Macron, ami des monarchies du Golfe et pourfendeur du « séparatisme islamique »

Le président de la République a annoncé l'obligation pour les associations touchant des subventions publiques de signer « un contrat des valeurs de la République ». Quelles sont donc les « valeurs de la République » selon M. Macron ?

Ah ! les « valeurs de la République » ! Elles sont bien connues des lycéens de Mantes-la-Jolie que la police a contraints de s’agenouiller les mains sur la tête. Les morts, les mutilés, les éborgnés et les centaines de blessés graves, toutes ces victimes de la répression policière sous le régime de M. Macron les ont éprouvées dans leur chair. Les habitants racisés des quartiers populaires qui subissent les violences de la BAC depuis des décennies les connaissent bien.

Pardon, je m’égare puisque rien de tout cela n’existe dans un État de droit (voir ici). Parlons donc plutôt de la main gauche qui s'agite en pointant du doigt le « séparatisme islamique » tandis que la main droite sert chaleureusement celle des dirigeants des pays qui le financent.

 © Yoan Valat / AFP © Yoan Valat / AFP
Qualifier de « démagogiques » les demandes d’arrêter les exportations d'armes vers un pays qui découpe les journalistes en morceaux (voir ici), est-ce conforme aux « valeurs de la République » ?

Vendre à l’Arabie saoudite et aux Émirats Arabes Unis des armes qui sont utilisées pour massacrer les populations civiles du Yémen (voir ici) et faire convoquer par la DGSI les journalistes qui publient ces informations (voir ici), est-ce conforme aux « valeurs de la République » ?

Vendre des Rafale au Qatar (voir ici), un pays notoirement soupçonné de financer des groupes terroristes, est-ce conforme aux « valeurs de la République » ?

Mais il paraît que l’émir du Qatar et le prince héritier d'Arabie Saoudite ont promis – juré à Emmanuel Macron qu’ils ne recommenceraient plus. Nous voilà donc pleinement rassurés.

Soyons juste : la France vend aussi des Rafale à l’Inde. Et quand il s’agit de réprimer les musulmans, la main de Narendra Modi ne tremble jamais (voir ici). D’ailleurs, il est intéressant d'observer que M. Modi est arrivé au pouvoir en 2014 en faisant campagne sur des réformes économiques libérales. En 2019, la situation économique étant très dégradée, il a axé toute sa campagne sur les thèmes identitaires chers aux extrémistes hindous. Cela ne vous rappelle rien ?

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.