Compte désactivé

Compte désactivé

Abonné·e de Mediapart

0 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 août 2013

Massacre de Kurdes en Syrie: les survivants témoignent…

Les survivants du massacre commis par des jihadistes, fin juillet et début août, dans les petites villes de Tall Hassel et Tall Aren, dans la région d’Alep, témoignent des horreurs vécues. 

Compte désactivé

Compte désactivé

Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les survivants du massacre commis par des jihadistes, fin juillet et début août, dans les petites villes de Tall Hassel et Tall Aren, dans la région d’Alep, témoignent des horreurs vécues. 

Au moins 70 civils kurdes sans protection ont été massacrés sauvagement sous silence international. Des brigades de l’armée syrienne libre (ASL), soutenue par l’Occident, ont également participé à ce massacre.

Un autre jeune kurde transporté à l’hôpital de Tall Aren, après avoir été blessé par le front Al-Nosra, affilié à al-Qaïda, a été enlevé par le même groupe, puis s’être fait couper la tête en public. Il s’agissait de Xemis Berho, âgé de 23 ans. 

Des centaines de civils ont été enlevés, tandis que des milliers d’autres ont dû fuir vers le désert pour sauver leur vie, au moment où les mosquées de Tall Hassel et Tall Aren, sous contrôle des djihadistes, annonçaient que les biens et les femmes kurdes étaient « halal », appelant ainsi au viol et aux nouveaux massacres. Plusieurs femmes seraient violées par ces criminels.

Parmi les civils qui ont réussi à gagner la ville kurde d’Afrin, au Kurdistan occidental, le territoire kurde en Syrie, figurent six femmes d’une même famille : Bézé Abdullah, ses sœurs Emina Kalo, Javahir Kalo, Béshir Kalo et Zahra Kalo, ainsi qu’une jeune femme de 25 ans, Kevser Kalo, accompagnée de six enfants.

« ILS NE SONT PAS HUMAINS »

Une chaine de télévision kurde, Nuce TV, et l’agence de presse Firat News ont  diffusé les témoignages de plusieurs femmes qui ont vécu l’horreur. 

Une femme fuyant le massacre et se réfugiant dans la ville kurde d’Afrin, affirme qu’un de ses fils a été tué et un autre a été blessé. « Que puis-je dire ! Ils sont des traitres. Ils sont sans foi ni loi » dit cette femme ne parvient pas à retenir ses larmes.

«Ils ont arrêté mon fils ainé et ont tué mon petit-fils. Un autre a été perdu. Deux de mes enfants sont blessés. Ces gens-là sont des voleurs et criminels » ajoute une femme âgée.

Une autre poursuit : « Les membres du font al-Nosra sont venus de loin pour piller notre pays riche. Ils ont tué  mon fils. Ils ont également arrêté les femmes, en nous disant : vos femmes sont halal et nous allons couper les têtes de vos hommes.

Je n’ai pas pu pris le corps de mon fils. Je ne sais pas où il a été enterré. Ces gens ne sont pas musulmans, ni même humains.  Ils ont coupé les têtes, avant d’appeler les habitants à venir les voir dans des magasins où elles ont été exposées. Est-ce qu’un être humain peut-il faire cela ? »

« ILS ONT COUPE DES TETES DEVANT MES YEUX »

D’autres témoignages ont été collectés dans le camp de Kafardjané, dans la région d’Afrin. Ahmad Haskavi, affirme que trois civils se sont faits couper la tête devant ses yeux à Tall Aren.  « Rékan Skeyf, Mostafa Batushi et Hossein Khemisi sont trois civils qui ont été enlevés dans leurs maisons. Ils avaient été blessés après que les jihadistes ont ouvert le feu au hasard les maisons. Ils (les jihadistes) ont fait passer une corde à travers le cou du Hossein Khemisi, avant de le trainer derrière un véhicule jusqu'à la place de Tall Aren. Mostafa a été frappé à coup de crosse jusqu'à éclatement de son crâne, puis il s’est fait couper la tête, tout comme les deux autres. Je ne croyais pas mes yeux.  Je ne voulais pas croire que les êtres humains pouvaient faire cela. »

UN SILENCE COMPLICE

Impuissants face aux combattants kurdes, les djihadistes ont commis ce massacre sans doute avec des armes et des moyens fournis par des pays étrangers. Aucun pays musulman n’a condamné ce massacre, commis au nom de l’Islam, ni un pays de l’union européenne, « terre des droits humains », et les Etats-Unis.  

LA REVOLUTION KURDE, MODELE DE DEMOCRATIE

Les Kurdes combattent à la fois le régime de Bachar al-Assad et les jihadistes, soutenus par des brigades de l’ASL et des pays étrangers, notamment par la Turquie. Plusieurs associations turques, proches du gouvernement de l’AKP, soutiennent ouvertement les jihadistes et organisent leurs voyages vers la Syrie. De nombreux documents saisis par des combattants kurdes montrent leurs trajets effectués depuis l’Egypte, la Tunisie, la Turquie où les Etats-Unis vers la Syrie.

La position et le rôle des Kurdes au Moyen-Orient se renforcent de plus en plus, malgré la barbarie de ces groupes qui subissent de lourdes défaites et le soutien des pays étrangers.  Aujourd’hui, un Moyen-Orient sans Kurdes n’est plus imaginable. Les Kurdes s’imposent comme un véritable modèle de démocratie, en proposant une confédération démocratique et écologique des peuples du Moyen-Orient. La révolution kurde sera ressentie dans toute la région.

Blog de Maxime Azadi avec ActuKurde.fr

Lire aussi:

-Les jihadistes veulent déclencher une guerre arabo-kurde

-Les Kurdes capturent 70 soldats syriens et saisi cinq chars 

-Voici le tableau de l’embargo international contre les Kurdes

-Les brigades de l'ASL s’allient à Al-Qaïda contre les Kurdes

-Syrie: un passeport américain au quartier d’Al-Qaïda

-Le système politique du PKK se propose comme alternative

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Orange, nouvel exemple de la gouvernance à la française
L’assemblée générale du groupe de télécommunications doit approuver le 19 mai la nomination de Jacques Aschenbroich comme président d’Orange. Choisi par l’Élysée, le président de Valeo ne connaît pas le monde des télécoms. Tout cela au moment où cette industrie est en pleine révolution.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda
Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale