mot de passe oublié
MediapartLive
Parrainnez vos amis

«L'Europe face à la tragédie des réfugiés» : débats et témoignages à suivre sur le site dès 20h, en direct depuis le Théâtre de la Ville à Paris.

Jusqu'à minuit, profitez de notre offre d'abonnement exclusive : les 15 premiers jours gratuits !

JE M'ABONNE
Le Club de Mediapart jeu. 26 mai 2016 26/5/2016 Édition du matin

Comment expliquer à ma fille, fan de lego, que 80% des personnages sont des garçons ?

Je me pose cette question depuis quelques temps.

Cela peut paraitre anodin, un détail. Et pourtant non. Quand on a 5 ans, on se forge une identité, notre inconscient fabrique l'imaginaire, les valeurs, les non-dit, qui guident nos conduites tout au long de nos vies. Les jouets et livres proposés aux enfants actuellement participent a cette construction.

Que dire à ma fille, qui aime jouer au lego : que le lego, c'est pour les garçons ? Mais au nom de quoi ma fille devrait se trouver "bizarre" de jouer au lego ? Que les garçons, joue avec des figurines de garçons et les filles avec des poupées de fille ? Mais pourquoi ? Quand elle joue à la maitresse, ses poupées sont des filles et des garçons, comme dans la vraie vie. Elle devrait se trouver bizarre d'imaginer jouer ensemble ? Ses poupées ne devraient être que des filles ? (essayez d'acheter une poupée garçon : ca n'existe pas) Et les garçons ne devraient pas vouloir jouer avec des figurines fille ? elles ont quoi de mal, ces pauvres figurines de fille, pour être snobées comme ca ? C'est si terrible, d'être une fille ?

Entrée dans un magasin de jouet, et comme moi, vous désespérerez des valeurs qu'on leur propose sur les relations homme/femme.

Au début, ca n'était qu'une réaction épidermique. Ça a commencé avec les livres. Plus particulièrement avec la revue à laquelle elle était abonnée. Toupie pour la nommer, mais elle sont toutes sur le même schéma. A force de lui lire tous les soirs des histoires de petit garçon qui sauve le monde, j'ai fait le compte et je suis tombée des nues. Sur 10 numéros, en dehors des séries récurrentes avec toujours le même héros (ou la parité est respectée), il y avait 10 histoires avec un garçon comme héros, 3 avec des héros mixtes, 1 avec une héros fille. Et encore, cette dernière n'avait pour but de s'occuper de sa mamie, très "féminin" comme valeur et pas terriblement ambitieux ni épique.

J'ai écrit à la maison d'édition et j'ai eu une réponse, assez parlante sur l'état d'esprit de la profession.

Je ne retrouve plus le mail. En gros, ca dit que les garçons ont de la peine à s'identifier à des filles, les filles elles réussisant à s'identifier à des garçons.

Ah bon, les garçons ne peuvent pas s'identifier à une fille ? Et pourquoi les filles pourraient s'identifier à un garçon, elles ? Le problème n'est pas qu'un garçon ne PEUT pas s'identifier à une fille, mais que pour la société, un garçon qui s'identifie à une fille, c'est déjà un peu perdre sa virilité. Parce qu'une fille, c'est quelque chose de particulier. Se mettre dans la peau d'une fille le temps d'une lecture, vous n'imaginez pas ça, quand même ! Il perdrait tous ses repères, le pauvret et pourquoi pas...(non, je n'ose prononcer l'horrible mot d'homosexuel !). Par contre, une fille peut s'identifier à un garçon, ça, oui. Le garçon, c'est neutre, c'est l'universel. Et nous revoilà dans le discours essentialiste déjà largement connue comme un des mécanismes qui cantonne les filles à leurs particularismes supposés.

(En passant, si vous aussi ca vous énerve, j'ai par la suite découvert les éditions talents hauts qui renverse un peu la vapeur. Je n'y ai pas d'action, mais je trouve leur livres sympas.)

Depuis, je fais bien plus attention à ce genre de chose. Camille vient de passer au lego et aime bien ça. Elle a eu une grosse boite de base, mais quasi pas de figurine. Je me suis donc mise à chercher une boite avec des figurines. Et là...c'est difficile de faire un recensement exhaustif car lego a sorti 478 items rien qu'en 2010, mais, à titre d'exemple, sur les 32 personnages vendus à l'unité, on a 1 "life guard" bien connue, 1 sorcière, 1 pop star rose, 1 pompom-girl et une infirmière, soit 4/32 = 1/8 de fille. Et puis, bien typée, hein. Une fille ne peut pas être indienne, policière, karatéka ou médecin (et pourtant, 30% de policières et 60% de médecins femme). Vous me direz, il y a bien une maitre nageuse, mais vous savez, c'est la rouge, là, avec des gros seins, qui cours sur la plage... bof, quand même...

Et tout est à l'avenant. Il y a des boite "fille" avec 80% de briques roses. Ah oui, les filles, ca n'aime que le rose. Ca ne joue pas avec les boites "classiques" de couleurs classiques. Non, ces boites-là, ont le même ratio de 80% d'homme et sont donc pensées pour les garçons. Seuls contre exemple, les boites lego DACTA, uniquement vendu pour les crèches et écoles. La, miracle : 50% de filles. Comme quoi, tout ca est voulu, réfléchi. Les têtes pensantes de Légo savent qu'il y a 50% de filles dans les écoles, alors ils mettent 50% de fille dans la boite. Logique, non ?

Sauf qu'on revient encore et toujours au même problème. Non, ma fille, les grandes aventures, c'est pas pour toi. Pour toi, la dinette et la poupée, pas les grues et l'action. Et vous espérez avec ça, avoir un jour la parité en politique, dans les conseils d'administration et autre ? Alors que dès le plus jeune age, on explique aux filles qu'elles aiment les trucs de fille, c'est-à-dire pouponner et faire la cuisine, et aux garçons qu'ils aiment les trucs de garçons, c'est à dire l'action et le dépassement de soi ? Vous rigolez, là ????

Et puis surtout qu'ils sont pas pareils, les filles et les garçons. Que la distance est tellement grande qu'ils ne peuvent pas, même le temps d'un jeux, vouloir imaginer être dans la peau de l'autre. Tu peux imaginer être un adulte, un vampire ou vivre dans une civilisation complètement différente voir disparu, mais pas être une fille. Ca, c'est impossible, voyons !

Mais, moi. Moi qui souhaite élever mes enfants, filles ou garçons (parce que je ne vous ai épargné les regards sur mon fils qui aime jouer à la dinette, le pauvre) autrement, qu'est ce que je leur dit sur ces jouets, sur cet environnement qui leur matraque, à eux et surtout à leurs petits camarades, en continue, l'inverse de ce que je leur apprend, c'est à dire que filles ou garçons, c'est pas si différent. Qu'on aime ce qu'on veux, qu'on a tous le droit a avoir de grand rêve. Que maman a des idées bizarres ? Que oui, les autres disent que les filles ça pleurent et les garçons ça cognent, mais c'est pas vrai. Que les autres ont tord, qu'on a raison ? C'est les mettre à part, les exclure par defaut. En acceptant toute la souffrance que ca peut générer. Car si il y a un age ou on n'aime pas la différence, c'est l'enfance. Quoi, Camille, avec ton pantalon et ta manie de jouer au légo on te traite de garçon à l'école. C'est pas grave, ma fille. Il faut souffrir pour être belle... à l'interieur.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Oulala ! J'ai ecrit cela en passant, plus pour m'éclaircir les idées sur le sujet et parce que j'avais une apres midi a "perdre", et pensant que personne le lirait. Je me suis bien trompée !

Alors un gros merci pour avoir pris le temps de me lire et pour vos commentaires.

Pour répondre rapidement, oui, il faut pas en faire un drame, car c'est nos angoisse qui angoissent les enfants. Je suis, sur la plus part des sujets, une mere tres tres tres peu angoissée. Ca aussi me fait passer pour une extraterestre, parfois. La, c'est surtout que ca me montre, ce a quoi je n'avais pas vraiment réfléchie avant, que notre monde est encore tres tres misogine, et ca m'atriste pour eux.Surtout que j'ai l'impression que depuis mon enfant, dans les années 80, on régresse, j'ai l'impression, sur ce sujet là aussi. Les réac gagne du terain ici aussi. Parfois j'ai peur de ce que sera notre monde dans 20 ans.

J'ai été elevée des manière tres peu "fille rose" et je fait pareil avec ma fille (et mon fils). Camille a un garage, des dinettes, des lego, des poupées et un pistolet a eau. Vive la diversité ! :)

Et en vrai, j'ai pas peur pour elle, elle sait se défendre : hier, elle est venu me voir déguisée en petit chaperon rouge et m'a annoncé avoir tué le loup avec un pistolet. Bravo, ma fille, te laisse pas faire !!!

«En direct du Théâtre de la Ville» : Dès 20h

Mediapartlive

Profitez de notre offre d'abonnement exclusive : les 15 premiers jours gratuits !
Je m'abonne

L'auteur

marushah

Pourquoi donner son 'activité professionnelle' ? Comme si c'etait obligatoirement ce qui nous définssait...
PARIS - FRANCE