max angel
Politologue amateur
Abonné·e de Mediapart

668 Billets

3 Éditions

Billet de blog 7 nov. 2013

Camus, racisme et Guerre de 14

En ce jour anniversaire où Albert Camus aurait eu cent ans, il faut avouer que les pensées de cet écrivain solaire semblent être oubliées lorsque l'on constate le comportement de certains de nos concitoyens et pas des moindres.

max angel
Politologue amateur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

En ce jour anniversaire où Albert Camus aurait eu cent ans, il faut avouer que les pensées de cet écrivain solaire semblent être oubliées lorsque l'on constate le comportement de certains de nos concitoyens et pas des moindres.

Camus est l'un de mes maîtres à penser. Eh oui ! Penser par soi-même commence par la reconnaissance que l'on doit à ceux qui vous ont formé.

J'ai, pendant de nombreuses années, fait lire et commenter à mes élèves ses romans La Peste et L'étranger. J'espère qu'ils en ont conservé quelques souvenirs et qu'ils se gardent bien de souffler dans le visage de ceux auxquels ils s'adressent les bacilles du racisme, de la haine, de la méchanceté, de l'exclusion qui conduisent au malheur de l'humanité.

Voir le très beau billet de Vingtras. http://blogs.mediapart.fr/blog/vingtras/071113/le-racisme-est-une-lepre

L'absurdité de l'Humanité est toute contenue dans le racisme ordinaire. En effet, un raciste c'est quelqu'un qui reproche à un autre d'avoir mal choisi ses parents. Difficile, à partir de là, de construire une société viable.

Hier, sur France Inter, est intervenu Y. Coppens qui nous a rappelé que nous sommes TOUS les lointains descendants des homo sapiens venus de l'Est du continent africain et que nous sommes donc, TOUS, noirs d'origine.

Bien ! Encore faut-il avoir quelques connaissances sur l'Histoire de l'Humanité et accepter sa lente et longue évolution. Tous descendants d'immigrés. Sans exception !

D'où l'absurdité, une de plus, de l'expression "français de souche" qui est la négation même de l'identité française.

Par conséquent, les hommes et femmes politiques qui usent du racisme comme argument pour diviser notre Nation sont surtout soit des ignares et des imbéciles, soit de sacrés filous quand ce ne sont pas des "malades". Car, c'est là le malheur, le racisme relève de l'irrationnel.

Comment peut-on oser traiter quelqu'un de singe parce que sa peau est noire ? C'est valable autant pour les abrutis français contre Madame Taubira que pour les italiens de la Ligue du Nord contre Mme Kyenge.

Deux générations, presque trois, après l'horreur de la Seconde Guerre Mondiale, la mémoire s'estompe, la vigilance des uns est gommée par le retour de cette prétention imbécile des autres qui, de par la couleur de leur peau, se croient supérieurs à des humains différemment colorés qu'eux.

© 

Ce racisme "ordinaire" a alimenté et justifié la politique coloniale de la IIIe République. C'est ce que pensaient les poilus de 14-18 passés par l'école de la République et convaincus qu'ils étaient plus "civilisés" que leurs camarades de couleur. Tu parles d'une belle civilisation !

Il existe, à côté du Crotoy, un cimetière chinois, où reposent quelques centaines de coolies venus creuser les tranchées pour l'armée britannique et qui, atteints par les gaz ou blessés, furent soignés dans la région et ne survécurent point.

Si le monde paysan français a payé le prix fort, est devenu chair à canon, il y avait encore pire. Ce fut l'utilisation des troupes coloniales. Le général Mangin en fit tuer quelques milliers. Des gens habitués à vivre dans la chaleur sèche ou humide et brutalement jetés dans des régions froides, humides, enneigées l'hiver, avec la boue qui se durcit avant de redevenir boue.

Chaque fois que je me balade, d'octobre à mars, à travers les forêts qui entourent Rouen sur des chemins glissants, gluants, je ne peux m'empêcher de penser à mon grand-père maternel qui pleura de ne pas pouvoir partir en 14, trop jeune, et dut attendre 1915 pour 3 ans de castagne, 3 blessures et retour au casse-pipe.

Les "hussards noirs" de la République l'avaient préparé. Son père l'avait conditionné. Garde-barrière du côté de Chartres, il avait sacrifié une barrique de vin en août 14 pour abreuver les jeunes qui allaient perdre leur jeunesse et rapidement devenir des tueurs, des soumis, des apeurés, des gueules cassées, des héros dans la presse, et des cocus aux yeux de l'Histoire.

Ils ont cru faire "la der des der". Les politiciens des traités de Versailles, de Sèvres, de Saint Germain et du Trianon les obligeront à envoyer leurs enfants, de nouveau,  se battre entre eux.

Au Kosovo, en Serbie, mais aussi en Italie du Nord, voire chez nous, en France, il existe encore des nationalistes qui seraient prêts à rouvrir les portes de la guerre.

Camus n'aurait point été ce qu'il fut si son père n'avait été tué au cours de cette Guerre qui n'est "Grande" que parce qu'elle fut "mondialisée" et qu'elle débarrassa de la surface de la planète quelques millions de jeunes hommes.

L'on fera encore mieux une génération plus tard, et l'on peut dire que depuis, la guerre se porte bien.

Quand les hommes sauront-ils tirer des leçons de l'Histoire ? Pour cela, il faudrait qu'ils soient devenus animaux raisonnables et maîtres de leurs instincts de mort, de leurs pulsions de haine.

C'est très fatiguant de faire attention à ne pas contaminer ceux que l'on fréquente en leur soufflant au visage ce qu'il y a de pire en chacun de nous.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Proche-Orient
À l’hôpital al-Shifa de Gaza, les blessés racontent les bombardements
La bande de Gaza ressort épuisée de cet énième round de violences meurtrières entre Israël et le Djihad islamique palestinien. Malgré la trêve entrée en vigueur dimanche soir, les habitants pleurent leurs morts, les destructions sont importantes, et des centaines de blessés sont toujours à l’hôpital, désespérés par la situation et par les pénuries de médicaments. « J’ai vraiment cru qu’on allait tous mourir, enterrés vivants », raconte un rescapé.
par Alice Froussard
Journal
En Ukraine, les organisations internationales en mal de confiance
Depuis le début du conflit, la société civile ukrainienne s’est massivement mobilisée pour faire face à l’offensive russe. Alors que les organisations internationales sont critiquées, comme on l’a vu encore récemment avec Amnesty International, la plupart de l’aide humanitaire sur le terrain est fournie par des volontaires à bout de ressources.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Une approche critique de la blanquette de veau
Un jour, je viens voir ma mère. Je mange avec ma mère. J’ai fait une petite blanquette, c’est dans la casserole, elle me dit et je lui dis que c’est chouette mais quand je regarde la casserole, c’est bizarre cette blanquette dans l’eau. On dirait qu’il manque quelque chose.
par noemi lefebvre
Billet de blog
Cornichon
Si mal jugé.
par C’est Nabum
Billet de blog
Avec mes potes, sur la dernière barricade
Avec les potes, on a tout ce qu’il faut pour (re)faire un monde. Et on se battra jusqu’à la dernière barricade, même si « la révolution n’est plus synonyme de barricades. Elle est un tout autre sujet, bien plus essentiel : elle implique de réorganiser la vie tout entière de la société ». Ce à quoi on s’emploie. Faire les cons, tout en faisant la révolution : ça va être grandiose. Ça l’est déjà.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Iel
De la nécessité d'écrire inclusif-ve...
par La Plume de Simone