Maximilian Essayie
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 janv. 2022

De la nécessité de s'unir autour d'un projet

Afin de constituer une candidature prometteuse les forces écologistes et de gauche doivent s'unir autour d'un projet. Peu importe qui, mais il faut qu'il y ait une seule candidature. (Le texte date de septembre 2020)

Maximilian Essayie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les forces de la gauche alternative et écologiste ont la renommée de s'embourber dans des querelles menant à leur perte. L'élection présidentielle de 2002 était une débâcle non seulement pour Lionel Jospin mais aussi pour la démocratie. La France ne serait sans doute pas le même pays en 2020, si Lionel Jospin avait eu accès au second tour de la présidentielle en 2002.

Bien sûr le mode de scrutin majoritaire et le poids démesuré du président dans la 5ème république n'aident pas les forces politiques à être représentés proportionnellement. Les forces de gauche et écologistes en souffrent particulièrement.

Au vu des enjeux sociétaux et environnementaux il est donc plus urgent que jamais de se mettre d'accord pour proposer une vraie alternative pour la présidentielle de 2022. Un nouveau duel Macron-Le Pen de 2017 n'est pas inéluctable. Mais cela dépend de nous tous qui nous situons dans ce que l'on peut appeler une mouvance pour un progrès écologique et social.

Le premier pas consiste à travailler sur un projet et donc de trouver un terrain d'entente sur les priorités à défendre. Afin de rechercher ce qui nous rapproche et nous unit il est nécéssaire de fédérer autour du projet avant de décider qui le portera. Le choix d'un candidat ou d'une candidate dépendra aussi de la radicalité du projet.

L'une des questions importantes à discuter est par exemple celle de l'avenir de la 5ème république. Si l'on se met d'accord sur un projet de refondation politique dans une 6ème république, la question du rôle du président se pose différemment étant donné que le président sera élu pour œuvrer à la fin de sa fonction selon les préceptes de la 5ème république. Dans cette hypothèse on pourrait imaginer que le/la président.e élu.e nommerait un gouvernement avec un vrai premier ministre pour gouverner le pays, convoquerait et présiderait une constituante, afin de pouvoir faire adopter une nouvelle constitution dans les 2 ans. Dans ce scénario la personne candidate pour une présidence de la transition vers la 6ème république n'aurait pas besoin des mêmes qualités ni des mêmes ambitions qu'aujourd'hui, ou la présidence est sur-stylisée comme le destin d'un homme à la rencontre avec son peuple. Déposer cette sur-présidence dans le musée de l'histoire contemporaine de la France gaullienne paraît nécessaire car elle est un frein à la démocratie.

Si nous avançons en ordre dispersé nous n'obtiendrons rien. Il est donc indispensable de formuler ce projet fédérateur. Si nous y arrivons il importe peu qui le portera. La seule condition est qu'il n'y ait qu'une seule candidature. Pour cela nous devons nous unir autour d'un projet. Si nous arrivons à inverser la chronologie en plaçant le projet avant le choix d'une candidature il est évident que cette union des forces sera le principal atout pour pouvoir changer le cours des choses.

Les enjeux sociaux et écologiques sont suffisamment urgents et graves pour s'y atteler.

L'avenir de l'humanité sera fait de coopération ou ne sera pas.

A nous de nous y atteler pour la France en 2022.

Créons la 'Plate-forme pour l'écologie et le progrès social', créons P.E.P.S.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Entreprises
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)

La sélection du Club

Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel
Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda