Maud Assila
Enseignante, auteure, militante à Réseau salariat
Abonné·e de Mediapart

70 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 janv. 2022

Maud Assila
Enseignante, auteure, militante à Réseau salariat
Abonné·e de Mediapart

Licorice Pizza manque de saveur

Le dernier film de Paul Thomas Anderson est encensé par les critiques. Pourtant il n'est pas à la hauteur des attentes, peut-être démesurées, de tous ses fans. Preuve que la virtuosité ne suffit pas toujours.

Maud Assila
Enseignante, auteure, militante à Réseau salariat
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Disons-le, je suis sortie de Licorice Pizza un peu triste tant j'avais misé sur ce film. Triste cas restée de marbre. Avec Licorice pizza c'est le Paul Thomas Anderson (PTA) de Boogie nights que j'ai retrouvé, et il n'est pas mon préféré. Celui qui a du génie cisaille les rapports de force et les restitue à la fois avec crudité et une certaine subtilité. Parfois PTA voit tout, il saisit tout. Il donne alors la chair de poule. Parfois il s'adonne sciemment au seul plaisir de la forme et du rythme et cède alors à la facilité. Un coup sur deux. Perdu. Ici, malgré le foisonnement scénaristique, rien ne semble jamais complexe ni équivoque. Les personnages et leurs relations sont ou bien effleurés, ou bien trop explicites. Comme cette grande sœur dont l'heroïne Alana dit qu'elle est parfaite, raisonnable et à qui elle reproche de critiquer ses choix amoureux, mais qu'on ne fera plus qu'entrapercevoir. La mécanique psychologique est simple. En entrant en scène, chacun donne le ton dès ses premières répliques (c'est leur fonction). Aucun doute n'est possible, rien n'hésite. La virtuosité formelle, indéniable, du réalisateur fait le reste. Elle occupe littéralement l'espace et le temps du film. Tout cela donne lieu à des scènes de faible intensité. Amer et anisées peut-être (licorice signifie réglisse) ; colorées, cocasses, sûrement. Mais sans intensité. 

Gary (Cooper Hoffman), le jeune héros du film tombé amoureux d'Alana au premier regard, avait par exemple quelque chose, y compris physiquement. Il apparaît tour à tour enfantin, sérieux, un peu pataud, séduisant. Les traits du père défunt (Philip Seymour Hoffman), que l'on reconnaît au détour d'un plan, contribuent sans doute à l'émotion de voir un acteur naître devant nous. Mais finalement, le personnage qu'il joue reste esquissé. Il est souvent très sûr de lui. Pourtant on ne perçoit pas ce qu'il peut faire de ce trait de caractère. Il monte des affaires, choisit à 15 ans la femme de sa vie et soudain ruine toutes ses chances sur un coup de tête. D'où lui vient son assurance ? Jusqu'où pourrait-il aller ? Qu'est-ce qui le meut au juste ? On ne le saura pas. De toute facon, après un début de film empli de sa présence prometteuse, il s'efface peu à peu pour finalement perdre presque toute épaisseur. 

Bien sûr il y a quelques moments amusants. Le coup de coussin derrière la tête de la vieille star méchante, exploiteuse d'enfants ; Bradley Cooper en sale type ; Sean Penn en sale type ; une descente de camion en marche arrière et silencieuse, à couper le souffle ; le sosie de Justin Trudeau en politicien impeccable et progressiste (cachant par ailleurs son homosexualité pour pouvoir être élu : la scène du restaurant est un des moments forts du film. Wachs s'avère avoir manipulé Alana, dont on voit le cheminement, de l'excitation d'être la petite bénévole désignée par le chef à la déconfiture). Et puis il y a Life on mars entre deux séquences. Mais comme il en faut pour tous les goûts et que PTA n'a jamais peur de trop en faire, ceux qui sont plutôt The doors en ont aussi pour leur argent.

Les critiques sont dithyrambiques. Toutes parlent de nostalgie. La nostalgie sous la plume d'un critique est souvent synonyme de profondeur. Que la nostalgie à mes yeux ne soit pas un sujet est une chose toute personnelle. Mais si celle-ci porte réellement le film, à vrai dire je ne l'ai pas perçue. Plus simplement, j'ai vu une jolie histoire avec une fin volontairement à l'eau de rose, dans la plus pure tradition de la comédie sentimentale américaine. Voilà qui s'appelle un rendez-vous manqué. Un sacré lapin, même.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexistes et sexuelles
Ce que deviennent 100 affaires révélées depuis #MeToo
Que sont devenues les révélations en avalanche dans les médias français depuis #MeToo, en 2017 ? Ont-elles été judiciarisées ? Quelles en ont été les conséquences ? Mediapart a décortiqué 100 dossiers parmi les plus retentissants.
par Lénaïg Bredoux, Donatien Huet et Marine Turchi
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Deux magistrats sur #MeToo : « C’est un moment historique, il ne faut pas le rater »
Mediapart s’est entretenu avec un tandem qui a multiplié les innovations dans la lutte contre les violences faites aux femmes. Pour Gwenola Joly-Coz, première présidente de la cour d’appel de Poitiers, et Éric Corbaux, procureur général, l’institution judiciaire a besoin de plus de moyens.
par Marine Turchi
Journal — Asie et Océanie
En Chine, la politique « zéro Covid » est de plus en plus contestée
Des chiffres de contamination record en Chine poussent les autorités à décréter de nouveau des mesures de confinement un peu partout dans le pays. Ce qui entraîne des réactions de plus en plus vives, y compris des émeutes, comme récemment dans la plus grosse usine d’iPhone au monde dans le centre du pays.
par François Bougon
Journal
Les frappes aériennes russes contre les infrastructures : des crimes sans châtiment ?
Depuis le 24 février et l’invasion de l’Ukraine, les opérations aériennes russes interrogeaient les spécialistes par leur faible volume et leur apparente retenue. Mais depuis le 10 octobre, les choses ont brutalement changé. Quels sont les objectifs de l’armée russe et dans quelle mesure ces attaques constituent-elles des crimes contre l’humanité ? Une chronique de Cédric Mas, historien militaire.
par Cédric Mas

La sélection du Club

Billet de blog
Publicité : l'industrialisation de la manipulation
On lit souvent que la pub « nous manipule », mais qu'est-ce que ça veut dire ? Le débat à ce sujet se réduit souvent à l'alternative entre liberté absolue ou déterminisme fatal. À la veille du Black Friday, un évènement reposant entièrement sur la pub pour exister, il faut analyser en détail les techniques de discours manipulatoire, leurs usages en publicité et leurs effets sociaux.
par Résistance Agression Pub
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Voilà ce qu’il va se passer avec vos achats du Black Friday
Vendredi, c’est le Black Friday, et vous allez être tenté d’acheter de nouveaux vêtements. Et on vous comprend : c’est difficile de résister à ce t-shirt bon marché qui vous fait de l'œil et qui est soudainement à - 70%. Avant de faire quelque chose que vous allez sûrement regretter, on doit vous dire ce qui risque de se passer avec votre t-shirt.
par StopFastFashion
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis