marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

385 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 juin 2020

Plan social chez Nokia : Prends le crédit d’impôt-recherche et tire-toi !

L’équipementier de télécommunications vient d’annoncer son quatrième plan social en quatre ans. Les 1233 emplois supprimés le seront principalement dans la Recherche et Développement.

marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’était le 15 avril 2015 : Nokia officialisait son offre de rachat d’Alcatel-Lucent après une réunion à l’Elysée entre le président de la République François Hollande, le ministre de l’Economie Emmanuel Macron et les PDG des deux groupes. Le journal Le Parisien titrait : « Fusion Nokia-Alcatel-Lucent : les syndicats inquiets, Macron confiant. »

Après la désastreuse fusion en 2006 entre Alcatel et Lucent, cette fois, promis juré, c’était la bonne : un plus un ferait plus que deux. Emmanuel Macron se montrait très confiant (voir ici) : « Ce rapprochement doit faire naître un grand champion européen, à la fois des équipements et des technologies sur le téléphone mobile et le fixe avec le meilleur de la technologie de Nokia et d'Alcatel. (…) C'est aujourd'hui une nouvelle phase de la vie de l'entreprise qui s'ouvre, après le travail de redressement depuis deux ans, c'est la phase d'expansion, de reconquête qui se fait. » Et le ministre de poursuivre : « Ce qui est important pour nous, c'est que d'une part il n'y aura aucune destruction d'emplois en France, et même davantage. Nous avons eu tous les engagements de la part de Nokia. (…) Un centre d'excellence de recherche et développement sera en France développé. »

Cinq ans et trois plans sociaux plus tard, Nokia France ne compte plus que 3 640 salariés dans sa filiale Alcatel-Lucent International. Près de 900 postes y ont déjà été supprimés entre 2016 et 2019. Et Nokia vient aujourd’hui d’annoncer la suppression de 1233 postes supplémentaires, dont environ 1000 dans la recherche et développement (voir ici). Le porte-parole du groupe Nokia en France a en effet fait savoir que le groupe était totalement libéré de ses engagements depuis ce mois-ci (voir ici).

Lors de l’annonce du précédent plan social en février 2019, la CGT avait indiqué que Nokia avait perçu 344 millions d’euros au titre du crédit d’impôt recherche depuis la fusion en 2016 (voir ici). Cela représente un peu plus de 100 M€ par an, soit de quoi payer environ un millier d’ingénieurs. Un tiers des ingénieurs payés par le contribuable, ce n’était sans doute pas suffisant pour créer assez de « valeur pour les actionnaires » de Nokia.

Le ministère de l’Économie a fait savoir aujourd’hui que Nokia devait « améliorer très significativement » son plan (voir ici). Dans les jours qui viennent, nous allons donc observer les gesticulations habituelles de Bruno Le Maire qui va faire les gros yeux devant les caméras afin d’obtenir de Nokia quelques concessions cosmétiques qui auront été convenues à l’avance. Et puis, la direction de Nokia pourra faire ce qu'elle a prévu car la politique industrielle de M. Macron tient en un mot : laisser-faire.

© F. Ginte

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — Fil d'actualités
L’Ukraine demande plus d’armes et de sanctions contre Moscou après des frappes sur Kiev
Le gouvernement ukrainien a réclamé dimanche plus d’armes et de sanctions contre Moscou aux pays du G7, réunis en sommet en Bavière (Allemagne), à la suite de nouvelles frappes russes survenues à l’aube sur un quartier proche du centre de Kiev.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Pacification en Algérie
Témoignage d'un militaire engagé en Algérie ayant participé à la pacification engagée par le gouvernement et ayant rapatrié les Harkis de la D.B.F.M en 1962
par Paul BERNARDIN
Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti
Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart