mot de passe oublié
onze euros les trois mois

Restez informé tout l'été avec Mediapart

Plus que quelques jours pour profiter notre offre d'été : 11€ pour 3 mois (soit 2 mois gratuits) + 30 jours de musique offerts ♫

Je m'abonne
Le Club de Mediapart sam. 27 août 2016 27/8/2016 Édition du matin

«Moi, députée française, étrangère pendant la moitié de ma vie»

À l'Assemblée, ce discours-là fut le seul moment de grâce d'une semaine enragée. Mardi, en plein cœur du débat sur l'identité nationale, quand Marietta Karamanli (PS) est montée à la tribune après deux heures sans queue ni tête, elle a parlé cinq petites minutes, avec son accent irrépressible, et les travées se sont tues, sur 180 degrés.

À l'Assemblée, ce discours-là fut le seul moment de grâce d'une semaine enragée. Mardi, en plein cœur du débat sur l'identité nationale, quand Marietta Karamanli (PS) est montée à la tribune après deux heures sans queue ni tête, elle a parlé cinq petites minutes, avec son accent irrépressible, et les travées se sont tues, sur 180 degrés.

Devant cette représentante de la nation française, née Grecque à la veille de la dictature des colonels, même le ministre de l'immigration et de l'identité nationale, scotché sur son banc, a relevé le nez. Mais Eric Besson l'a-t-il bien entendue?

 

«Je voudrais vous faire part de mon expérience, celle de devenir française», a raconté Marietta Karamanli, «étrangère pendant moitié de [sa] vie», dans un hémicycle quasi vide. D'abord, la députée a expliqué sa décision d'émigrer: «Je suis née dans un pays où l'État, jusque dans les années soixante-dix, avait la tentation de délivrer un certificat de loyauté», exigeait «un serment de bonne conduite». Ce genre de politique, «ça froid dans le dos»...

 

Avec émotion, elle a ensuite détaillé son arrivée en France à 20 ans, mue par le désir, par l'amour d'un «pays qui a le goût des autres», qui «croit à l'école», «à une morale laïque», «une morale qui se suffit à elle-même, sans besoin d'un prêtre ni d'un chef qui décide».

 

Dans les travées, on entendait les mouches voler.

 

Surtout, elle a décrit sa certitude, «d'emblée», dès ses premiers pas dans l'Hexagone, qu'elle «pourrait y vivre pour toujours». Ce «sentiment d'appartenance», «nul Etat ne peut le prescrire, ni l'interdire», a résumé Marietta Karamanli. Eric Besson l'a-t-il bien écoutée?

 

Au micro, l'élue de la Sarthe a cité Jacques Ancel, géographe persécuté par les nazis, mort en 1943: «Un État se marque sur une carte, mais une nation est une communauté morale plus malaisée à circonscrire (...). Ce serait puérilité que de tracer des sentiments dans le rigide cadre des territoires». Eric Besson a-t-il, un jour, lu Jacques Ancel?

 

Pour Marietta Karamanli, le «sentiment» d'être française (fait «de sensations» et d'«une conscience») appartient à la seule sphère intime: «Il est périlleux que ce soit l'État qui cherche à dire ce que ça signifie, à cadrer un sentiment. En la matière, il ne peut dire le vrai». «Parler de l'identité nationale comme de quelque chose d'objectif et d'immuable, qu'il faudrait "valoriser" [comme le prétend le site du ministère], c'est impossible».

 

A l'intention du groupe UMP, dont une centaine de députés ont signé une proposition de loi visant à interdire les drapeaux étrangers lors des cérémonies de mariage, la socialiste a enfin parlé de ses quatre enfants (âgés de 3 à 18 ans), «qui se sentent tous français» et «qui aiment tous leurs origines étrangères»: «Petits, ils dessinaient des drapeaux français, a-t-elle confié. Mais aussi grecs!». «Allez comprendre», Monsieur Besson...

 

A sa descente de tribune, les travées de gauche comme de droite ont applaudi. Ses camarades socialistes lui ont caressé l'épaule, la main, le visage. Et puis un collègue UMP lui a fait passer un petit mot: «Merci, vous avez répondu à toutes mes questions...» A la fin de la séance, quand le ministre a repris la parole pour répondre à la vingtaine d'élus qui s'étaient exprimés, il avait préparé de quoi répliquer à chacun des orateurs de l'opposition. Mais pour Marietta Karamanli, qui venait d'exposer ses tripes devant la nation, il n'a pas eu un mot.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Comme au temps de Vichy, l'ultra droite de 2007 est arrivée à tomber le masque de la grande dérive qu'ils ont bien cachée au peuple avec la meute des journalistes lèche ... du pouvoir de non questionnement.

 

Cet été, Mediapart vous accompagne partout !

onze euros les trois mois

À cette occasion, profitez de notre offre d'été : 11€/3 mois (soit 2 mois gratuits) valable jusqu'au 4 septembre et découvrez notre application mobile.
Je m'abonne

Le blog

suivi par 158 abonnés

Le blog de Mathilde Mathieu