Les Irlandais et la Guerre d’Espagne: 5 - 1937: Les Irlandais tués au combat

L'épopée des Irlandais engagés dans les Brigades Internationales pendant la Guerre d'Espagne.

La journaliste Pauline Murphy a raconté dans 10 articles publiés par le média de gauche américain "Counterpunch", l'épopée des Irlandais engagés dans les Brigades Internationales pendant la Guerre d'Espagne. Voici la traduction en français du cinquième de ces articles:

Au printemps de 1937, l’Espagne était en proie à une guerre civile aussi intense que le soleil qui pesait sur ses cieux. Lorsque l’été est arrivé, le soleil a pris de l’ampleur, le combat est devenu encore plus intense et le nombre de victimes des deux côtés du conflit a continué à augmenter.

Parmi les nombreuses nationalités qui sont allées en Espagne pour aider les républicains à vaincre les fascistes, ce sont les Irlandais qui se sont avérés être une force dominante, mais la mort a frappé durement les hommes de l'île d'émeraude et beaucoup d'entre eux n'ont pas vu la fin du chaud été.

Hugh Bonnar est né à Donegal en 1907, fils d'un ouvrier agricole. Hugh ne suivra pas les traces de son père et trouvera un emploi loin de la terre en tant que plâtrier. Les convictions de gauche de Bonnar le verraient abandonner son métier et rejoindre nombre de ses compatriotes dans la lutte contre le fascisme en Espagne en 1937.

À son arrivée en Espagne en janvier 1937, Bonnar accéda au rang de chef de peloton du célèbre bataillon Lincoln. Malheureusement, à la fin de la bataille de Jarma, Bonnar tomba sous une pluie de balles le quatrième jour d’avril 1937.

À mesure que le printemps se transforma en été, la vie d’un plus grand nombre d’Irlandais fut perdue dans la lutte contre les forces fascistes du général Franco.

En juillet 1937, la sanglante bataille de Brunete commença à 24 kilomètres à l’ouest de Madrid. L'affrontement démarra au petit matin du 6 juillet, lorsque les forces républicaines, composées d'un important contingent des brigades internationales, franchirent les lignes franquistes. Les semaines suivantes verraient des combats acharnés.

Au début, la bataille de Brunete sembla être une victoire pour les républicains quand ils prirent le village de Villanueva de la Canada aux fascistes mais, au fil des jours, le nombre des victimes du côté républicain commença à monter et parmi les morts se trouvaient plusieurs brigadistes irlandais.

Le soleil de juillet assécha le sol et les bombardements aériens fascistes provoquèrent des incendies de forêt dans la région. George Browne, un syndicaliste anglais né en Irlande, fut l'un de ceux qui tombèrent sous le soleil poussiéreux. Browne est né le 5 novembre 1906 à Ballyneale County Kilkenny, mais a été élevé à Manchester où, à l'âge de 14 ans, il travaillait comme tisserand. Browne s'était présenté comme candidat communiste aux élections locales de 1934 en Angleterre mais n'a pas réussi à gagner un siège. Trois ans plus tard, il se battait avec la brigade internationale en Espagne.

Le 6 juillet 1937, Browne fut touché par plusieurs balles de fusil lors de son avance à Villanueva de la Canada. Alors qu'il était blessé au bord de la route et avant que ses camarades ne puissent l'atteindre, Browne s'est éteint en essayant de se replier face aux franquistes qui lui ont tiré dessus à plusieurs reprises.

William P. Laughlin était un autre Irlandais qui perdit la vie à Villanueva de la Canada. Originaire de la rue Conway dans le quartier de Shankill à Belfast, Laughlin avait servi 13 ans dans l'armée britannique avant de rejoindre un bataillon britannique des brigades internationales en 1936. Il fut abattu par un tireur fasciste le 7 juillet 1937.

Stuart O’Neill était un autre ancien soldat britannique. Il quitta l'armée en 1926 et émigra d'Irlande au Canada où il adopta un mode de vie quelque peu nomade et se retrouva arrêté à plusieurs reprises pour vagabondage. O’Neill s’est impliqué dans la Workers ex Servicemen’s League (Ligue des travailleurs anciens servants) et, au début de 1937, ce jeune homme de 36 ans s'en alla avec un contingent de Canadiens pour lutter contre le fascisme en Espagne. O’Neill fut tué à la bataille de Brunete le 7 juillet 1937.

Deux hommes originaires de l’Irlande de l’ouest, Joe Kelly de Roscommon et Thomas Burke de Mayo, tombèrent eux aussi ce 7 juillet 1937. Le 8 juillet, un autre natif de l'ouest de l'Irlande les suivit dans la mort.

Michael Kelly du comté de Galway fut tué lors d'une fusillade avec une troupe de franquistes et Frank Ryan, le chef des brigadistes irlandais, a plus tard écrit une lettre au journal Irish Democrat sur cet homme de Galway - "Michael a participé à la prise de Villanueva de la Canada qui furent 24 heures d'enfer et dont l'aboutissement fut un combat désespéré au corps à corps dans les rues. Il traversa cette période ainsi qu'une autre de bombardements aériens intenses sans une égratignure, puis, dans un engagement bref et relativement insignifiant, il fut tué."

Le 10 juillet, Vincent Hunt fut victime d'un bombardement aérien des fascistes. Cet homme, né à Carrick on Suir, vivait à Londres où il se porta volontaire pour une unité médicale britannique lorsque la guerre civile éclata en Espagne. Hunt a travaillé dans un hôpital à El Escorial afin d'aider les civils et les républicains blessés. Hunt fut tué par une bombe larguée sur l'ambulance qu'il conduisait pendant la bataille de Brunete.

Le 25 juillet, William Beattie fut abattu par un sniper fasciste. Beattie était originaire de Wilton Street à East Belfast et fut l'un des premiers Irlandais à arriver en Espagne en décembre 1936. Il avait été blessé sur le champ de bataille de Jarama. Beattie se rendit ensuite à Brunete pour se battre contre le fascisme où il fit le sacrifice ultime.

L'un des derniers Irlandais à mourir à la bataille de Brunete fut un jeune de Dublin dénommé William Davis, mais il était mieux connu sous le nom de Bill par ses camarades. Sa mort a été décrite dans un article paru dans le journal Irish Democrat, qui résumait la détermination de ceux qui luttaient avec les brigades internationales contre le fascisme en Espagne. "Là aussi, Bill Davis est mort en levant le point en signe de salut alors qu’une mitrailleuse le criblait de balles lors de la prise de Villanueva de la Canada."

Alors que l'été de 1937 se transformait en automne, de plus en plus d’Irlandais continuèrent à se battre et à tomber dans la bataille contre le fascisme en Espagne.

Pauline Murphy

URL de l'article original:

https://www.counterpunch.org/2017/05/25/the-irish-dead-fighting-fascism-in-spain-1937/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.