux côtés de son compatriote Leo Green, quand une section des troupes franquistes les a surpris en train de tirer sur des cibles derrière un fossé. Cachés dans un angle mort au bord du fossé, les hommes de Franco ont massacré tous ceux qui se trouvaient devant eux.

Le 13 décembre, Frank Conroy, originaire de Kildare, quitta l'Irlande avec 25 autres volontaires pour un bateau à destination de l'Espagne. Ce fils de boulanger de 22 ans était déjà membre de l'IRA et du Parti communiste avant de rejoindre les brigades internationales. Quelques jours après avoir quitté sa patrie, Conroy fut tué dans la bataille de Cordoue.

Un homme de Galway, John Meehan, fut victime des intenses bombardements aériens pendant la bataille pour prendre la ville de Lopera. Il était blessé et couché sur le sol aux côtés du Dubliner Gerry Doran et de plusieurs autres brigadistes eux aussi blessés quand un brancardier est arrivé pour donner les premiers secours. Meehan a ordonné à ce dernier: "Prend Gerry, il est plus dur que moi". Gerry Doran fut donc emporté et survécu tandis que John Meehan succomba à ses blessures et mourut là où il était étendu.

Tommy Wood, âgé de 17 ans et originaire de Dublin, était le plus jeune des Irlandais. Il partit pour l'Espagne le 11 décembre et décéda 18 jours plus tard des suites de blessures par balle reçues en rejoignant l'avancée de la colline vers la ville de Lopera. Né dans la ville de Dublin, Wood fut le premier à recevoir une balle dans le genou et, alors qu’il était transporté vers un poste de secours, une balle lui traversa la tête, mettant ainsi fin à son existence.

Avant sa mort, Wood écrivit une lettre à sa mère dans laquelle il l'informait que le combat en Espagne n'était "pas une guerre de religion" et qu'ils "se battaient pour la classe ouvrière". Wood était issu d'une famille imprégnée de tradition républicaine. Il était membre de l'aile jeunesse de l'IRA, Na Fianna, depuis l'âge de 7 ans.

Frank Ryan, le chef des volontaires irlandais de la 5ème brigade internationale, a écrit à la mère de l'adolescent pour l’informer de la mort de son fils. Il écrivit: "Il a donné sa vie non seulement pour la liberté du peuple espagnol mais pour toute la race humaine et on se souviendra de lui de la même manière que ceux qui ont donné leur vie pour la liberté en Irlande".

Tommy Wood a été enterré dans le sol espagnol.

Tommy Wood est l’un de ceux immortalisées dans la chanson folklorique de Christy Moore "Viva la Quinte Brigada". La chanson commémore les Irlandais qui sont allés lutter contre la montée du fascisme en Espagne et qui, comme le jeune Tommy Wood et ses autres camarades de Cordoue, ont été enterrés là où ils se sont battus et sont tombés.

"Tommy Wood aged 17 died in Cordoba,

With Na Fianna he learned to hold his gun,

From Dublin to the Villa del Rio,

He fought and died beneath the Spanish Sun."

(Tommy Wood, âgé de 17 ans, est mort à Cordoue,

Avec Na Fianna il a appris à tenir son fusil,

De Dublin à la Villa del Rio,

Il s'est battu et est mort sous le soleil espagnol.)

Pauline Murphy

URL de l'article original:

https://www.counterpunch.org/2017/01/20/fighting-fascism-the-irish-at-the-battle-of-cordoba/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.