Blog suivi par 2 abonnés

LA RAGE DE DIRE

  • La malédiction du « Rabiglouchette »

    Par | 1 recommandé
    Film, Le petit champ (V.F. de The Sandlot) © Photo : Crédits photo : Pinterest Film, Le petit champ (V.F. de The Sandlot) © Photo : Crédits photo : Pinterest
    Le Rabiglouchette est né à l’époque, où, jouer au baseball, avec un bout de bois en guise de batte, une balle de tennis en guise de balle et le tout sans GANT ; suffisait à animer nos soirées d’été à la Tess. Mais, mais : « on avait les bases » ! Ces étés-là, personne ne nous les enlèvera, JAMAIS !
  • Quand le " # Je suis en terrasse" signait la résistance...

    Par | 4 recommandés
    Couple verbalisé en terrasse, femme enceinte, place vide Couple verbalisé en terrasse, femme enceinte, place vide
    La scène se déroule ,ce matin , je suis avec mes deux sœurs et une copine, on se balade dans le village de Banne, médiéval à souhait, une superbe place avec une fontaine déversant une eau fraîche... Sur la terrasse, un couple, la femme enceinte est assise avec son mari , à l'ombre des pins. Lui, boit sa bière.
  • Être ou ne pas être soignant ?

    Par | 12 commentaires | 12 recommandés
    Emmanuel Macron, Notre président, celui qui est garant de nos LIBERTES, a annoncé, hier, dans le plus grand des calme, que si je ne me fais pas vacciner, je serai bannie de la communauté sociale. Ça va la France, tranquille où quoi ? Suis-je la seule que ça choque ?
  • Banlieusard·e·s

    Par | 13 commentaires | 17 recommandés
     © Photo: Shutterstock © Photo: Shutterstock
    Se libérer de l’auto-stigmatisation induite par son identité sociale, une idée que j’ai eu lors d’une « haagrah » [humiliation, mépris] vécue au travail.
  • « La rage de dire »

    Par | 2 commentaires | 18 recommandés
    L’agression raciste dont a été victime Joseph livreur, devant le restaurant le « Brasco », témoigne encore une fois du glissement délétère de notre société dans les méandres du racisme le plus primaire. Plus il est instillé par l’une de ses plus anciennes méthodes : « le diviser pour mieux régner », plus il reprend racine.