Compte désactivé

Compte désactivé

Abonné·e de Mediapart

0 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 sept. 2011

Pourquoi le PJAK a décrété une trêve ?

Face à la résistance du PJAK, principal mouvement kurde, le régime iranien n'a pu faire le « nettoyage », selon son propre terme. Bien au contraire, il a subit de lourdes pertes, à tel point qu'il a du réclamer une trêve par des « intermédiaires ». Le PJAK a déclaré un cessez-le-feu pour une solution pacifique et a rendu les corps de 12 soldats iraniens à leurs familles. Que s'est-il passé entre l'Iran et le PJAK ?

Compte désactivé

Compte désactivé

Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Face à la résistance du PJAK, principal mouvement kurde, le régime iranien n'a pu faire le « nettoyage », selon son propre terme. Bien au contraire, il a subit de lourdes pertes, à tel point qu'il a du réclamer une trêve par des « intermédiaires ». Le PJAK a déclaré un cessez-le-feu pour une solution pacifique et a rendu les corps de 12 soldats iraniens à leurs familles. Que s'est-il passé entre l'Iran et le PJAK ?

Le régime iranien mène une guerre psychologique pour dissimuler son échec face au PJAK, Parti pour une vie libre au Kurdistan. Apres une bataille qui a duré plus de deux semaines en juillet, faisant plus de 300 morts dans les rangs de l'armée iranienne, dont dix commandants de haut rang, selon PJAK, une nouvelle attaque a été lancée le 2 septembre. L'Iran a bombardé intensivement la région Qandil, tuant deux civils kurdes irakiens et deux combattants de l'organisation kurde dont un commandant.

UN GÉNÉRAL DE BRIGADE TUÉ

Trois jours de combats ont couté la mort de 123 soldats, dont le général de brigade Abbas Ali Jannessari, affirme HRK, la branche armée du PJAK. Cachant ses pertes depuis début de l'opération, l'Iran a du admettre vendredi 9 septembre la mort du général et neuf autres soldats, après la mise en ligne d'un vidéo qui montrait les corps sans vies des soldats aux mains de la guérilla kurde.

12 CORPS DE SOLDATS RENDUS A L'IRAN

Le 6 septembre, le PJAK avait annoncé avoir rendu les corps de douze soldats iraniens après avoir déclaré la veille un cessez-le-feu. Une source proche de la guérilla affirmait que le PJAK détenait en vérité 24 corps et la perte de l'armée était plus importante que le bilan annoncé par HRK, mais il n'a donné le vrai bilan pour ne pas humilier l'Iran afin de trouver un terrain d'entente. Même en temps de trêve, le mouvement kurde n'a pas autorisé les soldats iraniens à entrer dans les zones de la guérilla pour récupérer les corps qui ont été rendus aux civils, affirme la même source. Ce qui peut être considéré que la guérilla a toujours été le maitre de ces territoires depuis début de l'opération militaire.

L'organisation kurde avait également affirmé avoir saisi du matériel militaire. Parmi eux figuraient notamment dix fusils américains M-16 et quatre grenades faisant partie de l'inventaire de l'OTAN.

LA DEMANDE DE TREVE VENAIT DE L'IRAN

Selon des sources proches de la guérilla, l'Iran a demandé la trêve par des « intermédiaires », ce qui prouve la défaite de l'armée iranienne face à la résistance. Mais cette demande a été adressée au PKK, Parti des travailleurs du Kurdistan. Auparavant, le PKK avait annoncé son soutient direct dans le combat contre les forces iranienne.

Menant une guerre avec des méthodes de combats traditionnels, l'armée iranienne est incapable gagner face au PJAK qui connait bien le terrain avec ses combattants bien formés. C'est pourquoi, les forces iraniennes n'ont même pas pu pénétrer la frontière irakienne, malgré les menaces d'anéantir le PJAK.

Aujourd'hui, seulement une partie des combattants du PJAK se trouvent sur le mont Qandil, considéré impénétrable. Son quartier général est à Kermânchâh, au Kurdistan iranien, tandis que ses combattants sont aussi présents sur les montagnes de Shaho et dans les régions de Mariwan, Kelaresh, Sine, Mahabad, Mako et Hawraman.

UNE TREVE FRAGILE

La trêve est fragile, car une partie de l'armée iranienne est pour la guerre. Le 9 septembre, l'armé a envoyé de nouveaux renforts à la frontière avec l'Irak.

Le pilier antikurde le plus important est la Turquie. Les deux pays n'hésitent pas de mener des opérations conjointes contre le PKK et le PJAK. Les turcs forment souvent l'armée iranienne pour combattre le PJAK. En juillet, au moins cinq commandos turcs avaient été tués dans des affrontements avec les combattants du PJAK à l'intérieure de la frontière iranienne.

Ces derniers jours, le régime iranien est très critique contre Ankara pour avoir autorisé l'implantation du bouclier antimissile de l'Otan sur son sol. La montée des tensions entre les deux pays ne se montre pas en général lorsqu'il s'agit des kurdes mais l'accord de la Turquie pour le bouclier antimissile et sa nouvelle politique envers la Syrie pourraient faire durer la trêve avec le PJAK. Enfin, l'avenir de la trêve du PJAK dépend de l'attitude de l'Iran, tandis que la Turquie poursuit ses préparatifs militaires tout au long de sa frontière avec l'Irak pour une incursion terrestre.

*Le lien des images des corps de soldats (Attention images choquantes !) : http://www.youtube.com/watch?v=8stR4pHAX3M

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat·e à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : l’ancien ministre Jean-Vincent Placé visé par une plainte
Selon les informations de Mediapart et de l’AFP, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire après la plainte pour harcèlement sexuel d’une ancienne collaboratrice. D’après notre enquête, plusieurs femmes ont souffert du comportement de l’ancien sénateur écolo, devenu secrétaire d’État sous François Hollande.
par Lénaïg Bredoux

La sélection du Club

Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau