massimo del potro

Doctorant en sociologie.

Marseille - France

Sa biographie
Militant polyvalent qui a retrouvé le chemin de l'école pour faire une thèse sur celles de Marseille. Je cherche à réfléchir aussi aux possibilités d'alliances et d'actions communes entre classes sociales différentes.
Son blog
10 abonnés Le blog de Massimo del Potro
  • 5 billets
  • 0 édition
  • 0 article d'éditions
  • 0 portfolio
  • 0 lien
  • 0 événement
  • 0 favori
  • 6 contacts
Voir tous
  • Jean Luc et Fabien, embrassez-vous bordel !

    Par
    A une semaine du premier tour, la gauche radicale a la possibilité d'accéder au deuxième tour. Pour concrétiser cet espoir, il faut un rapprochement, quelques pas en la direction de l'autre. Sans cela, les campagnes des deux organisations se clôtureront sur des échecs, et sonneront le glas des derniers vestiges de conquêtes sociales d'un autre temps.
  • Ils sont vieux, blancs et ils ont peur

    Par
    Le 7 et 8 janvier, un colloque se tiendra à la Sorbonne en vue de la « Reconstruction » des sciences et de la culture. Les participants se présentent comme les derniers résistants face à la déferlante de « l'islamo-gauchisme », du « wokisme" et de la « cancel-culture ». En réalité, ils sont aveugles, sourds et amnésiques, en bref ils sont vieux. Mais ils sont aussi blancs et ils ont peur.
  • Un pays qui s'appelle la Colombie

    Par
    Un silence assourdissant sur la Colombie et sur les violences d'Etat qui y sont perpétrées.
  • Ecologie des pauvres

    Par
    Marre des discours post-coloniaux des pseudo-baroudeurs sur l'écologie et sur leurs mépris des pays moins "développés" financièrement. Comprenons que l'écologie ne se résume pas à construire des usines de recyclage ou des énergies "propres" mais nécessite avant tout une certaine sobriété de vie.
  • Le Paraguay sous les eaux

    Par
    Méconnu, le Paraguay est en proie actuellement à de terribles inondations. Un mois aprés la COP 21, ce petit pays d’Amérique du Sud, un des plus pauvres du continent, est submergé par les eaux et des milliers de personnes se retrouvent ainsi sans logis, réfugiés climatiques dans leurs propres pays. Un drame humain qui risque de laisser de profondes cicatrices dans l’avenir.