Dans la douceur bienfaitrice de tes bras...

Mer.

Tes bras qui m'ont porté

Toi qui ne m'a jamais trahi

Et toujours aimée

Tu es certainement

Bien que prisonnière et

Lointaine

M'a seule véritable

Amie

Tu es l'eau

En ton ventre

Tu m'as fait grandir

Et jamais de ton immensité

Tu ne m'as inquiété

Parce que l'homme est traître et misérable

Tu m'as fait connaître

Cette force qui est en moi

La douceur

Qu'aucun être terrestre ne contient.

Et dans ton éloge

Je poursuis ton destin

Et je suis plus liquide

Que rigueur

Je suis comme ta veine

Ton courant qui m'a porté

Vit maintenant en moi.

Et qui peut le moquer

N'en a pas conscience

Et celui qui se moque est bien trop

Ingrat

Pour le comprendre

Tu es bien trop belle

Pour que je t'égale

Intemporelle

Et éternelle

À mes yeux tu brilles

Quand bien même le coeur des hommes est vide

Et si dans tes bras te me berces

C'est bien que ta générosité

N'est pas une paresse

Tu n'as pas de prix mercantiles

Et quand le soleil te pare de ces rayons d'or

C'est toi l'unique reine aimante

Qui existe

Et tu guéris l'âme

Du plus perdu des humains

Parce que ta source

Est sereine

Et tes rondeurs liquides

Enveloppe le corps meutri

Par la désuétude des êtres

A moi tu te révèles

Et tout ce que tu racontes

Est maintenant mémoire de mon

Être.

Tu es m'as seule véritable amie,

Tu ne m'as jamais trahie,

Jamais banie,

Ils t'ont fait prisonnière.

Là où tu te trouves.

Mais je garde dans ma mémoire

Tout ce que tu m'as raconté.

L'eau.

Tes bienfaits sans artifice et ton monde

Qui peulple mon coeur de ta douceur et de

Ta beauté jaillie

Tu m'a fait naître et grandir

Et je suis à ton image

Devenue

Une de tes êtres aquatiques.

La mer.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.