CROISSANCE NOUVELLE

Si, l'exécutif, le Gouvernement, les assemblées Nationale et Sénat, peinent à réformer, puisqu'ils ne cherchent pas pour trouver. En effet, ce sont eux, par leur(s) mandat(s) et par leurs décisions et leurs votes, sont sensés nous apporter des réformes structurelles, dont nous avons tant besoin.

Objet : Promotion du livre « Croissance Nouvelle ».                                                   
             Des éditions Sydney LAURENT
Économie Sociale :  des propositions inventives accompagnées de créations de ressources nouvelles.

À la sortie de mon livre intitulé « Croissance Nouvelle », mon éditeur m’invite à vous adresser, en pièce jointe, le Dossier de Presse accompagné du présent message de présentation.

Alors que les partis politiques s’activent en recherche de nouvelles idées pour sensibiliser, attirer l’attention ou susciter l’envie du retour aux urnes, j’ai l’honneur de vous présenter l’esquisse de mes travaux de recherches « financés ».
Ce dont je vous souhaite bonne lecture.
 
Au cours de votre lecture, dans le chapitre C.O.F.I.S, vous y découvrirez, comment et sans aide de l’État, mais avec un petit effort, individuel il est possible :
-    De développer la compétitivité, la production, l’emploi le pouvoir d’achat et l’industrialisation ;
Pour les 30 millions d’actifs de s’offrir plus de couvertures sociales et épargner pour maîtriser leur départ en retraite. Avec un capital. C.O.F.I.S (+ ½ point env. s’il y a lieu), pourrait simplement suffire à constituer le moyen d’équilibre financier de la Réforme des Retraites, jusqu’en 2036. Cet accompagnement financier avec garantie de retour, se réaliserait avec l’abandon des régimes spéciaux, qui s’étaleraient jusqu’à leurs extinctions définitives convenues, en application des règles de droits de chaque contrat d’embauche, de base.
Alors l’actif aurait son compte épargne personnel ouvert, converti ou non en points, selon ce qui sera arrêté, par le COR.
Chacun, en fonction de ses besoins et du nombre de points acquis (ou achetés pour compléter) aura la liberté et la maîtrise du jour de son départ à la retraite, avec son capital C.O.F.I.S.(*) passé l’âge pivot fixé par le Gouvernement. (Déficit équilibré annuellement par C.O.F.I.S, pour les retraites en de ça, de 4 000€ nets mensuels, par exemple).
-    Pour les Hôpitaux publics et des EHPAD, augmenter les salaires des équipes soignantes, les moyens en personnels, et les besoins matériels en lits armés, les respirateurs, etc ; (financé par C.O.F.I.S.)
-    Contribuer largement ou financer, au tant que faire se peut, les séjours de la « Dépendance par répartition ». Vaste et coûteux projet d’actualité, déjà promis, mais qui n’avance pas…(financé par C.O.F.I.S)
-    Contribuer à développer, en France, les établissements spécialisés pour les aides et le logement dédiés à l’Autisme et aux handicapés profonds, y compris les adultes, entre autres, Sans oublier les 8 millions d’aidants qui oeuvrent, en silence, à domicile sans rémunération ; (financés par C.O.F.I.S.)
        -        Tout, comment créer de la « Croissance Nouvelle » par le système R.I.T.A (Rétrocession de l’Impôt sur
                 la TVA acquittée). Pour la création d’un nouveau pouvoir d’achat afin de booster la consommation et la  production
                 pour créer  encore de nouveaux emplois avec pour objectif les relocalisations et la réindustrialisation de la France.
                 Et aussi,
        -        Comment et intelligemment inverser l’ISF, sans rien prendre à autrui, pour construire le million de
             logements à loyers accessibles, qui nous manquent tant et ceci sans financement de l’État. (auto-financé)
       -         De même et aussi de savoir comment financer construire et exploiter les 310 000 places de crèche, qui  nous
                 manquent tant pour  aider à relever le nombre de naissances et la barre, trop basse, de notre démographie. 
                 L’objectif étant aussi de libérer les mamans dans un emploi, combler le manque de main d’œuvre et créer 
                 suffisamment d’emplois en puériculture et gardes maternelles, pour la petite enfance afin d’assurer le futur support  
                 financier d’avenir de nos  retraites et de notre chère protection sociale, par répartition.( financé par le public pour 
                 partie mais aussi par la forme usuelle de démembrement immobilière notariée).  
-    Quant à l’INSÉCURITÉ, pour en sauver les enfants, elle passe tout d’abord par l’éclatement et l’étalement de la population des ghettos des métropoles, pour repeupler nos écoles rurales et produire de la main d’œuvre, pour redonner vie et protection médicale dans nos territoires. Et ainsi libérer des fonciers dans les métropoles.
-    CDI pour y accéder et toucher 10 000 € étalé sur douze mois, les moins de 20 ans auront dû faire une formation « Sociale- Éducative » de six mois dans l’obéissance, le respect et le travail, sans consommation de stupéfiant… Toutes ces idées Économiques et Sociales inventives (© mai 2021), méritent, avec l’accord de l’auteur, être et avant tout intégrées dès le premier Plan de Relance audacieux et coûteux, que s’apprête à lancer le Gouvernement. 

Concernant le CLIMAT, en vertu de l’insuffisance ou de l’inexistence de plan A pour le CLIMAT, contentons-nous de son plan B, pragmatique inventé (Brevet publié ©mai 2021), et qui, par son biais, permettrait d’intervenir, à partir de l’espace, par ses sciences portées dédiées contre le réchauffement climatique, les tempêtes, ouragans, gels, océans etc, et nous prémunir des nouveaux virus « anciens et leurs variants », qui nous arrivent du dégel des permafrosts, des pôles…
Par extension, ce plan B climat, bien exploité, permettrait, de rembourser, aussi, et de manière indolore, l’incommensurable dette publique du pays leadership qui se fera et régulièrement licencié, le premier.

Ces solutions protégées ©, sont, bien entendu, applicables dans les 27 pays de toute la communauté Européenne et bien au-delà.
Max BOURN
                                                                                                                        Le 19 juin 2021

(*) Les ressources nouvelles C.O.F.I.S. seraient en totalité collectées par l’URSSAF de chaque département.

Collecte, gestion et redistribution de C.O.F.I.S par les Départements, pour les Mairies :

- 1) Les 50 % de la partie Épargne Retraite seraient remis, gérés et redistribués par la Banque nationale française, du siège de la Fondation créée à cet effet ayant une représentation locale dans chaque ville de chaque Département. Chaque épargnant devant être au plus près du contrôle de son compte personnel « Épargne Retraite C.O.F.I.S », de départ.

-2) Les 50 autres pour cent destinés à contribuer au financement du social par répartition seraient versés directement, aux Départements français, au prorata du nombre d’habitants. Chaque Département qui redistribuera aux Communes en fonction des besoins en matière d’aides aux personnels soignants en nombre personnels et de moyens techniques, d’implantation de médecins ruraux, ou de la promotion du développement du maintien à domicile des personnes de Grands âges avec les moyens des services pour rompre la solitude.

Exemple : Les personnes d’âges très avancés, ne prennent plus d’animaux de compagnie de peur d’être obligés de les abandonner en cas d’hospitalisation. Et c’est 90% des cas de la grande solitude !
Une association départementale dédiée, permettrait de placer des animaux de compagnie (chiens, chats, oiseaux, etc) de la SPA.
En cas d’absence d’hospitalisation, par exemple ces animaux seraient gardés par la SPA ou des centres de garderie dédiés financés par l’assurance habitation du Maître ou de la Maîtresse.


« Croissance Nouvelle » est en vente (13,90 €) dans toutes les bonnes librairies, FNAC, Amazon etc.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.