Interdire le voile et le burkini pour lutter contre le réchauffement climatique

Les idées novatrices pour lutter contre les effets du réchauffement climatique ne manquent pas dans les rangs de la majorité parlementaire et des « Républicains ».

Les membres de la Convention citoyenne pour le climat qui sont dépités d’avoir vu leurs 150 propositions écartées ou vidées de leur contenu par le gouvernement et sa majorité parlementaire n’ont qu’à s’en prendre à eux-mêmes. A l'occasion de l'examen de la loi Séparatisme en cours à l'Assemblée Nationale, les amendements déposés par les députés appartenant aux 50 nuances de droite extrême leur permettent de réaliser qu’ils n’étaient vraiment pas à la hauteur des enjeux.

Ainsi, M. Bruno Millienne, député Modem, a défendu le 29 juin un amendement visant à interdire le port du voile pour les assesseures dans les bureaux de vote. C’est le « simple bon sens » nous explique-t-il car cela « peut influencer le vote ».

Mme Annie Genevard, députée LR et -présidente de l’Assemblée nationale, défendait le même jour l’interdiction du burkini qui serait selon elle une « source de troubles à l’ordre public ». Elle s’inquiète aussi des danses « pas de chez nous » lors des cérémonies de mariage de personnes d'origine étrangère.

C’est à ces interventions que l’on peut apprécier le rôle d’avant-garde de notre pays dans la lutte contre le réchauffement climatique et ses effets. Il fait près de 50° C dans l’ouest du Canada, 48° C au nord du cercle polaire en Sibérie, 35°C à Moscou, la sécheresse a plongé un million de personnes dans la famine à Madagascar et le GIEC avertit que l’humanité est « à l'aube de retombées climatiques cataclysmiques ».

Face à cela, nos députés de droite ne restent pas les bras croisés : ils agissent préventivement et ont à cœur de placer les femmes musulmanes en tête de leurs priorités. A part les « ennemis de la République », qui ne voit que ces interdictions vestimentaires ont pour seul objectif d’éviter à ces femmes trop couvertes un coup de chaud lors de la prochaine canicule ?

Le président de la République pour sa part dessine les perspectives stratégiques du pays en veillant au respect des grands équilibres et avec la hauteur de vue qui le caractérise. Si ce qu'ils considèrent comme un excès de tissu est à proscrire pour les députés de droite, les tenues trop légères des collégiennes et lycéennes le sont également aux yeux du président. Dans un entretien à Elle, il s’est donc déclaré hostile au « crop top » dans les établissements scolaires. « Cachez ce nombril que je saurais voir » ne vont pas manquer de s’indigner ses opposants alors que ce visionnaire anticipe et entend prévenir les risques d’une exposition accrue aux rayons ultra-violets due aux dérèglements du climat.

Face au réchauffement climatique, le monde entier nous envie ces dirigeants politiques qui prennent le problème à bras-le-corps. Le corps des femmes surtout.

 © Fred Sochard © Fred Sochard

Mes remerciements à Fred Sochard à qui j'ai emprunté le dessin.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.