"Même pas peur !" Vraiment ?

 

 

Huit jours après le carnage, les jeunes sont à nouveau redescendus dans les rues de nos villes, sont retournés  aux spectacles, et un peu mouillés par la pluie qui cachait leurs larmes, ils sont venus se rassurer en défilant et défier les forces de l'ombre.

Hommage à eux.

Mais qu'on ne se fasse pas d'illusions, nous avons quand même, au fond de nous, une petite voix qui nous dit de nous méfier de la folie de ces autres jeunes, si semblables et qui sont passés de l'autre côté du miroir.

Oui, avouons notre peur, nos craintes, pour mieux en rire, mieux la dominer, mieux l'apprivoiser, en faire une force.

Qui n'a pas peur est un inconscient. Tous les cascadeurs professionnels vous le diront. Les forces de l'ordre vous le confirmeront. Les militaires la connaissent bien. les navigateurs solitaires, les alpinistes, les "dingues" de sports extrêmes vivent avec. Bien sûr qu'ils ont peur. Et c'est pour cela qu'ils réussissent parfois à échapper à la mort. On ne flirte pas avec elle sans prudence et sans crainte.

 

Reste le pourquoi. Ou plutôt LES pourquoi ? Tous les spécialistes ont leurs explications, cela va des services de renseignements aux psychiâtres...

Qui savent en faire la synthèse ? Les historiens et quelques philosophes.

 

Je l'ai déjà écrit, je le répète, Daesh prend ses racines dans le comportement impérialiste de l'Occident à l'égard du monde arabo-musulman depuis des siècles, ce mépris pour des gens d'une autre culture et dont on a capté les richesses du sous-sol, dont on a choisi les chefs d'Etat, quels qu'ils soient, pourvu qu'ils nous fussent favorables, n'hésitant pas à faire assassiner ceux qui ne nous plaisaient plus, en toute bonne conscience.

Qui a tracé les frontières à la règle, que ce soit au Moyen Orient ou en Afrique, sans tenir compte des populations qui vivaient en tribus dans ces espaces dessinés sur leurs cartes ?

Qui a voulu exporter ses idées de nation, de démocratie bourgeoise, de société de consommation, de capitalisme ultra-libéral à des gens dont la foi leur interdisait de se comporter ainsi ?

Qui, par anti-communisme, a  armé les moujahidins en Afghanistan ?

Qui n'ose pas répondre à cette question d'une survivante de l'écroulement des twins en 2001, "Mais pourquoi nous haïssent-ils tant ?"

 

Pour peu que l'on ose soulever le problème de la foi, que l'on remette en question ces religions du Livre qui osent se prétendre révélées et que l'on attire l'attention des lecteurs sur le fait que les fondamentalistes musulmans, salafistes, wahabites ne veulent pas "moderniser l'islam mais au contraire islamiser la modernité" comme l'a écrit fort justement Marc Ferro dans son livre "L'aveuglement", aussitôt, le billet de blog de Médiapart est écarté de la une.

 

Certes, notre si cher journal en ligne regrette l'abandon des avancées de l'époque des Lumières, mais avec abat-jour pour ne point heurter les consciences de certains lecteurs. Voltaire, tout déiste qu'il était, n'aurait point eu droit de séjour ici. Quoi ! Lutter contre l'infâme ? Vous n'y pensez pas. Encore moins Diderot ou Condorcet.

 

Et pourtant, Dieu a une histoire, Régis Debray nous l'a magistralement prouvé. Les ethnologues, les historiens, comme Pascal Boyer nous ont décrit "Et l'homme créa les dieux..." mais chut !

 

Certes, je le répète, des gens vivent mieux parce qu'ils ont la foi, c'est leur droit et je les respecte. Que, grâce à cette foi, ils aient un comportement généreux, aimant, respectueux des autres, charitable, fraternel et je les en remercie. J'en côtoie. Et j'en ai côtoyé même de très, très près.

Mais en dépit des sentiments, je sais aussi, qu'à partir des mêmes textes, d'autres prétendus croyants, deviennent des monstres et je n'aurai de cesse de les dénoncer.

Ce sont ces mêmes "fous de dieu" pour tout un tas de mauvaises raisons qui voudraient que nous nous soumettions à leurs délires, ce sont les mêmes qui ruinèrent la civilisation musulmane dont notre Renaissance est redevable, ce sont les mêmes qui persécutèrent leurs savants et philosophes, parce que ces gens-là rejettent la connaissance pour s'abrutir dans le rabachage des textes qu'ils ne comprennent pas et interprètent selon leur propre folie.

 

Ce n'est pas avec des armes que nous vaincrons ce "terrorisme religieux", mais avec des arguments, de l'instruction, de la connaissance, de la réflexion, de la philosophie, et beaucoup d'amour des hommes et des femmes.

Encore faut-il ne pas s'autocensurer et reconnaître notre part de complicité dans cette évolution de l'Histoire de l'humanité.

Voir au-delà des échéances électorales.

S'unir dans le culte de la recherche de la vérité. Sans concessions, sans haine, en toute quiétude et dans le respect des gens respectables, et tolérant avec ceux qui le sont.

 

C'est ainsi que l'on surmontera nos peurs et que l'on vaincra l'obscurantisme, quel qu'il soit.

 

http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2015/11/21/letat-islamique-a-un-pere-larabie-saoudite-et-son-industrie-ideologique/

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.