13 avril 2020, 20h02 : Emmanuel Roux de Macron s’est exprimé…

… et a annoncé la séparation du MEDEF et de l’État. Mais non, je plaisante…

Hier à 20h02 précises, le président de la République, Geoffroy Roux de Bézieux… euh pardon, le président du MEDEF, Emmanuel Macron… enfin je ne sais plus exactement mais je me souviens que c'est bien un fondé de pouvoir du CAC40 qui s’est adressé à la Nation.

L’annonce principale fut le prolongement du confinement jusqu’au 11 mai, date à laquelle seront aussi progressivement rouverts les crèches,  les écoles, les collèges et les lycées.

Le 12 mars, le président de la République avait annoncé la fermeture de tous ces établissements (voir ici). « Pour une raison simple », expliquait-il : « nos enfants et nos plus jeunes, selon les scientifiques toujours, sont celles et ceux qui propagent, semble-t-il, le plus rapidement le virus. » Et d’ajouter : « C'est à la fois pour les protéger et pour réduire la dissémination du virus à travers notre territoire. »

Puisque le 11 mai, les crèches, écoles, collèges et lycées pourront rouvrir, on en déduit que les « scientifiques » ont déterminé que d’ici cette date, les enfants, collégiens et lycéens ne seront plus contagieux. Impossible de le savoir, toutefois, puisque toute référence aux « scientifiques » a disparu du discours de M. Macron de Bézieux. Ils n’ont peut-être pas d’avis sur la question, ou alors la question ne leur a pas été posée ou bien encore, la réponse ne convenait pas au président de la République du MEDEF.

Non, la raison de cette réouverture, « mes chers compatriotes » est cette découverte du président (voir ici) : « C’est pour moi une priorité car la situation actuelle creuse des inégalités. Trop d’enfants, notamment dans les quartiers populaires et dans nos campagnes, sont privés d’école sans avoir accès au numérique et ne peuvent être aidés de la même manière par les parents. »

C’est finalement très simple à comprendre : le 12 mars, les enfants étaient porteurs du virus et tous égaux ; d’ici le 11 mai, ils ne seront plus porteurs du virus mais seront devenus inégaux.

Mais, peut-être M. Geoffroy Roux de Macron a-t-il décidé de tester tous les enfants, afin de s’assurer qu’ils ne seraient plus contagieux avant de les lâcher dans les cours de récréation ? Non, non, le président du CAC40 a été formel (voir ici) : « Nous n'allons pas tester toutes les Françaises et tous les Français, cela n'aurait aucun sens. » Comme pour les masques finalement : puisqu’on n’en a pas, cela ne sert à rien.

Le gouvernement du Portugal a décidé de maintenir la fermeture des établissements jusqu’à la fin de l’année scolaire (voir ici). A New-York, les écoles demeureront fermées jusqu’en septembre (voir ici). Mais nous sommes en France, et le président du MEDEF (ou de la République, ou des deux à la fois) a affirmé clairement sa priorité (voir ici) : « Le 11 mai, il s'agira aussi de permettre au plus grand nombre de retourner travailler, redémarrer notre industrie, nos commerces et nos services. »

Voilà… Comme cela, c’est plus clair. Il suffisait de commencer par là au lieu de tourner autour du pot.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.