marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

382 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 mars 2021

Ici on ne confine pas, on freine

« Je crois que le mot confinement n’est pas adapté. (…) Ce qu’on veut, c’est freiner le virus sans nous enfermer ». Emmanuel Macron, le 19 mars 2021.

marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le verbe « freiner » et son substantif « freinage » viennent de faire une entrée remarquée dans le dictionnaire de l’état d’urgence sanitaire à l’occasion du troisième confinement, pardon, des « mesures de freinage massives » annoncées par le Premier ministre le 18 mars.

Jusqu’ici, nous étions habitués à « l’accélération » et au « renforcement » afin de rendre encore plus efficaces des mesures qui l’étaient déjà à 100% depuis le début, cela va sans dire. Nous voici donc entrés dans l’ère du « freinage », mais pas n’importe lequel, un freinage « massif » et qui pourra bien évidemment faire l’objet d’un « renforcement » si nécessaire.

Rien n’étant impossible avec ce gouvernement, il pourrait même décider prochainement « d’accélérer » le freinage malgré tous les dangers que cela comporte, comme ont pu le constater les automobilistes qui ont un jour malencontreusement appuyé en même temps sur l’accélérateur et sur la pédale de frein. Une décision qui risquerait alors d’« accélérer » la propagation du virus et de « freiner » la vaccination, ce serait qui d’autant plus fâcheux que nos dirigeants savent déjà très bien le faire, en ne décidant rien ou trop tard.

Contrairement aux pays voisins qui en sont à leur troisième confinement, nous avons la chance d’y échapper puisque dans notre beau pays on ne confine plus, on « freine sans enfermer ». Il est vrai que ceux qui nous gouvernent sont plus subtils et plus intelligents que la moyenne. 

Il ne manque évidemment pas de mauvaises langues et autres traitres à la patrie en danger pour prétendre que le mot confinement serait désormais banni du vocabulaire officiel afin de sauver le soldat Macron qui avait écarté une telle mesure fin janvier.

Il n’en est rien car M. Macron fonde toutes ses décisions sur « la science ». Or, « ce qu’on a appris en un an, c’est qu’il ne faut pas multiplier les interactions », a déclaré le président de la République. Je ne suis pas certain que tous nos compatriotes réalisent que sans ce Grand Épidémiologiste qui lit toutes les revues médicales - et en anglais s'il vous plait -, notre pays serait encore dans l’ignorance de cette récente et importante découverte scientifique concernant les maladies contagieuses : il convient d'éviter les interactions.

« Mais se promener dehors n’est pas mauvais » a-t-il aussitôt ajouté. Pourtant, il y a une semaine, le préfet de police de Paris faisait évacuer les quais de Seine par un bel après-midi ensoleillé. M. Lallement étant connu pour son sens du discernement dans l'usage de la force, l'hypothèse la plus probable est que, faute de dominer la langue anglaise aussi bien que son maître, il n’avait pas encore pris connaissance des dernières avancées de la science.

Enfin, M. Macron nous enjoint également « de freiner [nos] contacts pour éviter que le virus ne se diffuse ». Espérons qu’il en a parlé à son ministre de l’Intérieur, grand amateur de « contacts » et « d’interactions » divers et variés, mais plutôt en lieu clos.

© Alex @Alexdessinateur

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier