Compte désactivé

Compte désactivé

Abonné·e de Mediapart

0 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 juin 2014

Compte désactivé

Compte désactivé

Abonné·e de Mediapart

Le PKK est prêt à combattre activement l’EIIL en Irak

Le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK) a déclaré que la guérilla kurde est prête pour combattre activement les « bandes armées » de l’EIIL aux côtés des peshmergas du Kurdistan irakien.

Compte désactivé

Compte désactivé

Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK) a déclaré que la guérilla kurde est prête pour combattre activement les « bandes armées » de l’EIIL aux côtés des peshmergas du Kurdistan irakien.

La coprésidence de l'Union des Communautés du Kurdistan (KCK), système politique du PKK, a déclaré dans un communiqué que le Kurdistan se trouve face à une nouvelle menace, après la chute de Mossoul par des « bandes armées » de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL).

«Les réalisations du Kurdistan sont aujourd’hui exposées à une menace ouverte. Mais le Kurdistan n’est pas sans défense. La guérilla du Kurdistan détient assez de puissance pour répondre, dans toutes les conditions, aux attaques des bandes armées de l’EIIL. Elle est prête à combattre activement aux cotées des peshmergas pour défendre notre peuple et le Kurdistan du Sud (Kurdistan irakien)» a déclaré la coprésidence de la KCK.

La KCK a souligné que les attaques récentes ont prouvé une fois de plus la nécessité de construire l'unité nationale kurde, appelant toutes les organisations kurdes à œuvrer pour réunir un congrès national du Kurdistan.

Combattant l’armée turque, deuxième armée de l’OTAN, depuis 30 ans, la guérilla kurde est désormais une force incontournable au Moyen-Orient, après avoir démontré une résistance invincible.

Les combattants kurdes sont aussi la seule force qui a réussi à briser les attaques de l’EIIL et celles des autres groupes radicaux contre la région kurde en Syrie. Des milliers de « djihadistes » dont des émirs ont été tués depuis début de l’année 2013 par des combattants des Unités de défense du peuple (YPG), armée kurde constituée de femmes et d’hommes. 

Les combattants kurdes syriens ont également déclaré dans un communiqué qu'ils ont prêts à défendre le Kurdistan irakien contre les attaques des "bandes armées". "Nous combattons depuis plus d'un an et demi ces groupes ultra-radicaux. Nous avons gagné beaucoup d'expériences dans cette résistance et nos combattants ont fait preuve d'un courage légendaire" ont affirmé les YPG.

"Nous déclarons que nos combattants sont prêts à combattre les bandes armées aux cotées de notre peuple du Kurdistan du Sud. Nous sommes aussi prêts à envoyer des experts militaires."

Mercredi 11 juin, des membres de l’EIIL ont attaqué une base militaire appartenant aux peshmergas dans le village de Salamiyé, dans la province de Mossoul. Le village est situé sur la frontière avec le Kurdistan syrien, plus précisément en face de la ville de Jazaa, libérée en février 2014 par les combattants de l’YPG, après une opération contre l’EIIL, le front Al-Nosra et le groupe Ahrar al-Cham.

Quand des affrontements ont éclaté entre les peshmergas et l’EIIL, des combattants kurdes syriens ont envoyé des renforts pour soutenir les peshmergas. De nombreux combattants de l’EIIL auraient été tués lors de ces combats, selon des sources locales.

Alors que les forces irakiennes reculent sans combattre face aux « djihadistes », les combattants kurdes renforcent leur défense et prendre les positions abandonnées par l’armée afin d’empêcher l’avancée de ces « djihadistes » qui commettent régulièrement des crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

Les soldats irakiens ont également abandonné dans la nuit du 9 au 10 juin leurs positions sur la poste frontière de Rabia, située en face de la ville kurde de Tall Kocher (Al Yaroubia), au Kurdistan syrien.

Les combattants kurdes de l'YPG qui combattent depuis plus d'un an et demi les djihadistes de l'EIIL au Kurdistan syrien ont pris les positions abandonnées par l'armée irakienne, jusqu'à 1km à l'intérieur de la frontière, pour défendre la région, tandis que de nombreux soldats irakiens ont reculé dans la région kurde, sous contrôle des combattants de l'YPG.

Blog de Maxime Azadi avec ActuKurde.fr

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Dans les Cévennes, les femmes promises à la misère obstétricale
Le 20 décembre, la maternité de Ganges suspendra son activité jusqu’à nouvel ordre, faute de médecins en nombre suffisant. Une centaine de femmes enceintes, dont certaines résident à plus de deux heures de la prochaine maternité, se retrouvent sur le carreau.
par Prisca Borrel
Journal
Affaire Sarkozy-Bismuth : les enjeux d’un second procès à hauts risques
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert seront rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar