Marion Boccon-Gibod
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 janv. 2015

Tuerie de Charlie Hebdo, ne nous trompons pas de guerre

Marion Boccon-Gibod
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quelques jours seulement après l’attentat de Charlie Hebdo, les réactions de chacun diffèrent. Parce que nous sommes tous différents, de par nos sensibilités, nos personnalités, nos valeurs, nos croyances, nos peurs. Certains pleurent, ou hurlent leur révolte. D’autres ne disent rien. D’autres encore préfèrent se recueillir, réfléchir seuls. D’autres à plusieurs, d’autres pas. Certains y trouvent des opportunités pour agir à des fins purement égoïstes. D’autres encore se laissent emporter par les amalgames, la provocation et la colère. Certaines réactions sont bien sûr profondément déplorables, voir condamnables. Mais, reflétant aussi la réalité de notre société, elles sont malheureusement inévitables. Donner de grands discours d’unité est délicat : quelle unité ? Nationale ? Mondiale ? Humaniste ? Sommes-nous tous d’accord ?

Dans ce contexte, le plus important aujourd’hui, me semble-t-il, est d’abord de ne pas se jeter la pierre les uns les autres. Se donner le droit de réagir, conserver la liberté de nos différences, rester ouverts et tolérants envers nos voisins, à l’image des valeurs humaines scandées par tant ces jours-ci au nom de ce nouveau symbole qu’est devenu « Charlie »… Car nombre d’entre nous souhaitons la même chose : vivre dans une société dans laquelle l’acceptation de l’autre, de ses opinions et de sa différence, et donc de la liberté de chacun d’être libre de ses pensées, sont les piliers. Nous sommes tous touchés par l’horreur de ces événements tragiques, parce qu’ils nous ont touchés de si près. S’applique alors la loi de proximité, naturelle, humaine. Une attaque à notre pays, à notre presse, à notre culture. Mais après le temps du deuil, posons-nous les questions fondamentales sur les problèmes de fond posés aujourd’hui, apprenons à communiquer correctement et ne nous laissons pas déborder par nos différences d’opinion, qui nous divisent au lieu de nous enrichir et de nous unir. C’est notre seule chance de sortir vainqueur de cette guerre d’idéologie, qui malheureusement ne date pas du 7 janvier 2015, et qui oppose ceux qui se battent pour la liberté d’expression, l’acceptation de nos différences dans le respect d’autrui et de la vie, et le refus de céder à la violence et à la haine, à ceux dont le seul souhait est de dicter et d’imposer des idées, en refusant tout débat et en dirigeant par la terreur et par les armes.

Si l’on part du principe que nous sommes nombreux à être dans le premier camp, se diviser les uns et les autres nous dessert et nous affaiblit. Si l’objectif est de gagner cette guerre d’idéologie pour conserver notre liberté de penser, il est important de garder un certain recul et de s’unir, à l’échelle planétaire, avec tous ceux qui fondamentalement souhaitent la même chose. Et non de critiquer qui est hypocrite, ou pas, qui est impliqué, qui ne l’est pas assez, qui s’est réveillé hier, ou qui se battait déjà… Rester concentré sur le débat de fond qui s’élève aujourd’hui dans les consciences sur la liberté d’expression, pour pouvoir continuer à chercher intelligemment des solutions pour résister malgré la peur; tel est notre plus grand challenge aujourd’hui.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’encombrant « Monsieur sécurité » de Yannick Jadot écarté de la campagne écolo
Insultes, menaces, intimidations : depuis plusieurs années, militants et élus alertent les responsables d’EELV sur le comportement de Philippe Bouriachi. Ce conseiller régional, qui faisait office de garde du corps de Yannick Jadot, a été écarté de l’équipe de campagne parallèlement à notre enquête. Il dénonce une cabale.
par Mathieu Dejean et Sarah Brethes
Journal — France
Affaire Hulot : Jadot met « en retrait » un pilier de sa campagne
Proche de Nicolas Hulot, Matthieu Orphelin a été mis « en retrait » de la campagne de Yannick Jadot, en raison d’interrogations sur la connaissance qu’il aurait pu avoir des agissements de l’ancien ministre, accusé de violences sexuelles et sexistes. Une « décision courageuse » de la part du candidat écologiste à la présidentielle, salue Sandrine Rousseau.
par Mathieu Dejean
Journal — France
Dans le Béarn, des jeunes empêchés de s’installer en maraîchage bio
La communauté de communes de Pau a lancé un projet de « Ceinture verte » : l’installation d’une dizaine de paysannes et paysans par an autour de l’agglomération. Mais six jeunes sont actuellement suspendus au bon vouloir de la Safer, qui privilégie l’agrandissement des fermes existantes.
par Amélie Poinssot
Journal — France
Le procès des attentats du 13-Novembre
Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté mercredi 8 septembre à Paris. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse. Retrouvez ici tous nos articles, reportages, enquêtes et entretiens, et les chroniques de sept victimes des attentats.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO
Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk