Ruissellement : une pluie diluvienne s’abat sur les actionnaires du CAC40

En 2019, « les actionnaires des groupes du CAC 40 n'ont jamais été aussi bien rémunérés », explique Les Echos dans un article du 9 janvier 2020.

L'an dernier, près de 60 Md€ (soixante milliards) ont été redistribués par les grands groupes cotés à Paris à leurs actionnaires : 49,2 Md€ sous forme de dividendes, et 11 Md€ en rachat d’actions (lesquels augmentent le bénéfice par action et font donc monter les cours). C’est le montant le plus élevé depuis 2007 affirme Les Echos dans cet article.

De 2013 à 2019, les entreprises du CAC 40 ont versé 277 Md€ en dividendes et ont racheté leurs actions pour un  montant de 60 Md€. Sur la même période, les exonérations de cotisations sociales en faveur des entreprises ont atteint un montant cumulé de 249 Md€ (voir le PLFSS 2020 p. 32).

Ce rapprochement pourrait sembler simpliste au premier abord puisque les exonérations de cotisations sociales concernent toutes les entreprises et pas seulement celles qui font partie du CAC40. Pas tant qu’il n’y parait néanmoins car l’on sait que les grands groupes ont profité de ces exonérations (et notamment du CICE) pour obtenir des baisses de prix de leurs sous-traitants, au motif que leurs coûts salariaux baissaient.  Une partie non négligeable des baisses de cotisations des PME ont ainsi été « siphonnées » par les grands groupes.

Par ailleurs, de nombreuses études font état d’un impact très faible de ces exonérations sur l’emploi et la compétitivité, qui sont pourtant les objectifs avancés pour justifier des mesures.

Réduire les cotisations sociales patronales a en réalité pour but de diminuer la part de la masse salariale dans la valeur ajoutée, et par conséquent d’augmenter la part des bénéfices et donc de la rémunération du capital.

Les chiffres de 2019 sont là pour démontrer que cet objectif est pleinement atteint. « Il est probable que l'an prochain les chiffres que nous publierons seront encore meilleurs compte tenu de la progression des résultats 2019 que l'on entrevoit. » indique Les Echos en conclusion.

Tout va bien donc. Pour l’hôpital public, le gouvernement a finalement débloqué 290 millions d’euros dans le budget 2020 tandis que les actionnaires du CAC40 peuvent s’attendre à plus de 60 milliards d’euros de dividendes. Peut-être faudrait-il que les hôpitaux publics deviennent actionnaires des multinationales du CAC40…

 © Les Echos -  Source Vernimmen © Les Echos - Source Vernimmen

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.