Les violences policières ? Rien de grave pour M. Macron

Pour le président de la République, les forces de l’ordre n’ont pas commis de violences « irréparables »

Zineb Redouane est décédée en décembre 2018 à Marseille lors de son hospitalisation après avoir été gravement blessée à la tête par une grenade lacrymogène lancée par un policier. Mourir ? La belle affaire, rien d’irréparable pour M. Macron.

Steve Maia Caniço est décédé en juin 2019 à Nantes après être tombé dans la Loire au moment où les forces de l’ordre chargeaient violemment quelques dizaines de personnes qui tardaient à quitter la Fête de la Musique. Noyé ? N’en faisons pas toute une histoire, rien d’irréparable pour le chef de l’Etat.

Cinq personnes ont eu une main arrachée par des grenades lancées par la police lors des manifestations des gilets jaunes. Une main arrachée ? Il leur reste encore une main, donc rien d’irréparable pour le président de la République.

Vingt-quatre personnes ont perdu un œil après avoir été atteintes par un tir de LBD lors de ces mêmes manifestations. Un œil perdu ? Elles en ont un deuxième, alors rien d’irréparable, n’est-ce pas M. Macron ?

Plus de trois cents personnes ont été gravement blessées à la tête, dont certaines sont mutilées ou défigurées à vie. Un peu de chirurgie esthétique et tout cela sera vite « réparé ». Madame Macron peut même leur conseiller des spécialistes.

Répliquant aux insultes du président Jair Bolsonaro à l’égard de son épouse, le président de la République a déclaré à l’intention du peuple brésilien : « J’espère qu’ils auront bientôt un président à la hauteur».

M. Macron n’a jamais insulté l’épouse d’un dirigeant étranger. Il a en revanche déjà insulté un dirigeant africain. Lors d’une visite au Burkina Faso en 2017, tandis que le président burkinabé sortait de la salle, le président de la République s'était exclamé en répondant à une question sur l'électricité : « Il est parti réparer la clim ».

Et puis, il est surtout très occupé à insulter à longueur d’année ses concitoyens : les « gens qui ne sont rien », les « fainéants », les pauvres qui coûtent un « pognon de dingue », etc…

Les dernières déclarations de M. Macron démontrent que l’intégrité physique voire la vie de ces gens qu’il méprise et insulte lui importent peu. On s'en doutait un peu à vrai dire.

J’espère vivement que le peuple français aura bientôt un président à la hauteur.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.