max angel
Politologue amateur
Abonné·e de Mediapart

676 Billets

3 Éditions

Billet de blog 15 avr. 2022

max angel
Politologue amateur
Abonné·e de Mediapart

Le piège à « Mes cons » !

Depuis cinq ans, M. Macron et LRM, ont tout fait pour que le piège à cons qui lui a donné la victoire se reproduise.  Piège voulu et tendu avec la complicité du grand patronat.

max angel
Politologue amateur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La mise sur orbite du Nosferatu de la polémique, le va-t-en-guerre Zemmour, qui, avec Bolloré, a pollué les antennes et les médias en général, a parfaitement joué son rôle de faire-valoir d’une Marine Le Pen, dédiabolisée, fréquentable, pour un peu raisonnable.

Depuis, la mitterrandie le parti néo-nazi, tel qu’il est qualifié par la presse étrangère, a toujours servi à l’élection ou à la ré-élection du Président-Monarque en place. Soit en affaiblissant la droite, soit en permettant au « freluquet » d’accéder au trône désiré par la haute finance, le CAC 40 et le 1% des plus riches. 

Quant à la maison Le Pen & Filles, ça lui permet d’avoir une vie confortable, plus ou moins sur le dos des contribuables comme c’est l’habitude chez ces professionnels de la politique qui ne savent faire que cela.

La justice aurait pu la poursuivre pour tout un tas de manquements à ses devoirs d’élue au Parlement européen, contre certains de ses propos, jadis, contrairement aux fondements de la République dans sa dénonciation de nos concitoyens musulmans, pour son financement russe, fille chérie de Poutine, comme l’était l’Eglise catholique française par rapport au Vatican qui lui a, en réalité, toujours préféré l’Eglise allemande ou austro-hongroise. Surtout depuis la séparation de l’Eglise et de l’Etat.

Il y a donc bien eu complicité entre les macronards et l’extrême-droite.

Et tous les folliculaires qui ont fait de l’audience avec cette même extrême-droite, qui ont fait de la FI, le parti à abattre et de son représentant, l’ennemi public numéro un, sont en train de pleurer aujourd’hui, sur le danger que constituerait une abstention si forte qu’elle permettrait l’élection de la Madone des Pétochards. Cavalière d’anciens nazis, sableuse de champagne avec Orban, et guère éloignée du PIS polonais. 

Quand bien même serait-elle élue, elle le serait aussi mal que son concurrent, ce souffleur de feu dans la grange à foin, et non représentative du peuple français. Ce qui se traduira dans les urnes lors des législatives. Donc cohabitation de rigueur

Quant aux moyens que possèdent les institutions pour la mettre à genoux, ce sont les mêmes qui auraient été mis en place pour faire échouer Mélenchon à changer les choses : Banque européenne, UE, FMI, et pourquoi pas USA, considérant que Poutine ayant une tête de pont en France, passant par Varsovie, Budapest, ce sont les intérêts vitaux des USA qui sont en danger. 

Et bonjour l’amplification de cette IIIe guerre mondiale en cours. Mais qu’il ne faut pas reconnaître puisqu’il n’y a pas encore eu confrontation directe entre les opposants. 

Je me garderai bien de parler de « belligérants » puisque fournir en masse des armes à un pays en guerre, ce n’est que du commerce.

J’attends avec patience, que le couple Emmanuel-Marine se félicite de la disparition du « Moskva », qui, au large d’Odessa avait reçu l’ordre de bombarder la ville. Tir des ukrainiens ? Peu probable, ce navire amiral de la Mer Noire, était le mieux protégé de la flotte. 

Erreur humaine involontaire ? 

Sabotage dans la tradition du « Cuirassé Potemkin » ? 

Rêvons ! En attendant, une sacrée perte pour le Poutine. Champagne !

En attendant, à ce deuxième tour de cochons, j’irai voter blanc, en toute bonne conscience. Entre le blanc et le pire, mon choix est vite fait !

« - Quoi ! Vous mettez un signe égal entre les deux prétendants ? 

- Mais, il me semble bien que pendant cinq ans, mesdames et messieurs les médiocrates, vous avez mis un signe égal entre les extrêmes sans que cela ne vous pose trop de problèmes de conscience ! A vous de récolter ce que vous avez semé. Et puis, vous savez bien que la dame ne passera pas. Je vous fais confiance pour conditionner les pleupleus sachant que la bourgeoisie, les bobos, et les braves gens, certains munis d’une pincette, iront mettre un bulletin pour le fondé de pouvoir du libéralisme, béni par le Saint Marché.

Mais moi, pas question de m’avilir à cette triste mascarade. Je n’aime pas être roulé dans la farine. Je sais qu’après, c’est la poêle à frire ou la cocotte. »

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Justice
Les liaisons dangereuses de Rachida Dati avec les barbouzes du PSG
Enquête illicite dans l’affaire Renault-Nissan, intervention auprès d’un préfet, renvois d’ascenseur : la justice s’intéresse aux relations entre l’ancienne garde des Sceaux et un lobbyiste mis en examen dans l’affaire qui secoue le club de foot.
par Yann Philippin et Matthieu Suc
Journal — Libertés publiques
Après la Grèce, Intellexa installe son logiciel espion en Afrique
Le matériel d’Intellexa fait scandale à Athènes, où il aurait visé les téléphones de personnalités, au bénéfice du gouvernement. Mais la société aurait aussi fourni du matériel à une milice soudanaise, révèle une enquête de Lighthouse Reports, « Haaretz » et Inside Story.
par Crofton Black et Tomas Statius (Lighthouse Reports)
Journal
Harcèlement, violences, faux en écriture publique : des policiers brisent « l’omerta » 
Dans un livre à paraître jeudi 1er décembre, six fonctionnaires de police sortent de l’anonymat pour dénoncer, à visage découvert, les infractions dont ils ont été témoins et victimes de la part de leurs collègues. Une lourde charge contre « un système policier à l’agonie ». 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP