Sécurité et démocratie: ce que changent les armes nucléaires (par Benoît Pelopidas)

Comment peut-on penser les liens entre le nucléaire militaire, la sécurité et la démocratie ? Le chercheur Benoît Pelopidas esquisse des pistes dans une vidéo.

Repenser les choix nucléaires : Sécurité et démocratie © Comprendre et Agir
Il existe aujourd'hui plus de 14000 armes nucléaires dans le monde qui ont, pour la plupart, une capacité de destruction très supérieure à celle qui a rasé la ville d'Hiroshima le 6 août 1945. Le discours dominant sur les défis associés à ces armes insiste sur le problème de la prolifération, du contrôle et sur la nécessité de confier la gouvernance de ces armes à des experts à la compétence spécifique. Dans cette vidéo, Benoît Pelopidas met à l'épreuve ces trois notions. Prolifération, contrôle et technocratie nucléaire sont revisitées à l'aune des dernières découvertes de source primaires et de propositions méthodologiques qui permettent de prendre en compte le rôle de la chance dans l'issue de certaines crises nucléaires ou l'évitement d'explosions accidentelles. Ce rôle a en effet été suggéré de longue date par les participants auxdites crises mais l'analyse n'avait pas encore de moyens de s'en saisir. A la lumière de ces résultats de la recherche récente, Pelopidas formule des propositions destinées aux citoyens, élus, éducateurs et dirigeants.

Benoît Pelopidas est professeur de sciences politiques au CERI de Sciences Po Paris. Il est le fondateur du programme Nuclear Knowledges, qui se distingue par le refus catégorique du possible conflit d'intérêt induit par des financements issus de parties prenantes au débat nucléaire (industriels, ministère des armées ou organisations anti-nucléaires). Il a reçu des prix internationaux ainsi que des financements de recherche issus de l'évaluation par les pairs (chaire d'excellence, ANR, ERC)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.