A quoi joue le Mouvement réformateur (MR) ?

A quoi joue le MR (Mouvement Réformateur) ? Depuis la nouvelle présidence de Georges-Louis Bouchez, la stratégie du MR en terme de communication semble changer, mais dans quel but ?

Les différents tableaux

Le MR se revendique libéral. Il le crie partout là où il le peut. Il base sa communication sur l’égalité des sexes ou l’acceptation de la communauté LGBTQ+, etc.… Ce genre de communication plait à l’aile libérale et gauche du parti.

Mais depuis la nouvelle présidence, le Mouvement Réformateur semble orienter sa communication. Une communication qui semble plus adaptée à la droite et à l’extrême-droite. Cela s’est vu par exemple avec le vote sur l’IVG où le président du parti disait le 2/07/2020 « Je laisse la liberté de vote aux députés MR sur la loi dépénalisant l’IVG ». Cette position est en effet ambigüe car elle s’inscrit sur le plan libéral mais aussi sur le plan conservateur. D’un côté, des députés votent pour, de l’autre côté, des députés votent contre.

Mais cela s’est aussi vu avec la bagarre générale de Blankenberge, le 08/08/2020, où la page du MR relayait une publication de son président. Celle-ci disait « Les policiers assurent notre sécurité, jour et nuit. La violence à notre leur égard est inacceptable. Les auteurs doivent être lourdement punis. Le MR – Mouvement Réformateur réclame des comparutions immédiates et des peines aggravées pour les atteintes aux forces de l’ordre. #Blankenberge #PrésidenceMR ». Ici, le MR voudrait que les auteurs soient lourdement punis avec des peines aggravées car ce sont des forces de l’ordre. Mais ce genre de loi existe déjà ! Alors, quel est le but de faire ce genre d’annonce ? Attirer les partisans de droite et d’extrême-droite. Sans oublier qu’ici, le parti passe au-dessus de la justice en condamnant sans savoir les causes et les faits réels.

Publication du Vlaams Belang (parti d'extrême-droite nationaliste flamand) sur les évènements de Bruxelles. Publication du Vlaams Belang (parti d'extrême-droite nationaliste flamand) sur les évènements de Bruxelles.

Comparable à certaines publications du Vlaams Belang, du Parti Populaire, du Mouvement Nation et autres…

Cette publication est comparable aux publications du Vlaams Belang, au Parti Populaire (et d’autres formations d’extrême-droite). Eriger en Héros les policiers et les forces de l’ordre sans savoir ce qu’il s’est réellement passé et mettre en centre la figure d’autorité.

Ce type de communication a pour but d’aguicher les personnes qui veulent plus d’autorité, plus de politique réactionnaire et surtout, pour les citer, les personnes racistes (voir en dessous des publications, un nombre impressionnant de commentaires racistes).

Ce que les autres formations politiques à gauche du MR ne font pas !

Ce genre de publication attire en effet les personnes racistes. Il suffit qu’il y ait une personne de couleur de peau légèrement plus bronzée qu’une autre dans une vidéo peu flatteuse pour attirer tout le racisme du monde.

Prendre la place de la droite et de l’extrême-droite en Wallonie

En Wallonie, il n’y a pas de parti de droite avec une quelconque place dans la sphère politique. L’extrême-droite, elle, est soumise à un cordon sanitaire. Ce qui fait qu’elle ne peut se développer. Même si le Parti Populaire a eu ses heures de gloire, aujourd’hui, il n’est plus. Il y a donc un vide sur l’échiquier politique.

Et c’est là où le MR entre en jeu. Il prend, avec ses publications jouant sur plusieurs tableaux, les électeurs de droite et d’extrême-droite.

Le MR répète sans arrêt qu’il est contre tout extrémisme. Mais en faisant ce genre de publication, il banalise les idées que ce cordon sanitaire ne doit laisser passer.

A des fins électorales

On ne peut pas dire que le MR est fondamentalement raciste. Ce serait mentir.

Mais le parti joue avec le feu pour garder son score électoral et si possible, le faire monter à 30%, comme le disait Georges-Louis Bouchez. Ce qui pourrait lui valoir la perte de ses réels adhérents libéraux et une autre défaite électorale.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.