La Turquie a expulsé une étudiante française

L’étudiante française, Elisa Couvert, a été expulsée lundi 24 juin par les autorités turques après avoir été retenue arbitrairement pendant deux semaines dans de mauvaises conditions.

L’étudiante française, Elisa Couvert, a été expulsée lundi 24 juin par les autorités turques après avoir été retenue arbitrairement pendant deux semaines dans de mauvaises conditions.

elsa-couvert.jpg 

Elisa Couvert a été expulsée à 19h55 en toute hâte, a déclaré à l’ActuKurde son avocate Gülizar Tuncer.  

« La décision d’expulsion a été mise en œuvre, malgré les recours déposés auprès du Ministère de la Justice, ainsi que devant les tribunaux administratifs d’Istanbul et Ankara » a-t-elle affirmé.  Cette décision « injuste » a été prise par le Ministère de l’Intérieur, le samedi 22 juin, a rappelé l’avocate.

Âgée de 24 ans, cette étudiante française qui venait d'achever un stage à l'Associations de droits de l’humain (IHD) et continuait de travailler à titre bénévole pour l'association, a été présentée le 15 juin, soit quatre jours après son arrestation, au ministère public d'un tribunal stambouliote. La justice turque n’a pas retenu de charges contre Elisa mais, elle a été placée en centre de rétention de Kumkapi le temps de statuer sur son éventuelle expulsion.

Elisa avait été interpellée au siège du Parti de la démocratie socialiste (SDP), une formation active dans la résistance populaire, déclenchée le 29 mai par un projet d’aménagement visant le parc Gezi, situé sur la place Taksim. Elle s’était réfugiée au siège de ce parti pour échapper aux gaz lacrymogènes. Des dizaines de membres du SDP avaient alors été arrêtés lors d’une descente de police dans les locaux de ce parti de gauche.

Depuis le début de son arrestation, Elisa a été considérée comme une accusée de « terrorisme », alors qu’elle n’a aucun rapport avec le SDP qui est lui-même un parti légal, dénonce son avocate.  Gulizar Tuner rappelle que les Kurdes étaient le sujet de la thèse de cette étudiante en master de sociologie à l'université de Galatasaray à Istanbul.

« La décision d’expulsion est injuste et inéquitable. Le procédure d’expulsion n’est pas non plus conforme à la loi » a dit l’avocate Gülizar Tuncer.  « Elisa n’a même pas eu l’autorisation de récupérer ses habits » a-t-elle ajouté.

Elisa Couvert a passé deux semaines dans de mauvaises conditions, dans le centre de rétention surpeuplé de Kumkapı,   subissant notamment des mauvais traitements policiers. Elle et les autres détenus ont également boycotté le repas périmé. 

Maxime Azadi

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.