Présidentielles au GABON

L'ancien Premier Ministre, ancien Président de la BEAC, actuel ministre d'Etat et ministre du Pétrole et des Mines se présentera demain mardi 21 Juillet 2009 au cours d'une conférence de presse.

Dans la journée on a aussi appris la candidature de Zacharie Myboto.

Il serait passionnant de voir si des regroupements, des ralliements s'organisent afin d'ouvrir la voie à une alternance démocratique. Par là j'entends un Président qui ne soit pas un BONGO, le Gabon n'étant pas une monarchie.

Il y aura des candidats divers et chacun apportera sa part d'expérience et son originalité dans cette élection. Il faut espérer que la campagne sera intense et que des propositions nouvelles émergeront. Je souhaite aussi que des équipes se dessinent et que de nouvelles têtes apparaissent (comme porte parole ou expert des candidats en économie, en social, en diplomatie, en commerce. Que ces équipes soient crédibles et capables demain de relever ce pays que Omar Bongo a laissé dans la plus totale pauvreté.

  • Pas de route (seule 8 Km de route bitumée en moyenne par an pendant 42 ans), incroyable pour un pays qui a le Produit intérieur brut du PORTUGAL
  • pas de véritable commerce (même si le taux de gabonais qui entreprennent est passé en 20 ans de moins de 5 % à près de 20%, la quasi totalité de l'économie du pays étant détenue par les libanais type Hassan et les multinationales françaises et chinoises)
  • Pas de soins de santé à la hauteur d'un pays producteur de pétrole (les hôpitaux sont en totale décrépitude, pour s'en convaincre faite un tour à l'hôpital général...)
  • Pas d'effort sur l'éducation de nos bambins (regardez l'état des lycées et des collèges)

C'est ce bilan que veut défendre Ali BONGO, et il nous propose donc 7 ans de la même chose.

De plus, lorsque j'entends Ali Bongo Ondimba dire dans sa déclaration de candidature que :

« - une meilleure gestion des finances publiques ;
- Plus de justice sociale, notamment par une meilleure redistribution de la richesse nationale et des responsabilités dans la conduite des affaires publiques ;
- Des routes praticables en toute saison sur toute l’étendue du territoire national ;
- L’emploi des Jeunes et le pouvoir d’achat des ménages ;
- Une meilleure santé, notamment maternelle et infantile, un meilleur accès de tous aux médicaments et à la prévention;
- Une meilleure éducation pour nos enfants et une meilleure formation pour les jeunes ;
- Un meilleur habitat social et un logement pour tous ;
- L’accès de tous à l’eau potable et à l’énergie »
Notant qu’il y a un impérieux devoir de « réussir », Ali Bongo Ondimba qui a fait ses écoles auprès d’un grand homme d’Etat,

J'ai l'impression d'avoir entendu le père OMAR dire exactement la même chose tous les sept ans, PENDANT QUARANTE DEUX ANS.

Ces mensonges de campagne, nous savons de quoi ils seront suivis, de l'argent qui coule à flot, de l'alcool pendant les meetings, des t-shirts et des casquetes que les gens vont s'arracher, des élections volées où on nous parlera de victoire du protégé de la France à 55 % des voix au minimum.

Résultats: 7 ans de routes cabossées, Ali et sa soeur qui s'enrichissent encore plus en distribuant les miettes à leurs alliés (Mba Abessole...), les jeunes encore plus au chômage, la prostitution comme seul moyen de se norrir pour une partie très importante de la population (surtout les femmes, et même les très jeunes filles et fils de ce pays), des églises éveillées et sectes en tout genre que l'on autorise à agir pour anesthésier la population...

J'entends dire un peu partout : Omar Bongo Ondimba avait fait de la paix, l’unité et du dialogue ses valeurs cardinales de gouvernance

Je voudrai juste signaler les disparitions de politiques, le développement exponentiel des sectes et des crimes rituels qui sont devenus le premier sport national avant le football, faisant des milliers de victimes dans le pays et ces victimes sont toujours plus jeunes, toujours plus mutilées. Le résultat c'est un sentiment de peur, au vu de l'impunité totale dont bénéficient les auteurs? C'est tout celà que nous laisse Omar, et c'est pourquoi Ali sera pire car le sentiment qu'il a que ce poste lui est dû fait qu'il n'aura pas la retenue que malgré tout son père, au fur et à mesure des années, avait fini par avoir.

NON, le Gabon n'est plus obligé de prendre le même chemin, pour la première fois le sortant ne se présente pas et l'opposition est suffisamment mure pour organiser la transparence des élections et sa représentation dans chaque bureau de vote, de vérifier la comptabilité des voix. Alors, sortez de vos terriers et exprimez vous. Montrez leur que ce pays n'appartient pas à la famille BONGO.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.