marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

382 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 juin 2020

Plan social chez Nokia : Prends le crédit d’impôt-recherche et tire-toi !

L’équipementier de télécommunications vient d’annoncer son quatrième plan social en quatre ans. Les 1233 emplois supprimés le seront principalement dans la Recherche et Développement.

marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’était le 15 avril 2015 : Nokia officialisait son offre de rachat d’Alcatel-Lucent après une réunion à l’Elysée entre le président de la République François Hollande, le ministre de l’Economie Emmanuel Macron et les PDG des deux groupes. Le journal Le Parisien titrait : « Fusion Nokia-Alcatel-Lucent : les syndicats inquiets, Macron confiant. »

Après la désastreuse fusion en 2006 entre Alcatel et Lucent, cette fois, promis juré, c’était la bonne : un plus un ferait plus que deux. Emmanuel Macron se montrait très confiant (voir ici) : « Ce rapprochement doit faire naître un grand champion européen, à la fois des équipements et des technologies sur le téléphone mobile et le fixe avec le meilleur de la technologie de Nokia et d'Alcatel. (…) C'est aujourd'hui une nouvelle phase de la vie de l'entreprise qui s'ouvre, après le travail de redressement depuis deux ans, c'est la phase d'expansion, de reconquête qui se fait. » Et le ministre de poursuivre : « Ce qui est important pour nous, c'est que d'une part il n'y aura aucune destruction d'emplois en France, et même davantage. Nous avons eu tous les engagements de la part de Nokia. (…) Un centre d'excellence de recherche et développement sera en France développé. »

Cinq ans et trois plans sociaux plus tard, Nokia France ne compte plus que 3 640 salariés dans sa filiale Alcatel-Lucent International. Près de 900 postes y ont déjà été supprimés entre 2016 et 2019. Et Nokia vient aujourd’hui d’annoncer la suppression de 1233 postes supplémentaires, dont environ 1000 dans la recherche et développement (voir ici). Le porte-parole du groupe Nokia en France a en effet fait savoir que le groupe était totalement libéré de ses engagements depuis ce mois-ci (voir ici).

Lors de l’annonce du précédent plan social en février 2019, la CGT avait indiqué que Nokia avait perçu 344 millions d’euros au titre du crédit d’impôt recherche depuis la fusion en 2016 (voir ici). Cela représente un peu plus de 100 M€ par an, soit de quoi payer environ un millier d’ingénieurs. Un tiers des ingénieurs payés par le contribuable, ce n’était sans doute pas suffisant pour créer assez de « valeur pour les actionnaires » de Nokia.

Le ministère de l’Économie a fait savoir aujourd’hui que Nokia devait « améliorer très significativement » son plan (voir ici). Dans les jours qui viennent, nous allons donc observer les gesticulations habituelles de Bruno Le Maire qui va faire les gros yeux devant les caméras afin d’obtenir de Nokia quelques concessions cosmétiques qui auront été convenues à l’avance. Et puis, la direction de Nokia pourra faire ce qu'elle a prévu car la politique industrielle de M. Macron tient en un mot : laisser-faire.

© F. Ginte

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Violette Artaud (Marsactu)
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon