des Primaires pour la gauche? OUI, M. Montebourg

Je viens de lire le rapport du secrétaire du Parti socialiste à la Rénovation, M. MONTEBOURG. Ce rapport est riche en enseignement et en leçons pour la suite du PS. Il exige surtout que chacun prenne position sur ce raport et impose à la direction du PS, d'accepter de valider le principe des primaires ouvertes et surtout de valider pour avant la fin 2009. Pour que les candidats aient tout 2010 pour se lancer, proposer, mettre en place des équipes sur le terrain, lancer des débats, et 2011 pour se confronter. Vous le trouverez sur le lien http://medias.lemonde.fr/mmpub/edt/doc/20090619/1208771_71bd_psrapportprimairespopulaires.pdf
Tout celà ne marchera que si c'est validé en 2009, malgré les DSK, Fabius, Lang, et Delanoë, qui ne peuvent pas nous imposer de dormir jusqu'en 2011, et envoyer un candidat à l'abattoir.
Je m'étais un peu (beaucoup) fâché avec M. DE MONTEBOURG suite à son comportement de traite pendant le congrès de Reims car il aurait dû à ce moment être en faveur de Ségolène et celà aurait fait bouger les choses. Ceci dit, passsons au rapport que son secrétariat vient de publier car je le trouve complet, constructif et surtout ses conclusions sont très efficaces et utiles. Elles demandent en plus et surtout que le parti socialiste prenne position très vite bien avant les prochaines élections présidentielles (avant la fin 2009).
Ce que dit ce rapport, c'est
premièrement: la donne a changé après le passage au quiquénnat, l'élection majeure est l'élection présidentielle. Il ne sert à rien d'avoir 80% des mairies, 80% des consseil généraux, 80% des conseils régionaux, car au final, l'élection qui permet de changer réellement la Fance, c'est l'élection présidentielle. Seul le Président de la République compte et peut changer la France.
Deuxièmement, l'UMP a fait le vide à droite en siphonnant les partis à sa droite et en attirant les talents du Centre (sans accord). On peut dire que ce mode de rassemblement est brutal et n'est pas souhaitable à gauche. Néanmoins, il aura été très efficace dans les dernières élections où l'UMP nous a trucidé, humilié. Par contre s'ils n'ont plus de réserve de voix, nous n'avons plus la force ni les moyens de garantir que nous serons au second tour d'une élection à deux tours, car nos partenaires ont pris du poil de la bête et sont désormais aussi forts que nous.
Troisièmement, Le désamour entre le Parti socialiste et les Français est si grand qu'il faut d'une certaine manière créer les conditions d'un échange sincère et sans tabou, d'une écoute profonde, entre le parti et la France, son peuple, ses groupes de réflexion et de pensée (civique et religieux), ses organisations syndicales...
Conclusion: Lisez ce rapport pour vous convaincre que la réponse à ces besoins URGENT, ce sont les PRIMAIRES ouverte à toute la gauche, même si les modalités de sa mise en oeuvre peuvent être revues.
1. il faut en prendre conscience, nous devons rassembler à gauche. Et celà doit se faire sur la base d'échanges en vue d'écrire un projet, tracer des axes de réflexions avec nos accords et désaccords.
2. Nous devons de notre côté aussi comprendre que mettre la rédaction du projet avant le choix du leader est suicidaire car une fois le projet réalisé, le leader doit pouvoir marquer ses choix pour être à l'aise.
Dans cette optique, la primaire permet à la fois de dégager des leader et aussi de voir émerger des minoritaires avec des idées que n'auraient pas au départ le vainqueur de la primaire, mais qu'il pourra utiliser car les conditions de rassemblement et de reconciliation des candidats seraient inscrits dans le code des primaires.
3. Il y a des régions de France que SARKOZY a obtenu haut la main (Alsace, et tout l'Est de la Fance, le Sud Est aussi, par exemple). Il faudra créer les conditions d'une mobilisation populaire dans ces secteurs par un travail militant sur le terrain pendant ces primaires.
4. Il faut à tout prix que le fait que quelques apparatchiks du PS (DSK, Delanoë, Lang et Fabius) qui sont contre les primaires ne brident pas la volonté de la majorité qui souhaite avoir un parti socialiste en ordre de marche très très rapidement. Le parti ne leur appartient pas et ils n'ont pas le droit de le figer par égoïsme
Ce qu'exigeront les primaires, c'est que le PS fasse l'effort d'organiser des débats thématiques et se dotent d'un programme à proposer à ses partenaires à gauche et au centre afin de commencer les discussions.
Je vous demande à tous de mettre la pression sur le parti Socialiste afin que ce calendrier puisse être validé assez rapidement pour un ESPOIR A GAUCHE.
retrouver cet article aussi sur mon blog

 

François HOLLANDE, le député de Corrèze a affirmé: «Je lance un appel que toutes les idées soient mises au service du Parti socialiste. Qu'on cesse pour l'instant de parler de procédures de désignation de personnes».

«Il faut mettre les idées sur la table. Ce sera dans quelques mois qu'on choisira tous ensemble celles de ses idées qui nous semblent les meilleures". "Les militants nous disent "donnez nous des idées précises, des propositions crédibles"»,
a-t-il dit.

Après le rapport Montebourg sur l'organisation de primaires ouverte, Martine AUBRY s'est fendue d'une déclaration: "C'est très bien" qu'Arnaud Montebourg "travaille" sur ce sujet mais elle avait ajouté: "Il y a d'autres priorités vis-à-vis des Français et de la rénovation de notre parti".

Malheureusement pour eux et d'autres (Delanoë, DSK, Fabius...) la stratégie qui consiste à distinguer le projet du leader est à l'origine des défaites consécutives du PS à toutes les élections majeures depuis deux ans.

Le publique sait qu'à droite, il n'y a qu'une tête c'est Sarkozy. A gauche t surtout au PS, on nous fait le coup du "ce n'est pas grave de ne pas savoir qui est le chef, qui est la voie principale du parti, qui détermine la ligne du parti ...

Le résultat est donc connu d'avance. Le PS perdra en 2012 s'il ne s'est pas donné un leader qui détermine les axes de travail du projet, et le rythme de cette préparation. Son équipe sera aussi déterminante, mais il faut qu'un chef reconnu comme étant l'opposant numéro 1 soit choisi de façon incontestable.

Le parti socialiste doit se préoccuper de ce que son numéro 1 ait une voie prépondérante, proposante.

Les Français ont besoin d'avoir un leader qui porte la voie du PS. Les seules voies qui portent actuellement sont celle de Ségolène Royal et de Moscovici. Ils ont un message et des réponses. Ils travaillent leurs messages, leurs projets sont perceptibles. Mais, ils ne parlent pas au nom du PS. Le PS c'est Aubry, et elle est trop occupée à Lille. Pour le moment c'est Martine Aubry qui n'est pas vue comme leader de la gauche, elle s'exprime au nom du PS. Sa voie ne porte pas et elle ne s'exprime pas sur les sujets forts qui intéressent les Français (Outre Mer, Crise financière, l'emprunt, ...), elle passe son temps à répéter que le président se trompe, qu'il est hors sujet, qu'il ne répond pas aux Français... Mais pendant ce temps elle ne propose aucune réponse et se contente de dire qu'elle est au côté des Français. Ceci est flagrand en visitant le site du PS, avec près de 10 pétitions, aucune proposition, des textes de personnalités du PS qui ne proposent pas de réaction des lecteur.

Changez ce site horrible et impersonnel et regardez le site de l'UMP, par exemple. Des visages, des propositions, des débats à toutes les pages, des discussions, des réactions et interviews de militants partout.

Au PS, celà n'existe nulle part.

http://www.lepost.fr/perso/onamartial/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.