Brice Laccruche Alihanga - La force de l'avenir se trouve dans les racines

On pouvait voir à Mayumba il y a quelques jours de ça, le directeur de cabinet Brice Laccruche Alihanga, déambuler avec son équipe sur les lieux des souvenirs d’une partie de son enfance. Sans doute parfaitement conscient que l’énergie nécessaire à ce qu’il a entreprit depuis maintenant 2 ans, ne peut se puiser qu’à l’endroit même où ses racines personnelles le lient irréversiblement au futur de notre Gabon, il y a retrouvé les vibrations de son enfance, et les endroits chers à son cœur.

En poursuivant sa tournée unitaire dans le Nyanga, région traditionnellement opposante, Brice Laccruche Alihanga relayant la parole de notre président, a joint l’acte à la parole dans le projet de désenclavement inhérent à un Gabon émergeant. Il a montré par cet acte, que si les régions de notre pays sont différentes à tous les niveaux, elles ne forment qu’un seul Gabon dans sa vision de l’avenir. Parfaitement conscient des compétences de la province, y compris sur le plan des ressources humaines, c’est de manière impartiale et fidèle à son concept de méritocratie, qu’il a pris connaissance de tous les profils adéquats, et sans distinction partisane. D’ailleurs, quoi de plus significatif que son déjeuner partagé aussi bien avec le ministre d’Etat Mboumbou Miyaku, qu’avec le leader opposant Jean Pierre Doukaga kassa ? A l’écoute des doléances factuelles basées sur la réalité du terrain, telles que celles concernant la construction de logements d’astreintes, Brice Laccruche Alihanga est resté fidèle aux règles d’un pragmatisme impliquant que tout grand projet sur le long terme, ne peut être solide qu’en se construisant par le local, le quotidien, et l’immédiate proximité.

A l’heure où certains médias donnent l’impression de penser que spéculer et déblatérer sur tout et n’importe quoi constitue le métier d’informer, notre directeur de cabinet, lui,  est investi d’une véritable mission basée sur le constructif, et il marche quoiqu’il arrive. Quand les jeunes de notre pays souffrent d’une absence de perspective, ne doit-on pas montrer l’exemple en avançant par tous les temps par souci d’exemplarité ? On a trop tendance à penser que critiquer, spéculer et attendre, constitue une stratégie dans la construction d’un chemin, or, si comme il est écrit dans  L’Or Jeune, « sans rêve il n’y a pas d’avenir », nous pourrions y rajouter que rêver n’est pas rêvasser… Quoi qu’il en soit, si certains pensent que le Gabon de l’avenir se théorise sur Facebook à travers un smart phone, les Gabonais, sensibles au factuel, ne sont pas dupes. La mobilisation sans précédent ayant couronné cette visite en est la preuve irréfutable et rassurante.

Pour revenir à Mayumba et à cet épisode émotionnel vécu par Brice Laccruche Alihanga, ce dernier sait parfaitement que dans la tâche qui lui incombe, comme dans tout grand projet impliquant notre pays, la force de l’avenir se trouve dans les racines.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.