max angel
Politologue amateur
Abonné·e de Mediapart

662 Billets

3 Éditions

Billet de blog 23 nov. 2021

Une campagne présidentielle bien boueuse !

Ainsi, le thème principal de la prochaine présidentielle serait la sécurité, l’immigration, l’identité nationale ?

max angel
Politologue amateur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ah bon !

Que le Nosferatu de Bolloré en fasse sa tasse de thé, soit ! C’est le hérault de l’intégriste catho. Bolloré, ci-devant pilleur de l’Afrique et collectionneur de médias pour endoctriner et donc abêtiser les citoyens. 

Que certains médias et non des moindres reprennent en faux bourdon ces trois « soucis des français » soit ! Il paraît que ça ferait du buzz si je ne m’abuse. 

Mais si j’en crois ce que mes oreilles de citoyen qui marche sur les pas de Restif de la Brotonne entendent, c’est plutôt du côté du porte-monnaie que ça urge, que ça ronronne, que ça gronde, que ça vitupère et que ça angoisse. Mais pour cela, il faut faire ses courses soi-même, fréquenter les marchés, traîner devant les devantures et les rayons. Vivre dans la vie des gens.

D’autant que vivre en sécurité, qu’est-ce que cela signifie ? 

Pour mézigue, c’est avoir de quoi dans mon assiette, un toit chauffé, du courant, une bonne santé et un salaire décent pour acquérir tout cela. Et puis, du temps pour se distraire, pour sortir, pour rencontrer des amis, pour s’amuser.

Il parait qu’il existe des banlieues où des bandes de voyous de toutes couleurs font la loi, se droguent en rond et appliquent à la lettre le libéralisme économique dans sa course au profit. Ok ! Mais, est-ce vraiment si nouveau que des « apaches » vivant au-delà des fortifs, se surinent tranquillou, et font parfois des incursions chez les bourges pour leur refiler de la came ? 

J’admets. Pas marrant pour ceux qui sont directement concernés et qui n’appartiennent pas aux bandes. 

Mais, avouons-le, pendant qu’ils se shootent et se font bouillir la sauce blanche de leurs quelques neurones, n’est-ce pas autant de citoyens en moins pour s’occuper vraiment de politique. La came rien de tel pour démobiliser les » classes dangereuses ». Soit les classes travailleuses. Quand il y a du travail. 

Ah ben tiens ! Et si on parlait d’emplois, de salaires, de perspectives d’avenir. 

Surtout pas !

Entre la énième vague de Covid et le « succès » de la dernière Cop, il est obligatoire de parler d’autre chose. D’où les guignols, actuels candidats au trône qui se taisent sur l’essentiel et blablatèrent sur l’immigration.

Ah ! La belle Europe sécuritaire, donneuse de leçon au reste de la planète, et se repliant derrière ses barbelés, ses murs, ses flics et ses armées pour refouler des populations chassées par… 

Par qui ? Par quoi ? 

En voilà des vraies questions d’actualité. 

Qui a bousillé le Moyen-Orient ? Qui a détruit la Libye ? Qui pollue le satellite au point de contraindre des populations à fuir des régions où elles ne peuvent plus vivre ? Et que je te vends des armes à qui en a les moyens, et que je ferme les yeux sur les salafistes, les wahabites et autres super-muslims vu qu’ils sont protégés par l’Occident assoiffé de pétrole. 

Alors, on essaie de nous foutre les chocottes et la diarrhée brenneuse à souhait avec cette histoire de « grand remplacement ». Une histoire de grand méchant loup qui, si elle tenait la route, aurait dû se faire depuis des siècles. 

Ça se prend pour des historiens et ça oublie ses origines. 

Nous sommes TOUS, enfants d’immigrés, que ça nous plaise ou non, depuis plus ou moins quelques générations. 

D’où cette absurdité de « français de souche », défendue par une Le Pen ci-devant celtique plus que gauloise, quoique, ou ce juif berbère de Zébulon-Bolloré, ce couple infernal qui veut des geôles, des tortionnaires, des robots-cops, de la surveillance Big Brother made in Israël, avec reconnaissance faciale, comme en Chine ou à Nice et un peu ailleurs. Une France sous haute surveillance où chacun a peur de l’autre, tour à tour, surveillé et surveillant.

Par contre, quasi silence, sur l’émigration. 

Je parle de celle des cerveaux. Eh oui ! Les candidats au trône de plus en plus percé, ça ne les interpelle pas cette fuite de nos diplômés vers les States, le Canada, les pays européens et même l’Australie ? Y compris des abominables « étrangers » qui viennent faire leurs études dans le beau pays de France et se tirent ailleurs comme n’importe quel bidasse déserteur tellement il se sent menacé par ceux-là même qui l’ont formé. Tant et si bien que les responsables des vaccins contre le Covid s’avèrent être, tous, des immigrés ou enfants d’immigrés. Ce qui peut constituer un argument pour les anti-vax qui préfèrent crever que de se protéger eux et les autres au nom d’une conception égoïste de la liberté.

Mais, chut ! Tout cela est bien ennuyeux ! Car cela met le doigt là où ça fait mal. Ouille , ouille, ouille ! Du coup, tout doucement, à voix de chattemite, l’on susurre  qu’une immigration contrôlée de diplômés, choisis, triés, formés serait la bien venue pour suppléer aux départs de nos jeunes gallo-ricains partis sous d’autres cieux faute d’être bien payés et bien employés, at home. On susurre…  Bah ! C’est ce que font le Canada et l’Australie, merde !

Et pendant ce temps-là, la Méditerranée, mare nostrum, avale des dizaines de jeunes gens des deux sexes, des enfants, qui vont nourrir les poissons et améliorer la bouillabaisse, sans dégoûter le moindre baigneur. Vie moderne, vie moderne ! 

Droits de l’Homme par-ci, drwad’lom par-là ! 

Et les femmmmmes !

Ce sont elles, avec les ouvriers en grève, car il y a encore des grèves, des luttes qui nous donnent foi en l’humain. #metoo, avec ses excès et ses vérités constituent bien une avancée vers un respect réciproque des hommes et des femmes, une égalité en marche. Ce qui, en France n’est pas rien ! Qu’on me cite quelle femme est, en cette période de « nouveau monde » à la tête de l’une de nos grandes institutions politiques ! République, Sénat, Assemblée nationale, Conseil Constitutionnel, Régions…

Qui aura la carrure pour se glisser dans le costume du fondateur de la Ve République suite au Coup d’Etat de 58 ? C’est ce qui agite le bocal politique où le populisme le plus vil sévit dans le plus profond mépris du peuple. La brochette de candidats de droite s’aperçoit que « droite populaire » est un oxymore et que ce n’est pas le populo qui va abonder la caisse pour mettre en place des meetings à l’américaine. Bien sûr tous revendiquent une filiation avec Mongénéral. Celui de 40, parce que celui de 58… guerre civile, choix économiques douteux et résistance aux « amis US ». Pas possible aujourd’hui de se fâcher avec Washington, voyons !

L’important, ce n’est pas tant qui sera le royal-président, d’ailleurs. 

L’important, c’est qui pourra servir au mieux les intérêts de la minorité possédante.

Parce que chez ces gens-là, Monsieur, les gens de peu, on s’en balance. 

On se les met à la botte de deux manières : soit en les apeurant et c’est bien parti, soit en les écœurant et ils restent chez eux. Ce qui n’est pas mal non plus. 

Parce qu’entre nous, la démocratie, hein ? C’était bon pour les grecs d’Athènes. Mais, revue et corrigée par la Révolution Française et les suivantes, surtout celle de la Ve, ce n’est qu’une sacrée manière de rire et de faire accroire aux peuples qu’ils sont le « peuple souverain »…. 

Non mais ! N’y a-t-il pas là de quoi se tordre de rire à pleurer.

Le « peuple souverain » ! 

Pareil que dans les pays cocos de jadis en URSS ou à Cuba, ou aujourd’hui en Chine où le PC est le parti des travailleurs. Donc tout travailleur qui s’élève contre son parti n’est qu’un traitre à la classe ouvrière tout entière, de même un citoyen qui ose s’élever contre un président élu à la majorité se met dans l’illégalité. 

Pardon ? Nous aurions la liberté d’expression ? 

Certes, certes… Selon le principe de « cause toujours, tu m’intéresses ! »

Alors que nous reste-t-il à faire ?

Hum ! « Bien faire son travail ! » nous a jadis recommandé A. Camus. Mais est-ce suffisant ? Obliger les élus à mettre en pratique la devise républicaine ? Certes, mais incompatible avec les lois du marché.

Chanter la Marseillaise en la prenant au sérieux ? Tentant, mais la violence d’une guerre civile est bien le pire qui puisse arriver à un peuple. Les belles images de la Syrie freinent sérieusement le « Aux armes citoyens ! » d’autant que l’ennemi est l’ennemi de classe. Et que les armes... nous les fabriquons pour rééquilibrer notre balance des paiements.

Restent les armes d’aujourd’hui : les réseaux sociaux, la presse d’investigation, les alertes, les articles de blog, et ce qu’il reste de syndicats, partis et associations. 

Et puis les gauches vont-elles demeurer encore longtemps divisées pour le plus grand bonheur du CAC 40 ? Parmi elles, un seul mouvement possède un programme qui pourrait les unir, un seul candidat auto-proclamé s’est engagé à mettre en place une VI e République après avoir désigné une Assemblée Constituante. Eh oui ! Il a de la tchatche, des coups de sang, des bonheur de dire qui ne plaisent pas, un passé tortueux et un avenir réduit à 5 ans. Mais au moins, il sait que l’écolo-capitalisme c’est de la poudre aux yeux, que la France n’est pas encore un pays complètement rabougri et que l’on peut, que l’on doit éveiller les consciences et parler d’humanité à des êtres humains, à des citoyens, tous égaux devant la loi. 

On a le droit ou le devoir de le croire ? Euh ! J’hésite. L’âge sans doute…

Mais peut-on vivre sans espoir ? Et l’espoir… tant qu’il y a de la vie…

Ce que des hommes ont fait, d’autres peuvent défaire et bâtir à neuf. 

Pas de solution miracle dans un monde à la fois de plus en plus complexe, et de plus en plus fragile. 

Cinq jours de coupure générale de l’électricité et tout s’effondrerait à tous les niveaux. Cinq jours !

Mais parlons plutôt d’insécurité, d’immigration et d’identité… C’est tellement moins angoissant pour la classe dirigeante. Cling ! Cling ! Ecoutez braves gens les grelots du fou de la droite bien pensante, donc bien hypocrite ! 

Suivez Zem-Boll, le nouveau joueur de flûte de Hamelin !

Cocus de tous les pays, unissez-vous ! 

Vous avez adoré Trump, vous jouirez avec Zem-Boll ! Sous condition de vous agenouiller devant ses désirs de dictature raciste, anti-féministe, anti-parlementaire, anti-européenne, anti-libertaire. Soyez tranquilles ! En réalité, tout comme sa commère, la Marine il n'a aucune chance de réussir à siéger. Mais ses idées haineuses réveillent des instincts enfouis, trouvent des petits cerveaux en mal d'autoritarisme, caressent les envies de dominer des pétochards et savonnent la planche à réélection du Président des Riches.

Portez-vous bien !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Le maire écologiste de Grenoble fait voter l’autorisation du burkini sous les invectives
Lundi soir, malgré les pressions et après un conseil municipal interminable, Éric Piolle a fait adopter, sur le fil, un changement du règlement intérieur des piscines municipales. Les militantes qui se sont battues pour pouvoir porter le burkini reviennent, pour Mediapart, sur la genèse de leur combat. 
par Pauline Graulle et David Perrotin
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal
À Bobigny, les manœuvres de l’académie pour priver des enseignants d’un stage antiraciste
La direction académique de Seine-Saint-Denis a été condamnée en 2020 pour avoir refusé des congés formations à des professeurs, au prétexte de « désaccords idéologiques » avec Sud éducation. D’après nos informations, elle a retoqué de nouvelles demandes en tentant de dissimuler, cette fois, ses motivations politiques. Raté.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre