Blog suivi par 17 abonnés

Le blog de Mauro

  • Quand le renard perd le poil mais pas le vice: nous sommes tous Mamoudou

    Par
    Il était passé par le Niger. Mamoudou Gassama aurait pu disparaitre comme un inconnu au désert ou dans la mer Méditerranée, complice occasionnelle des migrants. On aurait pu l’emprisonner, voler et finalement renvoyer dans son pays natal, le Mali, dans n’importe quelle frontière qu’il a défiée pour atteindre la France.
  • Les couleurs néocoloniales du Sahel

    Par
    La couleur bleu n’est pas contemplé dans la récente carte géographique des zones à risque, colorée par le Ministère des Affaires Etrangères français. Au Sahel, on nous a peints en rouge, profondément rouge et dangereusement rouge.
  • La fabrication des otages au Sahel

    Par | 1 recommandé
    Maintenant, au Sahel, les otages ce sont eux. Utilisés avec talent et puis mis au marché, les migrants ont remplacé des otages bien plus importants qu’eux. La fabrication des otages n’est pas nouvelle au Sahel : pendant des années elle avait bien marché.
  • Migrants d’Origine Contrôlée au Sahel

    Par | 2 commentaires | 4 recommandés
    Ils ont un code à barres comme pour les marchandises. Ainsi les migrants sont fichés, mieux «barrés», afin de faciliter les transactions humanitaires. Juste migrants DOC, D’Origine Contrôlée, par le biais d’une carte en plastique barrée.
  • La colère dans le vent: l’uranium au Sahel

    Par | 7 commentaires | 16 recommandés
    A Arlit les gens boivent de l’eau radioactive. Le contenu de l’article sur Le Monde ne fait que confirmer ce qui avait été dénoncé en son temps par la société civile locale. L’entreprise française Areva extrait l’uranium dans cette zone à la frontière de l’Algérie depuis plus de 40 ans.
  • Libérations de poussière: Le Sahel enseigne

    Par | 2 recommandés
    André a juste appelé depuis la liberté perdue et retrouvée. Après 20 ans de prison, il sort libre de la maison d’arrêt de Kollo pas loin de Niamey. Les derniers temps, il faisait le jardinier dans le terrain proche de la clôture de la prison. C’était pour lui un temps d’essai afin de vérifier s’il arrivait à cultiver la liberté qu’on lui avait prêtée depuis peu et perdue pour très longtemps.
  • Au sud de la Libye

    Par
    Il y a lui, le sable, dont nous sommes créatures. Il y a elle, la poussière, qui se réfugie dans les sacs, les chaussures et surtout dans les yeux de ceux qui très peu savent du grand SUD. Il y a elle, l’eau salée par les larmes et par la mer qui les engloutis comme fait la nuit avec le coucher du soleil d’une civilisation qui s’éteint au bord d’un puits.
  • La guerre perdue du Sahel

    Par | 1 recommandé
  • Le père noël à Niamey

    Par | 1 recommandé
  • Quel regard sur la gestion des migrations au Niger?

    Par
    C’est un point de vue, c’est-à-dire la vue à partir d’un point. Selon le lieu d’où l’on regarde changera la vision, selon ce qu’on cherche dans la réalité l’on trouvera… Il n’y a aucun regard «innocent», regarder le monde de Niamey ou de Paris n’est pas la même chose.