Le 21 Novembre, mobilisons nous contre ce régime autoritaire !

Le 21 Novembre, Marseille Révoltée, fédération de mouvements féministes, sociaux, et écologistes marseillais, appelle à une mobilisation massive pour s'opposer à la loi dite de "sécurité globale" et pour célébrer les deux ans des Gilets Jaunes.

Le régime se durcit, encore ... Il n'aura pas suffi à ce gouvernement de réprimer, deux ans durant, le mouvement des Gilets Jaunes, de faire pression sur la presse, ou de répondre à une crise sanitaire par des mesures policières et le mensonge d'Etat, destiné à mettre un masque sur son incompétence. Il veut maintenant nous priver de notre liberté d'expression et de nos yeux, exigeant de nous qu'on les ferme face aux violences que nous subissons lorsque nous osons nous opposer à ce système fondé sur la domination. 

L'élection d'Emmanuelle Macron était certes légale, mais résulte d'un véritable coup d'état marketing, porté par les media dominants, et son gouvernement est aujourd'hui largement minoritaire dans le pays. Il dirige, sans tenir aucun compte du « pays réel », au profit d'une minorité d'ultras-riches : suppression de l'ISF, flat tax, ... Et lorsque la majorité des citoyens se rappelle à lui par le soulèvement populaire des Gilets Jaunes, la seule réponse est une répression féroce : 25 éborgnés, 5 mains arrachées, fractures du crane, de la mâchoire, emprisonnements fermes, et la mort d'une marseillaise, Zineb. Un neurologue évoquera même des blessures de guerre ... Et dans le même temps, pour financer les cadeaux fiscaux faits aux plus riches, ce gouvernement continuera d'attaquer nos services publics, de réduire les moyens de la santé, d'enseigner, de vivre, et de remettre en cause les retraites par répartition.

Ce Samedi 21 Novembre, célébrant le deuxième anniversaire des Gilets Jaunes, notre fédération de mouvements marseillais s'opposera à cette loi généralisant la surveillance des manifestants par l'utilisation de drones et de la reconnaissance faciale, ainsi que la censure, interdisant de diffuser toute image de violence policière. Nous ne laisserons pas la France sombrer dans une dictature violente et la Justice prendre des vacances sans rien faire. Nous agirons. 

Car nous ne nous contenterons pas de cela. Les Gilets Jaunes nous ont appris que la force publique n'est pas que policière, elle est aussi populaire.  Si les manifestations des 17 et 21 Novembre, exprimant l'opposition du Peuple à de telles mesures, ne suffisent pas à faire reculer le pouvoir, nous continuerons, désobéirons, et ferons plier ce régime autoritaire.

Ce Samedi 21 Novembre, Marseille Révoltée appelle ses concitoyennes et concitoyens à se mobiliser contre cette loi liberticide. Ainsi, lorsque nos enfants nous demanderont où nous étions lorsqu'il fallait défendre les libertés, nous pourrons dire que Marseille, elle, était sous la matraque, et non sous l'autorité d'une poignée de puissants.

 

Aujourd'hui un nouveau tournant est pris, l'exécutif gouverne sans le parlement, impose une « tyrannie sanitaire », et profite de l'enfermement imposé à la population pour faire passer en force, entre autre, la loi liberticide de « sécurité globale ». Macron a déclaré qu'il n'y avait pas de violences policières. Si demain l'article 24 est adopté, en effet, vous ne verrez plus ces violences, parce qu'il n'y aura plus d'image, plus de preuve. Mais elles perdureront, loin des yeux de la Justice. N'oublions pas que sans vidéo, il n'y aurait pas eu d'affaire Benalla, pas d'affaire du Burger King, pas d'affaire Maria à Marseille. Que serait une démocratie sans liberté de la presse ?

Le régime se durcit, oui, mais après deux ans de Gilets Jaunes, le gouvernement aurait du apprendre que la rébellion n'est pas chose simple à éborgner et que, ne lâchant rien, le Peuple s'unira toujours pour vaincre ce système toxique et liberticide.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.