Le PKK est prêt à combattre activement l’EIIL en Irak

Le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK) a déclaré que la guérilla kurde est prête pour combattre activement les « bandes armées » de l’EIIL aux côtés des peshmergas du Kurdistan irakien.

Le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK) a déclaré que la guérilla kurde est prête pour combattre activement les « bandes armées » de l’EIIL aux côtés des peshmergas du Kurdistan irakien.

PKK_miliants.jpg

La coprésidence de l'Union des Communautés du Kurdistan (KCK), système politique du PKK, a déclaré dans un communiqué que le Kurdistan se trouve face à une nouvelle menace, après la chute de Mossoul par des « bandes armées » de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL).

«Les réalisations du Kurdistan sont aujourd’hui exposées à une menace ouverte. Mais le Kurdistan n’est pas sans défense. La guérilla du Kurdistan détient assez de puissance pour répondre, dans toutes les conditions, aux attaques des bandes armées de l’EIIL. Elle est prête à combattre activement aux cotées des peshmergas pour défendre notre peuple et le Kurdistan du Sud (Kurdistan irakien)» a déclaré la coprésidence de la KCK.

La KCK a souligné que les attaques récentes ont prouvé une fois de plus la nécessité de construire l'unité nationale kurde, appelant toutes les organisations kurdes à œuvrer pour réunir un congrès national du Kurdistan.

Combattant l’armée turque, deuxième armée de l’OTAN, depuis 30 ans, la guérilla kurde est désormais une force incontournable au Moyen-Orient, après avoir démontré une résistance invincible.

Les combattants kurdes sont aussi la seule force qui a réussi à briser les attaques de l’EIIL et celles des autres groupes radicaux contre la région kurde en Syrie. Des milliers de « djihadistes » dont des émirs ont été tués depuis début de l’année 2013 par des combattants des Unités de défense du peuple (YPG), armée kurde constituée de femmes et d’hommes. 

Les combattants kurdes syriens ont également déclaré dans un communiqué qu'ils ont prêts à défendre le Kurdistan irakien contre les attaques des "bandes armées". "Nous combattons depuis plus d'un an et demi ces groupes ultra-radicaux. Nous avons gagné beaucoup d'expériences dans cette résistance et nos combattants ont fait preuve d'un courage légendaire" ont affirmé les YPG.

"Nous déclarons que nos combattants sont prêts à combattre les bandes armées aux cotées de notre peuple du Kurdistan du Sud. Nous sommes aussi prêts à envoyer des experts militaires."

Mercredi 11 juin, des membres de l’EIIL ont attaqué une base militaire appartenant aux peshmergas dans le village de Salamiyé, dans la province de Mossoul. Le village est situé sur la frontière avec le Kurdistan syrien, plus précisément en face de la ville de Jazaa, libérée en février 2014 par les combattants de l’YPG, après une opération contre l’EIIL, le front Al-Nosra et le groupe Ahrar al-Cham.

Quand des affrontements ont éclaté entre les peshmergas et l’EIIL, des combattants kurdes syriens ont envoyé des renforts pour soutenir les peshmergas. De nombreux combattants de l’EIIL auraient été tués lors de ces combats, selon des sources locales.

Alors que les forces irakiennes reculent sans combattre face aux « djihadistes », les combattants kurdes renforcent leur défense et prendre les positions abandonnées par l’armée afin d’empêcher l’avancée de ces « djihadistes » qui commettent régulièrement des crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

Les soldats irakiens ont également abandonné dans la nuit du 9 au 10 juin leurs positions sur la poste frontière de Rabia, située en face de la ville kurde de Tall Kocher (Al Yaroubia), au Kurdistan syrien.

Les combattants kurdes de l'YPG qui combattent depuis plus d'un an et demi les djihadistes de l'EIIL au Kurdistan syrien ont pris les positions abandonnées par l'armée irakienne, jusqu'à 1km à l'intérieur de la frontière, pour défendre la région, tandis que de nombreux soldats irakiens ont reculé dans la région kurde, sous contrôle des combattants de l'YPG.

Blog de Maxime Azadi avec ActuKurde.fr

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.