Édouard Philippe est très satisfait

Commentant le bilan de son action, le Premier ministre a déclaré : « Je veux simplement dire au gouvernement et à la majorité que j’en suis fier, et que je les remercie du travail accompli. »

Lors de sa déclaration de politique générale prononcée aujourd’hui devant l’Assemblée Nationale, le Premier ministre a dressé un bilan très positif de l’action de son gouvernement depuis deux ans :

  • le chômage est au plus bas depuis 10 ans ;
  • l’investissement au plus haut depuis 12 ans ;
  • la progression du pouvoir d’achat la plus dynamique depuis 10 ans ;
  • la France bat des records d’attractivité.

Il est à craindre que « les gens qui ne sont rien », ces « jaloux » qui ne sont mus que par leurs « passions tristes » persistent dans le déni de cette réussite éclatante.

Et pourtant, le Premier ministre a raison :

  • les plus fortunés ne payent plus d’impôt sur leur patrimoine mobilier ;
  • les actionnaires des entreprises cotées n’ont jamais perçu autant de dividendes et ceux-ci n’ont jamais été aussi faiblement taxés ;
  • les grandes entreprises n’ont jamais bénéficié d’autant de baisses de cotisations sociales et n’ont jamais pu licencier aussi facilement leurs salariés ;
  • la France n’a jamais été aussi attractive pour les investisseurs qui empochent les aides fiscales pendant quelques années avant de délocaliser.

Édouard Philippe, sans doute par modestie, n’a pas voulu se prévaloir d’autres succès de sa politique.

Rendons-lui justice :

  • Il n’y a jamais eu un tel niveau de violences policières en métropole depuis la guerre d’Algérie ;
  • Il n’y a jamais eu autant de citoyens empêchés de manifester depuis des décennies ;
  • Il n’y a jamais eu autant de journalistes empêchés d’exercer leur métier ni de lois visant à restreindre la liberté d’informer depuis plus de 50 ans ;
  • Il n’y a jamais eu autant de violences exercées contre les demandeurs d’asile et de harcèlement contre les associations qui les aident depuis des lustres

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.