MAURICETTE FALISE
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 janv. 2022

Monsieur le président, aujourd’hui je suis en guerre !

Monsieur le président, je vous fais une lettre que vous ne lirez sûrement jamais, puisque vous et moi ne sommes pas nés du même côté de l’humanité. Si ma blouse est blanche, ma colère est noire et ma déception a la couleur des gouttes de givre sur les carreaux, celle des larmes au bord des yeux. Les larmes, combien en ai-je épongé ? Combien en ai-je contenu ? Et combien en ai-je versé ? Lettre d'une infirmière en burn-out.

MAURICETTE FALISE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Monsieur le président, je vous fais une lettre que vous ne lirez sûrement jamais, puisque vous et moi ne sommes pas nés du même côté de l’humanité.

Si ma blouse est blanche, ma colère est noire et ma déception a la couleur des gouttes de givre sur les carreaux, celle des larmes au bord des yeux. Les larmes, combien en ai-je épongé ? Combien en ai-je contenu ? Et combien en ai-je versé ?

Au cours de ma carrière, bon nombre de fois j’ai entendu cette phrase « Je ne sais pas comment vous faites pour supporter… ».

Approchez-vous, asseyez-vous, je vais vous révéler notre secret : nous ne supportons pas.

Soigner, c’est faire le choix de l’insupportable. C’est accepter la rencontre quotidienne de la peur, de la douleur, du désespoir, de la solitude et de l’injustice.

Qui peut le supporter ?

Mais que ceux qui voient en nous des héros ou des sauveurs passent leur chemin car c’est au milieu de l’abominable qu’a lieu le partage avec l’Autre.

Ce sont ces instants si précieux qui donnent l’âme de cette fonction : soigner.

D’aucun parleront de la « nécessaire distance thérapeutique que l’infirmier doit respecter au risque de …. » blablabla. La distance est au soignant ce que la page blanche est à l’écrivain : une barrière qui fini par tomber pour que l’histoire s’écrive.

Pendant 20 ans, chaque jour, j’ai fait don de tout mon être aux patients.

J’ai économisé ma force, ma bienveillance et mon sourire, je leur ai tout gardé bien au chaud. Et, croyez moi si vous le voulez, ils me l’ont rendu chacun à leur façon. Je pense avoir donné le meilleur de moi, au risque parfois d’oublier d’en épargner pour ceux que j’aime.

« Epargner…voilà qui tombe à pic » dit la fourmi du gouvernement, « Je viens d’avoir une idée de génie, nommons la T2A. Et bien dansez maintenant, petites cigales en blouses blanches ».  

Nous avons donc dansé, à un rythme effréné, au rythme de la T2A.

La Tarification à l’Acte (ayons le courage d’appeler une fourmi une fourmi) a transformé notre ballet en contorsions grotesques et dénuées de sens. Avez-vous une idée de ce que la rentabilité peut coûter ? Cher…aux patients comme aux professionnels, cela coûte des montagnes de solitude.

Puis est arrivée cette crise.

« Nous sommes en guerre, nous sommes en guerre, nous sommes en guerre ». Non monsieur le président, nous n’étions pas (encore) en guerre.

Aucune bombe ne s’est abattue à Versailles lorsque vous vous êtes confiné à La Lanterne. Aucune pénurie de vivres ou de Doliprane n’a été à déplorer. Et seuls quelques uns des soldats,  envoyés sur le champ de bataille avec un pistolet à bouchon, ont perdu la vie. De ceux là, on ne parle que très peu d’ailleurs.

Mais il fallait maintenir la peur, celle qui paralyse, celle qui annihile réflexion et volonté.

Je crois pouvoir dire que je n’ai jamais eu peur du covid, moi qui ai peur de tout. Non pas par courage, ni par inconscience. Mais soyons honnêtes, si je visais l’immortalité je ne boirais pas, ne fumerais pas et mangerais « au moins 5 fruits et légumes par jour », non ?

Alors allons-y. Allons affronter le grand méchant loup sans masque, sans gants, sans rien, et ramenons le dans chaque bergerie.

J’ai tellement cru que cette crise allait changer les choses. Après tous les SOS restés sans réponse, je me suis dit que ce coup ci c’était bon, la surdité générale avait trouvé son remède. La cigale est naïve dans la fable, n’est ce pas ? Il semblerait que dans la vie aussi.

Un froid glacial s’est immiscé insidieusement.

J’ai chanté et dansé pendant 20 ans monsieur le président, mais l’air polaire que vous avez soufflé a eu raison de mes espoirs. Je me suis tu, immobile, la colère éteinte par le désarroi et ce, pendant plusieurs semaines.

Je me réchauffe, petit à petit, auprès des sources qui animent mon chez-moi. Mon esprit stuporeux s’éveille peu à peu à nouveau et considère le labyrinthe dans lequel vous nous avez perdus.

Chaque chemin que j’envisage me conduis vers la même évidence : monsieur le président, aujourd’hui je suis en guerre !

Infirmière diplômée d’état.

PS : « M’en voudrez vous beaucoup si je vous dis un monde où l’on n’est pas toujours du côté du plus fort ? » Jean Ferrat Potemkine

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo : Valérie Pécresse veut faire bouger la droite
Mardi, Valérie Pécresse a affiché son soutien aux victimes de violences sexuelles face au journaliste vedette Jean-Jacques Bourdin, visé par une enquête. Un moment marquant qui souligne un engagement de longue date. Mais, pour la suite, son équipe se garde bien de se fixer des règles.
par Ilyes Ramdani
Journal — Asie
Clémentine Autain sur les Ouïghours : « S’abstenir n’est pas de la complaisance envers le régime chinois »
Après le choix très critiqué des députés insoumis de s’abstenir sur une résolution reconnaissant le génocide des Ouïghours, la députée Clémentine Autain, qui défendait la ligne des Insoumis à l’Assemblée nationale, s’explique.
par François Bougon et Pauline Graulle
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan
Journal — Violences sexuelles
L’ancien supérieur des Chartreux de Lyon, Georges Babolat, accusé d’agressions sexuelles
Selon les informations de Mediacités, trois femmes ont dénoncé auprès du diocèse de Lyon des attouchements commis selon elles lors de colonies de vacances en Haute-Savoie par le père Babolat, décédé en 2006, figure emblématique du milieu catholique lyonnais.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)

La sélection du Club

Billet de blog
Un grand silence
L'association Vivre dans les monts d'Arrée a examiné le dossier présenté par EDF. Nous demandons, comme nous l'avons fait en 2010 et comme nombre de citoyens le font, que soit tenu un débat public national sur le démantèlement des centrales nucléaires : Brennilis, centrale à démanteler au plus vite.
par Evelyne Sedlak
Billet de blog
Notre plan B pour un service public de l'énergie
[Rediffusion] Pour « la construction d’un véritable service public de l’énergie sous contrôle citoyen » et pour garantir efficacité et souveraineté sur l’énergie, celle-ci doit être sortie du marché. Appel co-signé par 80 personnalités politiques, économistes, sociologues, historiens de l’énergie dont Anne Debrégeas, Thomas Piketty, Jean-Luc Mélenchon, Aurélie Trouvé, Gilles Perret, Dominique Meda, Sandrine Rousseau…
par service public énergie
Billet de blog
Fission ou fusion, le nucléaire c’est le trou noir
Nos réacteurs nucléaires sont en train de sombrer dans une dégénérescente vieillesse ; nos EPR s’embourbent dans une piteuse médiocrité et les docteurs Folamour de la fusion, à supposer qu’ils réussissent, précipiteraient l’autodestruction de notre société de consommation par un effet rebond spectaculaire. Une aubaine pour les hommes les plus riches de la planète, un désastre pour les autres.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Électricité d'État, non merci !
La tension sur le marché de l’électricité et les dernières mesures prises par l’Etat ravivent un débat sur les choix qui ont orienté le système énergétique français depuis deux décennies. Mais la situation actuelle et l'avenir climatique qui s'annonce exigent plus que la promotion nostalgique de l'opérateur national EDF. Par Philippe Eon, philosophe.
par oskar