marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

358 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 déc. 2019

Vers un régime de retraite universellement spécifique

Plusieurs professions ont d'ores et déjà obtenu de conserver peu ou prou les spécificités de leur système de retraite actuel.

marugil
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le président de la République, le Premier ministre, les ministres, sans oublier les ineffables députés LREM qui ânonnent en boucle les éléments de langage, tous l’avaient assuré la main sur le cœur : le nouveau régime de retraite serait U-NI-VER-SEL.

Eh bien, il s'avère qu'il y a des exceptions, et qu'elles sont de plus en plus nombreuses au fur et à mesure que dure la grève.

Les militaires (et donc les gendarmes) ne seront pas concernés par la réforme. Les policiers, qui avaient menacé le gouvernement d’une grève du zèle dans le maintien de l’ordre, ont immédiatement obtenu gain de cause : ils continueront de partir à la retraite à 52 ans. Cela s’appliquera aussi aux surveillants pénitentiaires et aux contrôleurs aériens.

L’âge de départ à la retraite restera à 57 ans pour les pompiers et les policiers municipaux. Les hôtesses et stewards conserveront leur caisse autonome complémentaire. Les pilotes pourront partir à la retraite à 60 ans.

Pour les marins pêcheurs, l’ouverture des droits à la retraite sera maintenue à 55 ans pour ceux ayant 15 ans de navigation. Les routiers conserveront leur congé de fin d’activité qui leur permet de cesser leur activité à 57 ans et de toucher 75 % de leur salaire brut jusqu’à leurs 62 ans.

Quant aux cheminots, seules les générations à partir de 1985 (pour les conducteurs) ou de 1980 (pour les sédentaires) basculeront dans le nouveau régime. De plus, leur retraite sera calculée sur les six derniers mois d’activité, comme actuellement.

« On a toujours dit qu’un système universel, ce n’est pas un système uniforme » explique à présent Édouard Philippe, qui n’a visiblement pas séché les cours de langue de bois à l’ENA.

Quels enseignements tirer de cette universalité non uniforme, à moins que ce ne soit une spécificité universelle ?

D’une part, il est désormais patent que la propagande du gouvernement sur la fin des régimes spéciaux n’était qu’un leurre destiné à détourner l’attention du véritable objectif. La cible, c’est bien entendu le régime des fonctionnaires (autres que ceux mentionnés ci-dessus) et celui des salariés du secteur privé parce qu'ils couvrent environ 90% des actifs. Ce sont ces retraites que le gouvernement doit faire baisser afin de pouvoir continuer de réduire la part des cotisations sociales dans la valeur ajoutée dans le secteur privé (et augmenter en conséquence la rémunération du capital), et poursuivre la réduction des dépenses publiques (afin de compenser la baisse des impôts payés par les plus fortunés et les entreprises).

D’autre part, force est de constater que seules les professions qui sont en mesure d’exercer un rapport de force durable obtiennent gain de cause. Après les mesures concédées aux gilets jaunes en décembre 2018, M. Macron et son gouvernement apportent une nouvelle fois la preuve qu’ils ne comprennent qu’un seul langage : celui du rapport de forces, pour ne pas dire celui de la force tout court. Les personnels soignants sont ignorés car ils sont réquisitionnés lorsqu’ils sont en grève : ils ne gênent donc guère le pouvoir. A l'inverse, les policiers sont écoutés avec une extrême bienveillance car le pouvoir a grand besoin d'eux pour réprimer les mouvements sociaux.

Comment qualifie-t-on un régime qui méprise les enseignants et les infirmières tandis qu’il cajole les militaires et les policiers ?

© Fred Sochard

Mes remerciements à Fred Sochard à qui j'ai emprunté ce dessin.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
En Pologne, les migrants toujours en quête de protection
Plusieurs centaines de migrants ont tenté d’entrer en Pologne la semaine dernière. Dans la forêt située côté polonais, activistes et médecins bénévoles croisent toujours des familles ou hommes seuls, traumatisés et transis de froid, qu’ils aident du mieux qu’ils peuvent. En parallèle, des avocats se mobilisent pour faire respecter le droit d’asile.
par Nejma Brahim
Journal — Outre-mer
Élie Domota : « L’État a la volonté manifeste de laisser la Guadeloupe dans un marasme »
Le porte-parole du LKP (« Collectif contre l’exploitation ») est en première ligne de la mobilisation sociale qui agite l’île depuis deux semaines. Contrairement à ce qu’affirme l’exécutif, il estime que l’État est bien concerné par toutes les demandes du collectif.
par Christophe Gueugneau
Journal — Outre-mer
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère de la population
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — Outre-mer
L’émancipation de l’île antillaise, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue la Guadeloupe, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio

La sélection du Club

Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze