marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

358 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 déc. 2019

De nouveaux cadeaux pour les « premiers de cordée » dans la hotte du père Macron

Sous le sapin, près de 3 milliards d’euros de réduction de cotisations retraite attendent les salariés les plus aisés et leurs entreprises.

marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le projet de réforme des retraites prévoit que les salaires compris entre 120 000 et 324 192 € par an seront soumis à une cotisation retraite de 2,81% au lieu de 21,59% actuellement, et au lieu de 28,12% en dessous de 120 000 € dans le nouveau système.

Bien que moins commentée que l’âge pivot ou la valeur du point, cette mesure est emblématique d'une politique économique au service exclusif des plus riches qui est, avec la violence de la répression des mouvements sociaux, la marque de fabrique de ce gouvernement.

Environ 200 000 salariés sont concernés par cette disposition qui engendrera un manque à gagner en cotisations estimé à 2,8 Mds€ (voir ici). Avec la répartition 40 / 60 entre salariés et employeurs, cela représente un allègement de cotisations de 1,1Mds€ pour les salariés et 1,7 Mds€ pour les employeurs.

Ainsi un éditocrate dégoisant sur les « privilégiés » des régimes spéciaux et gagnant 200 000 € par an percevra 6500 € de revenu net annuel supplémentaire grâce à cette mesure. Que fera-t-il de cette manne ? Eh bien, par un heureux hasard, la loi PACTE adoptée en avril 2019 à l'initiative de son gouvernement préféré a rendu plus attractifs les produits d’épargne-retraite (fonds de pension), avec notamment une déduction des sommes investies dans la limite de 10% du revenu imposable.

Les 200 000 heureux bénéficiaires vont donc pouvoir investir ces revenus supplémentaires dans des fonds de pension, et ce supplément de salaire net ne sera pas imposable. Cela constitue un premier pas vers la retraite par capitalisation puisqu’il suffira à l’avenir de baisser ou de ne pas réévaluer ce seuil de 120 000 € pour faire basculer de plus en plus de salariés aisés vers les fonds de pension. On comprend que le plus puissant gestionnaire d’actifs du monde, BlackRock, dont les dirigeants sont régulièrement reçus à l’Elysée, décerne un satisfecit au président de la République.

Ce cadeau d’un milliard pour les premiers de cordée va s’ajouter aux réductions d’impôts déjà décidées par le gouvernement :

  • suppression de l’ISF et prélèvement forfaitaire unique : 5 Mds€ de gain annuel à partir de 2018 ;
  • suppression de la taxe d’habitations pour les 20% des foyers les plus aisés : 8 Mds€ de gain annuel pour une mise en œuvre qui s’échelonnera de 2021 à 2023 (voir ici).

A terme, les « premiers de cordée » si chers au président de la République bénéficieront donc de 14 Mds€ de revenus supplémentaires par an.

Cette manne sera en réalité encore plus élevée puisque les mesures de réduction de cotisations patronales et la baisse de l’impôt sur les sociétés (de 33 à 25%) se traduiront par la distribution de dividendes plus élevés pour les « premiers de cordée » qui sont actionnaires.

Pendant ce temps, les plus précaires sont frappés par des mesures d’économie :

  • allocations logement : 1,2 Mds€ par an en raison du nouveau mode de calcul des allocations à partir du 1er janvier 2020
  • allocations chômage : 3,4 Mds€ par an dus aux nouvelles règles d’indemnisation à partir de 2020.

« C'est de l'enfer des pauvres qu'est fait le paradis des riches », écrivait Victor Hugo dans L'Homme qui rit. Cent cinquante ans plus tard, Emmanuel Macron s’emploie à lui donner raison.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’encombrant « Monsieur sécurité » de Jadot écarté de la campagne écolo
Insultes, menaces, intimidations : depuis plusieurs années, militants et élus alertent les responsables d’EELV sur le comportement de Philippe Bouriachi. Ce conseiller régional, qui faisait office de garde du corps de Yannick Jadot, a été écarté de l’équipe de campagne parallèlement à notre enquête. Il dénonce une cabale.
par Mathieu Dejean et Sarah Brethes
Journal — International
Comment les Chinois ont corrompu les Kabila
Une société-écran, alimentée par deux sociétés d’État chinoises détentrices du plus gros contrat minier de l’histoire de la RDC, a versé au moins 30 millions de dollars à la famille et au premier cercle de l’ancien président Joseph Kabila. Sa famille a aussi obtenu en secret des parts dans l’autoroute et le barrage liés à la mine.
par Yann Philippin et Sonia Rolley (RFI)
Journal — International
En Tunisie, la jeunesse déshéritée en attente des promesses de Kaïs Saïed
À Jebiniana, une localité du centre de la Tunisie historiquement à gauche, de nombreux jeunes attendent beaucoup du président depuis son coup de force du 25 juillet. Mais rien de bien tangible ne se concrétise.
par Lilia Blaise
Journal — International
Pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG qui se consacre à documenter les crimes de la période soviétique. Et met ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud

La sélection du Club

Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy
Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement