Lettre du 11 août 2019

Dédale.

Les mots sont des caresses

Même les mots ne peuvent plus assécher mes larmes.

 

Parce que tu ne fermeras jamais

la porte derrière moi

 

Pour ressentir

le reflet de la perfection de cette chanson

 

Les mots sont des caresses

que nous ne pourront jamais connaître

 

Tu es injuste

 

tu crée un abîme de silence

où je sombre avec mon amour

 

Tu ne feras jamais le geste

de répondre à mes demandes

 

tu ne feras jamais le pas

de m'appeler

 

Et je sombrerai dans ton abîme de silence

pendant que tu m'ignores

ton cœur ne s'ouvriras jamais

 

Et le seul rempart à cette injustice

se trouve dans cette interstice 

où je répare avec mon cœur

tes erreurs

quand je cri intensément mon amour

à ton cœur sourd et froid

 

Je saigne et je t'aime toujours

J'ai toujours l'espoir de voir ton visage

De te dire pourquoi je t'aime

 

Je rêve toujours

De vivre avec toi le jour

Où tu viendras monter avec moi sur la Lune

Depuis laquelle je t'admire

Et sagement,

Tu m'expliqueras

que je n'est plus besoin de rester sur la Lune

pour t'admirer 

Pare que tu vas prendre soin de moi

En m'aimant sur cette terre.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.