Taxe Corona

La taxe corona sur le capital des multimillionnaires n'est ni utopique, ni irréalisable. Elle est tout simplement juste et nécessaire pour faire face à la crise.

Avant la pandémie, 19,5% des belges risquaient la pauvreté ou l’exclusion sociale (STATBEL), 20% des enfants vivaient dans la pauvreté (UNICEF), alors que nous sommes l’un des pays les plus riche du monde ! Qu’en sera-t-il après la crise ?

La crise du corona qui n’est toujours pas terminée et qui coûte déjà très cher au pays, plus de 50 milliards d’euros. Le gouvernement et les partis traditionnels ont décidé d’emprunter cet argent en sachant d’avance quelle classe allait rembourser la dette : La classe des travailleurs.

Faire payer les riches et non la classe moyenne

Pour toutes les crises, les partis traditionnels ont fait payer les travailleurs, cela doit changer. Aujourd’hui, ce sont les personnes avec un fort capital qui doivent contribuer. Le PTB ne veut pas y aller avec des mesurettes et des fausses promesses électorales comme sait le faire le PS, pas de petites taxes qui toucheront la classe moyenne et qui rapporteront seulement 500 millions d’euros. Le PTB veut plus de justice, il veut taxer les fortunes de plus de 3 millions d’euros à une hauteur de 5%, cette mesure pourrait rapporter jusqu’à 15 milliards d’euros. De quoi alléger la crise pour les personnes en difficulté.

Utopique, irréalisable ?

Certains pourraient dire que c’est utopique et irréalisable, mais loin de là. L’Argentine a mis en place une taxe similaire pour lutter contre la crise du coronavirus.

Simpliste ?

D’autres pourraient arguer que la proposition est simpliste, écrite à la va-vite. Mais cette proposition, écrite par des fiscalistes et juristes spécialisés dont Marco Van Hees (député fédéral), est longue de 40 pages et comportent 69 articles.

Un impôt désiré

Plusieurs sondages prouvent que la majorité de la population belge est plus que favorable à un impôt sur la fortune. Ce n’est pas à l’ordre du jour pour tous les partis. Le MR, par exemple, écrivait il y a peu « Impôt sur la fortune : une mesure impraticable » ou encore « la voie du populisme », mais préfère réduire les impôts des grosses fortunes pour relancer l’économie. C’est ce qu’on fait les différents gouvernements et cela ne fonctionne pas.

Le PTB a choisi son camp, celui de taxer le capital.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.