LE HARAS DE LA BAULME ET SA LA SAISIE DE 103 CHEVAUX

Un contrôle DDPP , avec Le Maire et une association la Réserve Sur le HARAS DE LA BAULME A CRONAT 71

En 2014 une femme d’origine Finlandaise/Allemande Madame Von Renteln ,  achète un château avec 180 ha de terrain, elle commence dès 2015 avec des soucis car elle a acheté les terrains, avec le locataire de l’ancien propriétaire, à qui elle avait précisé ne pas lui renouveler le bail, cet agriculteur mettra 2 ans à partir sans rien payer et en emportant le matériel agricole acheté par Madame Von Renteln.

Dès sont arrivé avec 40 chevaux hérités par son fils, les soucis commence avec le Maire et la SAFER, ceux-ci notifiant que les terres ne sont pas complètement utilisées. De plus elle en Natura 2000.

Elle s’attellera à faire du bio, avec l’aide des Services de la MSA, qui lui expliqueront les modalités et les papiers.

Une femme seule, le Maire pensait faire ce qu’il voulait d’elle, mais ce n’était pas son souhait, elle agrandit donc son cheptel par des pensions et autres.

En 2017, une cavalière, Mademoiselle JOLY   lui demande deux chevaux, celle-ci flache sur une jument Cartania, elle négocie, insiste et obtient un contrat « tous frais tous gains » contrat verbal comme souvent. Son père n’était pas présent, par contre des amis de Monica en attesterons.

Insatisfaite des résultats, pour une jument qui pouvait nettement faire mieux, Monica prévient qu’elle ne souhaite plus continuer et veut récupérer sa jument, sur place en présence de son fils et d’un ami, ils seront frappés (un film a été fourni à la gendarmerie), ils récupèreront le cheval claudiquant, mais pas la jument, à ce jour la jument n’a jamais été rendue.

A la suite de cela, comme par Hazard des chevaux seront régulièrement en divagations, les clôtures arrachées, les portes de stabulations s’ouvrent mais se referment également, (les chevaux sont très doués).

Le Maire n’obtenant pas ce qu’il veut avec la propriétaire pour les terres, appellera la DDPP, en 2018

Celle-ci va faire un rapport sans avoir aucune information sur le Haras car la propriétaire ne comprend ni ne parle pas le Français, rien de tous les papiers ne seront traduits.

En 2019, une deuxième visite de la DDPP, sera aussitôt suivi d’une saisie conservatoire pour maltraitance, cette fois-ci traduite, puisque la DDPP a reçu un mail lui spécifiant ses obligations pour une étrangère.

Nous aurons la surprise de voir sur le rapport que les chevaux sont cachectiques entre autres, qu’ils sont délaissés sans eau (il y a de l’eau naturel sur les terres) compte tenu du nombre de terre qu’ils ont par animal, tout cela tient de la méconnaissance.

Un étalon est maigre en présence de juments à proximité, des juments sont maigres car les petits tirent beaucoup, les poulains sont maigres parce qu’ils grandissent trop vite, ces contrôleurs n’y connaissent rien, ou le font exprès.

Les chevaux malgré cela seront laissés à la propriétaire, eh oui 100 chevaux à placer ce n’est pas facile.

Pour que la propriétaire ne vende pas ses animaux, une Association « la réserve » aura pour mission de vérifié l’alimentation des chevaux et que le nombre ne bouge pas.

Cela ne se passera pas bien, le Président est un homme sanguin, insultes fusent limite jusqu’aux coup, le tribunal et la DDPP seront prévenu et rien ne change.

En accord avec la DDPP pour alimenter ses rapports négatifs ou en promesse de récupérer des chevaux, les rapports convaincront le Tribunal en Mars 2019, la saisie définitive sera décidée.

Sans tenir compte des contradictions, des photos qui prouvent tout le contraire de ce que cette association ,qui de plus n’est pas en règle a pu donner au tribunal.

Plus grave encore, tous les chevaux saisie n’appartiennent pas à la propriétaire. Le tribunal à statuer dans la foulée de la plaidoirie. Ce qui laisse à penser que c’était cousu d’avance.

La vice procureur madame Krémer, madame Rubbens chef de la DDPP et la Réserve se connaissaient, cavaliers pour certains et de précédents dossiers pour d’autres.

A cause du COVID la saisie n’a pu avoir lieu de suite, elle a donc été effectué le 21 juillet, dans des conditions épouvantables pour les chevaux, confié une partie à la SPA de Paris l’autre à la SPA de Lyon, mais en fait mascarade car c’est la réserve qui a récupéré les chevaux par stratagèmes.

Aujourd’hui la Réserve vend des chevaux alors que ceux-ci n’appartiennent pas à la propriétaire.

La propriétaire a également des chiens, jack Russel et Rodésians, ils lui ont reproché un élevage, sans preuve, de plus le peu de petits qu’elle a eu elle les donnait à des amis.

Suite à une morsure dans son domaine le Maire par un arrêté totalement erroné à fait prendre par deux SPA les chiens pour les tester comme des chiens de catégorie 1-2.

Ce jour-là la DDPP présente également a fait abattre une Rodésian qui était très proche de sa maitresse, celle a pas supporter, ils ont décidé de la faire interner, ce que le Psychologue qui la occulté à refuser.  Elle a récupéré ces chiens quelques jours après avec une facture de 6000 euros.

Voyant que les choses recommençaient cette fois-ci elle s’est enfuit avec ses chiens et une partie des chevaux.

Compte tenu de l’injustice subit, je pense que l’on peut la comprendre

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.