Maximilien Poulain
Activiste
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 déc. 2021

La France doit boycotter diplomatiquement les Jeux Olympiques de Pékin !

La France doit boycotter diplomatiquement les J.O d'hiver de Pékin de 2022. Ce serait une honte pour notre République, une trahison de nos valeurs et un mépris total face aux victimes du PCC. Récemment, le collectif Youth For Uyghurs a publié une pétition demandant au gouvernement Macron de ne pas se rendre à Pékin en février. 50 000 signataires plus tard, la France reste muette. Explications

Maximilien Poulain
Activiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je m'appelle Maximilien Poulain, et je ne suis pas qu'un étudiant en double licence d'Histoire/Science Politique de 17 ans. Je suis également le gestionnaire de Youth For Uyghurs (@youthforuyghurs sur instagram), un mouvement de jeunes fort de 3200 soutiens qui sensibilise et agit contre les crimes contre l'humanité perpétrés en Chine, notamment contre les ouïghours. Nous sommes notamment en lien avec des politiques : le secrétaire du Parti Socialiste Olivier Faure, l'eurodéputé Raphaël Glucksmann ou encore le député belge Samuel Cogolati qui a fait voter une résolution de reconnaissance du génocide ouïghour dans son parlement Mais des intellectuels nous soutiennent aussi, notamment la chercheuse et présidente de l'Institut Ouïghour d'Europe Dilnur Reyhan. Nous pouvons enfin compter sur le soutien de grandes Organisations Non Gouvernementales comme Amnesty International - France ou Human Rights Watch - France. Sans parler des personnalités du cinéma, des avocats, des militants des droits humains,...

Notre mouvement cherche à sensibiliser la population pour obtenir divers résultats : le bannissement des produits utilisant l'esclavage des ouïghours au Xinjiang, des sanctions économiques contre la Chine et surtout l'abandon d'une diplomatie de l'aveuglement. Ainsi, nous avons soutenu la mobilisation pour permettre à une résolution de reconnaissance du génocide ouïghour d'arriver à l'Assemblée Nationale, où elle sera votée le 20 Janvier.

En ce sens, nous avions de l'espoir lorsque les Etats-Unis ont annoncé boycotter diplomatiquement les Jeux Olympiques de Pékin 2022. Depuis, plusieurs autres pays - du Canada au Kosovo - ont annoncé une même action. Pour autant, arguant d'abord coordonner une action au niveau européen, le gouvernement a décidé de se murer dans le silence. Envoyant son ministre des Sports, Jean Michel Blanquer, annoncer à la radio "qu'il n'y aura pas de boycott diplomatique" puis affirmant que ce serait "une petite mesure" "inutile", Emmanuel Macron persiste et signe : notre politique extérieure doit être la cousine de celle de l'autruche.

Après plusieurs relances, et face à un mur de silence, nous avons donc lancé il y a quelques jours une pétition sur Change.org pour faire pression sur le gouvernement. Elle a déjà récolté 50 000 signatures, et des personnalités de marque la soutiennent (Dilnur Reyhan, Human Rights Watch notamment). Voici son lien : Signer pour le boycott diplomatique des JO 2022

Nous avons adressé cette pétition à la présidence :

"La France doit boycotter diplomatiquement les Jeux Olympiques d'hiver de Pékin de 2022 : aucun élu de la première démocratie moderne de l'Histoire ne peut applaudir à la tribune de la première puissance génocidaire du XXI° siècle.

Contrairement aux illusions, la Chine n'est pas la puissance douce que l'on nous promettait dans les années 2000. Du Tibet à HongKong, du Xinjiang à Taïwan, le Parti Communiste Chinois, sous l'égide de Xi Jinping, a cessé de camoufler ses intentions : devenir une superpuissance autoritaire, génocidaire et dictatoriale d'envergure mondiale.

Nous connaissons depuis le XX° siècle l'outil des totalitarismes : la propagande. Et quoi de plus rentable que d'utiliser les 375 millions de téléspectateurs des Jeux Olympiques pour faire oublier 50 ans de bains de sang ?

Hier, les étudiants de TienAnMen et les tibétains affrontaient les chars communistes, conduisant à des massacres depuis oubliés. Aujourd'hui, Hong Kong est mise au pas et la révolte étudiante démocratique des parapluies a été réprimée dans une violence décomplexée.

Pire : depuis au moins 2016, la Chine perpétue un génocide systémique contre les ouïghours. Au moins 350 camps d'internement ont été identifiés, parquant au moins 2 millions d'êtres humains membres de cette ethnie musulmane turcophone. Les hommes sont enfermés, torturés, tués, soumis à un esclavage massif dans des usines ou des champs de cotons (pour 83 marques internationales que nous connaissons bien). Les femmes sont battues, violées, stérilisées en masse. Les enfants, par centaines de milliers, sont placés dans des orphelinats. Les cimetières sont pulvérisés. Le but est affiché : "briser leur lignée, briser leurs racines" disait Xi Jinping dans un rapport secret dévoilé par le New York Times en 2019. Une dizaine de pays - des Etats-Unis à la Belgique - a déjà reconnu le génocide en cours.

Aujourd'hui, Pékin veut obtenir l'approbation de la communauté internationale en faisant du sport une arme politique : nous devons l'empêcher de recevoir les applaudissements de nos élus démocratiques. 6 pays ont déjà annoncé le boycott diplomatique des J.O de Pékin : Les Etats-Unis, le Canada, La Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni, l'Australie et même la Lituanie (pas seulement des superpuissances donc).

La France, le pays des Lumières, le pays des droits de l'homme, le berceau de la démocratie moderne, ne peut pas aller applaudir et s'émerveiller devant une puissance génocidaire, à l'ombre de 350 camps de la mort. Ce serait une trahison de nos valeurs, ce serait une immense lâcheté.

Signez cette pétition que nous relaierons tous les jours aux ministres concernés et au cabinet du président, et suivez @youthforuyghurs pour mentionner les ministres sous le post adéquat.

Notre pétition s'associe à celle de SFT dont vous trouverez le groupe nationale (SFT France) sur cette page Instagram : sft_france. Ce mouvement se bat notamment pour l'indépendance du Tibet et il récemment lancé une pétition pour demander un boycott des Jeux Olympiques au niveau européen.

Empêchons la Chine d'utiliser les J.O pour faire oublier ses crimes de masse. Empêchons nos sportifs de devenir malgré eux les complices de la propagande de Pékin. Empêchons nos gouvernants de participer à l'abandon de nos valeurs. Nous ne ramènerons de Pékin que des médailles de sang.

#FreeUyghurs #NoRightsNoGames"

Le 4 Février 2022, l'Histoire nous jugera. Il est temps de savoir si nous sommes de ceux qui résistent ou bien les moutons d'un troupeau lorsqu'il faut plus que des mots. Il est temps de réaffirmer le caractère humaniste de notre Nation, autrefois flambeau des droits humains. Ne fermons pas les yeux. Autrement, nous nous ferions complices, et il ne resterait aux ouïghours que le sel de leurs larmes.

Maximilien Poulain

Président de Youth For Uyghurs

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN