Journal d'un amoureux de la vie au temps du Corona Virus

11e Jour de confinement Jeudi 26 Mars

 

L’Italie a battu la Chine en nombre de décès dus au Covid-19. Triste record. La France atteinte quelques semaines plus tard ne perd rien pour attendre. Macron s’en va-t-en guerre. Il n’empêche que pendant des mois, il est demeuré sourd aux appels des services hospitaliers. Point barre-toi !


Dans le genre, la Chine, elle aussi, était à la traîne en matière de structure et de personnel médical. Comme toutes les « démocraties » occidentales, c’est à dire capitalistes, le gouvernement de Pékin n’a pas pris au sérieux cette nouvelle épidémie, et puis, s’est rapidement souvenu de ses précédentes épidémies ce qui a abouti à ce que nous constatons : une stagnation du fléau, un retour lent à la normale dans les zones les plus touchées, le tout aidé par des mesures drastiques, facilitées dans un deuxième temps par la dictature du PCC. Une horreur absolue pour nos commentateurs, non sans raison, mais assumée pleinement par le régime de Xi Jinping, qui se place dans la lignée du soviétisme et du maoïsme si l’on en croit l’étude faite par Alice Ekman dans « Rouge vif, l’idéal communiste chinois ».
Pour plus d’info lire l’article suivant qui compare cette Chine totalitaire, et nos démocraties en train de le devenir.

Très instructif, je trouve. On pourrait aussi ressortir le livre de Naomi Klein sur sa description de « la théorie du choc ». Elle n’a pas perdu une ride et je crains fort que c’est ce qui nous attend, non seulement pour juguler le fléau, mais ultérieurement pour continuer « à surveiller et punir. » D’ailleurs, ceux qui sont visés par les amendes et même l’emprisonnement, ne sont-ce pas ces mêmes couches populaires contraintes A LA FOIS de rester confinées ET d’aller bosser.
Cela frise la schizophrénie, mais c’est moderne, c’est en marche, c’est macronard à souhait. Pendant ce temps-là, certains heureusement, continuent avec le télétravail, parfois peinards depuis leur résidence secondaire, plus d'un millions de franciliens ont fui la Région Parisienne. Et en période de crise économique, il y a des opportunités à ne pas rater. Donc les affaires continuent même si une big crise s’épanouit camouflée derrière les masques manquants et les tests en attente.


Ce qu’il faut envisager sérieusement, c’est du chômage en hausse, voir les USA, où on totalise déjà plus de 3 millions de mis à la porte. C’est l’impossibilité de rembourser les dettes. Ce sont les conséquences de la mise en route de la planche à billets.
D’ailleurs, le Premier Ministre vient de sortir 25 décrets d’un coup, dont, - quelle surprise !, une explosion du code du travail. Finies les 35 h, on pourra travailler jusqu’à 60 h par semaine. Le tout étant de savoir pendant combien de semaines ou définitivement. Et il y a des naïfs, comme moi, qui croient que l’heure serait à la décroissance pour les pays les plus riches, et à une croissance raisonnée pour les pays ayant accumulé des retards.


On envisagerait aussi, sous couvert de Corona Virus de géo localiser tout le monde afin de pouvoir connaître les gens qu’un malade aurait croisé. Big Brother dans toute sa splendeur. Moralité, il va falloir se méfier de son téléphone portable. Flicage total ! Absolu. La vente de drones et son utilisation par les forces de l’ordre monte au rythme de la contamination. L’avenir au numérique, heureusement que j’ai lu le bouquin de Snowden, une référence en la matière et qui déclare que « la surveillance de masse ne peut pas fonctionner correctement. » Pas possible. L’IA ne convainc que ceux qui ont la foi.
Certes, on peut nous empoisonner l’existence, essayer de surveiller tout le monde, tenter la reconnaissance faciale. Mais avec un masque, c’est déjà plus difficile, sans être impossible apparemment, mais avec une marge d’erreurs tenue secrète. Pour le moment.
Ou bien nos gouvernants économiques et politiques n’ont rien compris et nous emmènent dans une austérité insupportable et un redémarrage économique digne des 24 H du Mans, ou bien, ils tirent enfin des leçons des épisodes précédents et on rebat les cartes en vue d’une nouvelle donne avec changement des règles du jeu. La première solution relève de la folie ordinaire, la seconde s’apparente à un réalisme de bon aloi.
Délires d’un papy derrière son ordi ? Voire ! Il me semble que de temps à autre j’anticipe sur des déclarations de gens divers et qui font autorité dans leur domaine, ce qui flatte mon petit ego, comme tout individu normalement constitué.
Il est vrai que j’ai été bercé, dans mon enfance par les chroniques radiophoniques de Geneviève Tabouis qui commençaient par cette fameuse expression : « Attendez-vous à savoir… » et c’était parti pour un salmigondis d’analyses et de prédictions, de supputations et autres confidences qui me passaient par-dessus les cheveux coupés ras, « bien dégagés au-dessus des oreilles, surtout ! » exigeait ma mère. Il s’agissait de ne pas revenir souvent chef le Figaro, car ça coûtait bonbon vu le budget ric-rac de la famille. Dommage, il avait « Miroir des Sports », et quelques BD de cow-boys que je feuilletais avec délice en attendant mon tour. Mais je n’aimais pas cette coupe de GI à la fois libérateur et occupant. Qu’est-ce que je me suis vengé dans les années 60-70, baba-cool, barbe et cheveux longs.

En attendant, autour de moi, mes jeunes voisins bricolent entre deux séances de travail en télémachin. Ce serait formidable si les cadres et sur-cadres, et les patrons prenaient conscience que le télétravail et la visioconférence sont aussi efficaces que les déplacements quotidiens, les réunions à pas d’heure, et ces allers et venues polluantes et fatigantes. Je croise les doigts.
Savoir tirer le meilleur du pire. Pour le moment, dans mon lotissement, nulle morosité. Je subodore qu’en ville, c’est autre chose. Aujourd’hui, je me suis lancé dans la peinture sur bois. Une vieille table de cuisine anciennement vernie que je barbouille en blanc et qui servira de bureau à la dernière petite fille quand elle viendra à nouveau en Normandie.

Dans son déplacement de communication personnelle, notre « commandant en chef » sur le front des troupes, portait un masque ainsi que tous les responsables du coin, maire, directeur de l’hosto, préfet en tête, alors qu’on nous explique depuis plus de 15 jours que le port du masque est absolument « inutile si ce n’est dangereux » (sic). Voir les déclaration de Sibeth N’Diaye et même du Ministre de la Santé. On a le droit de pouffer, mais pas de tousser. Du coup, les forces de l’ordre, si obéissantes quand il faut casser du GJ ou de la racaille de banlieue, commence à réclamer la même protection sur l’air de : « Pas de masque, pas de contrôles, pas de PV »
Et un gendarme, de 51 ans vient de décéder, foudroyé par le Covid-19, un ! Or, les gendarmes, ça vit en caserne. Il va y avoir détection ou non de tous ceux qui habitent cette caserne ? Femmes et enfants compris ? Ce serait quand même la moindre des choses. Valable aussi pour toutes les entreprises qui ont le malheur d’avoir l’un de leurs salariés pris de Covid-19.
Une fois de plus, le petit salopard ne respecte absolument personne. Et pendant ce temps-là, les Pays-Bas, la Suède ne confinent toujours pas. Ils se contentent de porter un masque « inutile » et de faire attention les aux autres en respectant les distances de sécurité.

La G-B où ils faisaient les malins sombre dans une accélération de gens contaminés. Quant à Madrid… pauvres madrilènes, hôpitaux débordés, malades en masse. Par contre, il semblerait qu’en Italie on commence à voir la courbe fléchir. Et, très bonne nouvelle, là où ça avait commencé et où l’on a isolé 50 000 personnes du reste de la péninsule. Plus de malades au bout d’un mois. Donc, la durée, c’est minimum un mois, et le confinement, ça marche ! Fin en douceur du confinement, en Chine, dans le Hubei. A suivre !
Combien de malades dans les camps de rééducation pour ouïgours ? Chut ! Sileeeence.
Ne sautons pas de joie, car on ne sait pas si guéri on ne pourrait pas rechuter, si le virus part en vacances ou définitivement, s’il reviendra ou non comme la grippe annuelle. En attendant, il est partout, hémisphère nord et hémisphère sud en même temps !
Dois-je rappeler que la grippe australe sert à mettre au point le vaccin anti-grippal de notre hiver prochain ?

La progression du virus ? Je mets un lien avec la Tribune de Genève qui nous procure des tendances. Mais toutes ces mesures, pour le moment, ne sont que provisoires. Je renvoie à ce que j’ai écrit hier à propos du recensement plus que léger de la France qui ne prend en compte que les décès à l’hôpital.

Et puis continuons à vivre en joie, et un poème de Ponge ça ne se refuse pas.


SYMPHONIE PASTORALE


Aux deux tiers de la hauteur du volet gauche de la fenêtre, un nid de chants d’oiseaux, une pelote de cris d’oiseaux, une pelote de pépiements, une glande gargouillante cridoisogène,
Tandis qu’un lamellibranche la barre en travers,
(Le tout enveloppé du floconnent adipeux d’un ciel nuageux)
Et que le borborygme des crapauds fait le bruit des entrailles,
Le coucou bat régulièrement comme le bruit du cœur dans le lointain.

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.