mot de passe oublié
Live
Parrainnez vos amis

Rendez-vous en direct du Palais des sports de Grenoble dès 16h

Jusqu'à minuit, profitez de notre offre spéciale d'abonnement : 6 mois à 20€ (au lieu de 54€)

ABONNEZ-VOUS
Le Club de Mediapart dim. 7 févr. 2016 7/2/2016 Dernière édition

Ne leur confions pas notre avenir énergétique ! « Ils ne nous représentent pas »

Alors que nos sociétés sont confrontés à des défis énergétiques considérables, Nicolas Sarkozy et son gouvernement défendent le nucléaire, entravent les énergies renouvelables sans réduire notre dépendance aux énergies fossiles. Ne leur confions pas notre avenir énergétique ! « Ils ne nous représentent pas »

Alors que nos sociétés sont confrontés à des défis énergétiques considérables, Nicolas Sarkozy et son gouvernement défendent le nucléaire, entravent les énergies renouvelables sans réduire notre dépendance aux énergies fossiles. Ne leur confions pas notre avenir énergétique ! « Ils ne nous représentent pas »

---

Après Fukushima, Nicolas Sarkozy et son gouvernement ont nié et minoré les risques nucléaires en France. Ils refusent aujourd'hui d'en discuter publiquement. Avec EDF, ils ont fait pression pour que les fameux « stress tests » qui ont débuté le 1er juin sur l'ensemble des centrales européennes soient peu contraignants. Avec l'aval de l'Autorité de Sécurité Nucléaire, ils pourraient prolonger la centrale de Fessenheim. Là où l'Allemagne s'engage sur une sortie rapide du nucléaire, le gouvernement convoque une pseudo table-ronde sur l'efficacité énergétique.

Fin 2010, l'Agence internationale de l'Energie confirme que le pic pétrolier est dépassé. C'est le moment choisi par le gouvernement pour dézinguer la filière photovoltaïque. Quelques mois après que la loi Grenelle 2 ait bridé le développement de la filière éolienne. Le tout alors que Jean-Louis Borloo a attribué dans l'opacité la plus totale trois permis d'exploration des gaz de schiste, énergie fossile non renouvelable et extrêmement polluante. Levée de boucliers et mobilisation citoyenne n'ont pour l'instant pas suffit : sous pression des lobbies, gouvernement et parlementaires de droite ont adopté une loi incapable de retirer purement et simplement les permis d'exploration.

Résumons : en ce début de 21ème siècle notre planète est confrontée à des défis énergétiques décisifs. Réponse de Nicolas Sarkozy et son gouvernement : statu-quo pro-nucléaire aveugle + entraves aux énergies renouvelables + promotion des gaz et huiles de schiste.

 

« Ils ne nous représentent pas ! »

Pourtant une majorité de la population de notre pays affiche dorénavant et publiquement ses inquiétudes face au nucléaire tout en exigeant une sortie progressive de celui-ci. Et le rejet de toute exploration des gaz et huiles de schiste dispose d'un large soutien dans l'opinion publique.

Que dire, si ce n'est qu'« ils ne nous représentent pas », pour reprendre un des slogans du mouvement des indignés. Laisser entre leurs mains notre avenir énergétique n'est pas raisonnable. Ouvrir un véritable débat, sans tabou et sans esquive, qui questionne autant la quantité et la qualité de l'offre énergétique que le niveau de la demande, c'est-à-dire des besoins essentiels à satisfaire, voilà ce dont nous avons besoin.

Lobbies, président et gouvernement n'en veulent pas. Imposons-le. Dès les 8, 9 et 10 juillet à Notre-Dame des Landes, contre l'absurde, inutile et inacceptable projet de second aéroport pour la région nantaise (pétition ici). Lors de l'alter-Tour vers la sobriété énergétique. Du 25 au 28 août dans les Cévennes, lors d'un rassemblement international contre les gaz de schiste et pour une alternative énergétique. Et tout au long de l'été, en exigeant le retrait pur et simple des permis d'exploration des gaz de schiste, et en exigeant la fermeture immédiate de la centrale de Fessenheim.

Lobbies, président et gouvernement préservent le statu-quo et les intérêts des multinationales de l'énergie ? Construisons l'alternative. Ensemble. Pour que la révolution énergétique dont nous avons besoin renforce les solidarités, construise l'égalité tout en préservant la planète et les écosystèmes.

Maxime Combes, membre d'Attac France et de l'Aitec, et engagé dans le projet Echo des Alternatives (www.alter-echos.org).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

un charter pour le Japon, avec tous ces cinglés dedans, qu'ils aillent étudier les dégâts, au lieu d'enfumer le monde, allez hop, du vent, du balai,

NUCLÉAIRE, DÉGAGE!

«En direct de Mediapart» : dès 16h

live

Jusqu'à minuit, profitez de notre offre spéciale d'abonnement : 6 mois à 20€ (au lieu de 54€)
ABONNEZ-VOUS

L'auteur

Maxime Combes

Economiste et militant pour la justice climatique !
Ailleurs que Paris ! - France

Le blog

suivi par 272 abonnés

Sortons de l'âge des fossiles !

À propos du blog
Les entrailles de la Terre contiennent suffisamment de pétrole, de gaz et de charbon pour déclencher le chaos climatique. Prendre au sérieux le réchauffement climatique implique de laisser dans le sol la majorité des réserves d’énergies fossiles connues. Pour survivre, nous sommes donc condamnés à apprendre à vivre sans brûler des énergies fossiles dangereusement surabondantes. Ceux qui tergiversent, ceux qui s’y refusent, ceux qui étendent la logique extractiviste en forant toujours plus loin et toujours plus sale, ceux qui professent que les marchés, la finance ou les technosciences vont sauver le climat nous détournent de l’essentiel. Ils gaspillent le temps et les ressources dont nous avons besoin pour enclencher la transition. Nous ne nous résignons pas au naufrage planétaire. Contre l’extractivisme, les hydrocarbures de schiste, les grands projets inutiles et la marchandisation de l’énergie et du climat, nous inventons aujourd’hui les contours d’un monde décarboné, soutenable et convivial de demain. Il est temps de sortir de l’âge des fossiles. La transition, c’est maintenant !