LA POSTE, UN NOUVEAU TOUR DE PASSE- PASSE LE COUPERET EST TOMBE

Eh oui, nous y voilà, comme je le craignais, le Conseil d’Etat a lui aussi écarté L’objet initial de ma requête! Il a statué …

Le Conseil d'Etat a statué

« Mme Marie-Reine Brisard a demandé au tribunal administratif de Nantes de condamner La Poste à lui verser la somme de 241 565,39 euros en réparation des préjudices qu’elle estime avoir subis à la suite de l’accident de service dont elle a été victime le 18septembre 2002, puis dans la gestion de sa  carrière. » « Aucun de ces moyens n’est de nature à permettre l’admission du pourvoi »

Avant de commencer le feuilleton d'un enfer qui dure depuis presque 20 ans, je souhaite vous faire part de mon ressenti, à la lecture du jugement rendu le 3 mai ,au lendemain de la parution de mon article "A quoi bon se défendre lorsque La Poste transgresse la vérité et que la justice n’entend pas les arguments de la défense"
J'ai choisi une forme qui me semble adaptée au sérieux de Mon Affaire, de NOS affaires!
Je souhaite dénoncer un système scrupuleusement mis en place par La Poste, la Banque Postale, qui sans scrupule vous conduit à faire, procédure sur procédure, dans l'espoir que son pouvoir financier aura raison du votre!
Neuviéme procédure devant le Conseil d'Etat, le couperet est tombé! 
Un dernier recours? Oui donner suite à une plainte déposée au pénal! Mais je n'ai plus le sou (je distribue la "pub" pour payer mes avocats) et ...je n'ai peut être plus la force morale!. 
Il y a trois ans, presque jour pour jour, c'était le 12 mai 2018, en prenant conscience, de ce que La Poste, la Banque Postale était capable de faire, "j'ai fait une tentative de suicide", j'ai fait du mal... j'ai fait du mal autour de moi...
En effet, j'ai découvert, qu'en octobre 2013, la personnes en charge de mon dossier à la direction du service des ressources humaines au Siége de La Poste, avec la complicité de la personne en charge de mon dossier au service juridique également au Siège, ont réussi à obtenir "entre autres" et par ruse, un témoignage dont le déroulement et la réalité des faits relatés ont totalement été travestis. La Poste, la Banque Postale n'a pas hésité à l'utiliser et à le produire à LA JUSTICE, le 6 décembre 2016...Début de ce qui sera un nouvel ENFER
 " C'est qui… qui dit?     C'est qui qui dit… la VERITE ?

Je ne savais pas, mais AUJOURD'HUI, JE SAIS, je n'ai d'autre choix et je vous invite à prendre quelques minutes, sur la musique et sur l'inspiration des paroles de Jean Gabin dans "Je sais",  à prendre connaissance de la réalité des faits 

https://www.facebook.com/100022076105375/videos/992689404810254/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.