marie-nicole
Abonné·e de Mediapart

17 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 juin 2021

1939: La chute de Madrid racontée dans un article de l'époque

Cet article, trouvé dans les archives du site du journal britannique ‘’The Guardian’’ a été publié à l'origine dans le Manchester Guardian du 29 mars 1939. Voici sa traduction:

marie-nicole
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Madrid se donne à Franco

Madrid s'est rendu. Les rebelles qui, en novembre 1936, s'étaient durement battus pour prendre la ville et avaient échoué, sont entrés hier en tant que soldats du gouvernement espagnol nouvellement reconnu, et aucun coup de feu n'a été tiré. Les partisans de Franco dans la ville, la "cinquième colonne" dont il avait déjà parlé, attendaient ce moment depuis plus de deux ans.

Ils sont sortis dans les rues avec enthousiasme à l'idée d'accueillir les troupes qui défilaient. Le général Franco devrait pénétrer dans la ville en triomphe samedi. Valence va peut-être suivre l'exemple de Madrid en se rendant elle aussi. Le Conseil national de Défense (les Républicains) est déjà sur place pour discuter de la question de la remise de la ville. L'Italie et l'Allemagne, comme elles l'avaient fait prématurément en novembre 1936, célèbrent la chute de Madrid. La nuit dernière, à Rome, M. Mussolini est apparu sur son balcon et a déclaré devant dix mille personnes enthousiastes: "L'infanterie de Franco et les légionnaires italiens sont entrés à Madrid et la guerre d'Espagne peut donc être considérée comme terminée. Ainsi finiront tous les ennemis de l'Italie et du fascisme."

Le premier drapeau blanc est apparu au centre de Madrid hier matin. C'était le signal d'un spectacle de levé de bannières blanches faites de draps déchirés, de serviettes et de mouchoirs, sur les maisons, les rues et les tranchées de la capitale. À côté du drapeau blanc, les couleurs rouge et or des nationalistes sont apparus, auparavant dissimulés par la "cinquième colonne" de Franco.

À neuf heures, les troupes de Franco ont commencé à entrer. Trois heures plus tard, la ville entière d'un million d'habitants était entre leurs mains. À onze heures, la reddition a été officiellement annoncée par le réseau sans fil de Madrid. La première section à être occupée était la cité universitaire, au nord-ouest de la capitale, où des troupes républicaines et nationalistes s'étaient affrontées pendant plus de deux ans à travers un étroit no man's land sous lequel elles avaient creusées des tranchées. Un Madrid affamé qui avait tenu pendant ces deux années ne résistait plus.

Les troupes républicaines ont jeté leurs armes et certains de leurs soldats ont envahi les rues en chantant et en criant avec les partisans de Franco. D'autres ont fui devant la peur des représailles. Ils cherchaient désespérément des moyens de s'en sortir, mais les voitures étaient rares en raison de la pénurie d'essence.

Les bérets rouges ont commencé à apparaître, ainsi que les brassards rouges et noirs avec des flèches rouges, l'insigne des phalangistes (fascistes espagnols). Des bannières rouges et dorées de l'Espagne nationaliste étaient suspendues aux fenêtres. Immédiatement après l'entrée des troupes franquistes, tous les prisonniers politiques [détenus par les Républicains] ont été libérés. La nuit dernière, des camionnettes à la radio parcouraient les rues de Madrid en promettant à la population "paix, pain et justice", alors que des convois de nourriture à l'extérieur attendaient pour entrer.

The Manchester Guardian le 29 mars 1939

URL de l'article original:

https://www.theguardian.com/theguardian/2011/mar/29/archive-madrid-gives-itself-up-to-franco-1939

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Pour que jamais nous ne trions des êtres humains aux portes des hôpitaux
Nelly Staderini, sage-femme, et Karelle Ménine ont écrit cet billet à deux mains afin de souligner l'immense danger qu'il y aurait à ouvrir la porte à une sélection des malades du Covid-19 au seuil des établissements hospitaliers et lieux d'urgence.
par karelmenin
Billet de blog
Les urgences et l'hôpital en burn-out !
On connaît par cœur ce thème souvent à l'ordre du jour de l'actualité, qui plus est en ce moment (une sombre histoire de pandémie). Mais vous ne voyez que le devant de la scène, du moins, ce qu'on veut bien vous montrer. Je vais donc vous exposer l'envers du décor, vous décrire ce que sont vraiment les urgences d’aujourd’hui ! Et il y a fort à parier que si l'ensemble des Français connaissaient ses effets secondaires, il en refuseraient le traitement, au sens propre comme au figuré !
par NorAd4é
Billet de blog
Monsieur le président, aujourd’hui je suis en guerre !
Monsieur le président, je vous fais une lettre que vous ne lirez sûrement jamais, puisque vous et moi ne sommes pas nés du même côté de l’humanité. Si ma blouse est blanche, ma colère est noire et ma déception a la couleur des gouttes de givre sur les carreaux, celle des larmes au bord des yeux. Les larmes, combien en ai-je épongé ? Combien en ai-je contenu ? Et combien en ai-je versé ? Lettre d'une infirmière en burn-out.
par MAURICETTE FALISE
Billet de blog
Toulouse : un désert médical est né en décembre au cœur de la ville rose !
[Rediffusion] Questions au gouvernement, mardi 11 décembre, Assemblée nationale, Paris. Fermeture du service de médecine interne à l’hôpital Joseph-Ducuing de Toulouse… Plus de médecine sans dépassement d’honoraires au cœur de la ville rose. Toulouse privée de 40 lits pouvant servir pour les patients Covid (vaccinés ou pas…)  Plus de soins cancer, VIH etc !
par Sebastien Nadot