Lettre ouverte aux Sétois d'une auxiliaire de vie en colère

Une auxiliaire de vie exprime sa frustration. Sa lettre montre combien les obscurs dévoués indispensables ne sont pas reconnus. Elle a beaucoup travaillé et sans elle, les personnes âgées à domicile n'auraient eu AUCUNE VISITE. Pas de prime = pas de reconnaissance

 

 

                le midi libre :

              lettre aux Sètois

              13 auxiliaires de vie en colère

 

    

     Vous nous avez applaudi tous les soirs.

     En première  ligne, nous sommes allées prendre                   

     soin de vos parents ou grand parents chaque jour     

     sans faillir avec le courage qui est le notre, malgré

     le danger du COVID.

     Puis il y a quelques jours avons reçu un courrier              

     mail de la direction nous informant qu'ils sont dans                             

     « l'impossibilité » de nous verser la prime. Motif 

     « refus du département ».

     Puis une réunion avec la direction confirmant aussi            

     leur refus de un faire un geste envers les filles qui   

     ont fait vivre l'entreprise pendant 2 mois et demi.

     Nous maillons essentiels du système de santé       

      pourquoi nous laisse t’ont au bord de la route ???

 

      Nous les invisibles, les piliers obscurs qui ont

      tenues l'économie de notre pays à bout de bras

      nous revendiquons le droit d'être traitées avec

      équité et justice et demandons le soutient

                    des Sétois

 

What do you want to do ?

New mailCopy

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.