Maud Assila
Enseignante, auteure, militante à Réseau salariat
Abonné·e de Mediapart

70 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 janv. 2022

Licorice Pizza manque de saveur

Le dernier film de Paul Thomas Anderson est encensé par les critiques. Pourtant il n'est pas à la hauteur des attentes, peut-être démesurées, de tous ses fans. Preuve que la virtuosité ne suffit pas toujours.

Maud Assila
Enseignante, auteure, militante à Réseau salariat
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Disons-le, je suis sortie de Licorice Pizza un peu triste tant j'avais misé sur ce film. Triste cas restée de marbre. Avec Licorice pizza c'est le Paul Thomas Anderson (PTA) de Boogie nights que j'ai retrouvé, et il n'est pas mon préféré. Celui qui a du génie cisaille les rapports de force et les restitue à la fois avec crudité et une certaine subtilité. Parfois PTA voit tout, il saisit tout. Il donne alors la chair de poule. Parfois il s'adonne sciemment au seul plaisir de la forme et du rythme et cède alors à la facilité. Un coup sur deux. Perdu. Ici, malgré le foisonnement scénaristique, rien ne semble jamais complexe ni équivoque. Les personnages et leurs relations sont ou bien effleurés, ou bien trop explicites. Comme cette grande sœur dont l'heroïne Alana dit qu'elle est parfaite, raisonnable et à qui elle reproche de critiquer ses choix amoureux, mais qu'on ne fera plus qu'entrapercevoir. La mécanique psychologique est simple. En entrant en scène, chacun donne le ton dès ses premières répliques (c'est leur fonction). Aucun doute n'est possible, rien n'hésite. La virtuosité formelle, indéniable, du réalisateur fait le reste. Elle occupe littéralement l'espace et le temps du film. Tout cela donne lieu à des scènes de faible intensité. Amer et anisées peut-être (licorice signifie réglisse) ; colorées, cocasses, sûrement. Mais sans intensité. 

Harry (Cooper Hoffman), le jeune héros du film tombé amoureux d'Alana au premier regard, avait par exemple quelque chose, y compris physiquement. Il apparaît tour à tour enfantin, sérieux, un peu pataud, séduisant. Les traits du père défunt (Philip Seymour Hoffman), que l'on reconnaît au détour d'un plan, contribuent sans doute à l'émotion de voir un acteur naître devant nous. Mais finalement, le personnage qu'il joue reste esquissé. Il est souvent très sûr de lui. Pourtant on ne perçoit pas ce qu'il peut faire de ce trait de caractère. Il monte des affaires, choisit à 15 ans la femme de sa vie et soudain ruine toutes ses chances sur un coup de tête. D'où lui vient son assurance ? Jusqu'où pourrait-il aller ? Qu'est-ce qui le meut au juste ? On ne le saura pas. De toute facon, après un début de film empli de sa présence prometteuse, il s'efface peu à peu pour finalement perdre presque toute épaisseur. 

Bien sûr il y a quelques moments amusants. Le coup de coussin derrière la tête de la vieille star méchante, exploiteuse d'enfants ; Bradley Cooper en sale type ; Sean Penn en sale type ; une descente de camion en marche arrière et silencieuse, à couper le souffle ; le sosie de Justin Trudeau en politicien impeccable et progressiste (cachant par ailleurs son homosexualité pour pouvoir être élu : la scène du restaurant est un des moments forts du film. Wachs s'avère avoir manipulé Alana, dont on voit le cheminement, de l'excitation d'être la petite bénévole désignée par le chef à la déconfiture). Et puis il y a Life on mars entre deux séquences. Mais comme il en faut pour tous les goûts et que PTA n'a jamais peur de trop en faire, ceux qui sont plutôt The doors en ont aussi pour leur argent.

Les critiques sont dithyrambiques. Toutes parlent de nostalgie. La nostalgie sous la plume d'un critique est souvent synonyme de profondeur. Que la nostalgie à mes yeux ne soit pas un sujet est une chose toute personnelle. Mais si celle-ci porte réellement le film, à vrai dire je ne l'ai pas perçue. Plus simplement, j'ai vu une jolie histoire avec une fin volontairement à l'eau de rose, dans la plus pure tradition de la comédie sentimentale américaine. Voilà qui s'appelle un rendez-vous manqué. Un sacré lapin, même.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
« Le recul démographique du monde agricole n’est pas une fatalité »
Moins 100 000 fermes en dix ans : c’est le résultat du recensement rendu public le mois dernier par le ministère de l’agriculture. Face à l’hémorragie, le retour à un pilotage par l’État et à des politiques publiques volontaristes est nécessaire, selon la sociologue Véronique Lucas.
par Amélie Poinssot
Journal — Europe
Dans leur bastion de l’Alentejo, les communistes portugais résistent au déclin
Lors des législatives anticipées qui se déroulent dimanche, le Parti communiste, tout juste centenaire, espère limiter la casse, malgré la poussée socialiste dans certains de ses bastions, dont l’Alentejo. En embuscade, l’extrême droite de Chega lorgne vers d’anciens électeurs du PCP.
par Ludovic Lamant
Journal
En Syrie, la plus grande prison au monde de djihadistes tombe aux mains… des djihadistes
L’État islamique s’est emparé pendant une semaine d’un centre de détention à Hassaké, obligeant l’armée américaine à intervenir. Des dizaines de prisonniers sont en fuite. Pour les Forces démocratiques syriennes, le retour du phénix djihadiste est une très mauvaise nouvelle.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener