Turquie: quand les enfants osent jeter des pierres à l'AKP !

Le régime d'AKP en Turquie continue à arrêter et à emprisonner les enfants kurdes pour avoir jeté des pierres sur la police ou les locaux de l'AKP ou simplement avoir crié des slogans « interdits ». Ces enfants sont jugés comme des « terroristes » et condamnés à de lourdes peines.

Le régime d'AKP en Turquie continue à arrêter et à emprisonner les enfants kurdes pour avoir jeté des pierres sur la police ou les locaux de l'AKP ou simplement avoir crié des slogans « interdits ». Ces enfants sont jugés comme des « terroristes » et condamnés à de lourdes peines.

jeteurs_de_pierres_3.jpeg

Le tribunal de première instance de Suruc, dans la province de Urfa, a décidé vendredi 18 novembre de placer en détention deux enfants kurdes pour avoir jeté des pierres sur les locaux du parti au pouvoir AKP, lors d'une manifestation organisée le 16 mai dernier.

Ces deux enfants, identifiés par leurs initiales M.S . et M.T. sont accusés d'être des membres d'une organisation « terroriste ».

Malgré l'amendement sous la pression internationale de la législation anti terroriste en juillet 2010 pour mettre fin aux jugements des mineurs devant les cours d'assises comme des adultes, la justice sous contrôle du gouvernement AKP continue sans répit à enfermer les enfants.

Ces enfants, connus sous le nom de « jeteurs de pierres », sont parmi les premières cibles du gouvernement AKP du premier ministre Recep Tayyip Erdogan qui vante sa « démocratie avancée » à travers le monde comme un modèle.

Près de 2 000 enfants arrêtés en 2010

La Turquie est la plus grande prison du monde pour les enfants arrêtés pour des motifs politiques. Selon le rapport annuel de l'association des droits de l'homme (IHD), 1 857 enfants ont été arrêtés au cours de l'année 2010, soit une hausse de %85.6 par rapport à l'année précédente, et parmi eux 211 enfants ont été condamnés à des peines de prison.

Jeter des pierres à la police, des cocktails Molotov sur des blindés, participer à une manifestation ou simplement crier des slogans est assimilé à un soutien direct au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Jugés comme des "terroristes", ils peuvent être condamnés à plus de 20 ans de prison.

A Mersin, 240 enfants arrêtés en dix mois

Entre le 1er janvier et fin octobre 2011, au moins 240 enfants ont été arrêtés pour avoir jeté des pierres ou participé à une manifestation dans la seule ville de Mersin où vit une importante communauté kurde et cent d'entre eux ont été envoyés en prison, selon IHD. Ils risquent d'être condamnés à des peines deux fois plus que leurs âges.

La situation est pire dans la région kurde où les arrestations des enfants sont devenues le lot quotidien. Malgré la répression brutale et des arrestations massives, les enfants kurdes n'hésitent pas à continuer de lancer des pierres pour protester contre le gouvernement.

Rappel : Le Parti communiste français (PCF) et le groupe de la Gauche unitaire européenne - Gauche Verte nordique (GUE-GVN) invitent à l'inauguration d'une exposition à Paris sur les enfants kurdes emprisonnés. Rendez-vous au 22 novembre à 18h. Pour plus d'informations: http://www.actukurde.fr/libertes/droits-de-l-homme/524-paris-exposition-sur-les-enfants-kurdes-emprisonn%C3%A9s.html

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.