Ces dirigeants-là

Déférence gardée envers Jacques Brel dont les rimes valent infiniment mieux que les miennes.

D'abord,

D'abord, y'a Macron

Lui qui s'croit un génie

Lui qui a le melon

Qui aime la dévotion

Et n’est que cuistrerie

Qui se prend pour le roi

Et est bien résolu

A être pour ces Gaulois

Un monarque absolu

Faut vous dire, Monsieur

Que chez ces dirigeants-là

On n'respecte pas, Monsieur

On n'respecte pas, on agonit

 

Et puis, il y a Véran

Qui dit qu'la France sera prête

Qui se croit cohérent

Mais n’est qu’une girouette

Qu’aimerait bien avoir l’air

Mais qui a pas l’air du tout

Faut pas jouer l’expert

Quand on se trompe sur tout

Faut vous dire, Monsieur

Que chez ces dirigeants-là

On n'prévoit pas, Monsieur

On n'prévoit pas, on erre

 

Et puis, il y a les autres

Y'a Jean-Michel Blanquer

Qui dit que tout va bien

Et qu’à l’école primaire

Le masque ne sert à rien

Et lui coûterait trop cher

Et y'a Bruno Le Maire

Qui sans cesse s’affaire

A justifier l'argent

Et le CICR

Qu'il donne aux riches gens

Faut vous dire, Monsieur

Que chez ces dirigeants-là

On n'parle pas, Monsieur

On n'parle pas, on ment

 

Et puis, et puis

Et puis, y'a le MEDEF

Qui leur souffle à l’oreille

De choyer la corbeille

Plutôt qu’les SDF

Même qu’ils se disent souvent

Que tous ces plébéiens

Que ces gens qui n'sont rien

Sont vraiment fainéants

Parfois quand on les voit

Ils disent qu’ils donneront

Ils disent qu’ils partageront

Alors pour un instant

Pour un instant seulement

Alors certains les croient

Pour un instant

Pour un instant seulement

 

Parce que ces dirigeants-là

Monsieur, ne pensent qu’à eux

Monsieur, ne pensent qu’à eux

Mais il est tard, Monsieur,

C’est l’heure du couvre-feu,

Il faut que je rentre chez moi.

 

Jacques Brel "Ces gens-là" | Archive INA © INA

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.